L’Espagne veut lutter contre la fraude sur les fruits et légumes marocains

9 mai 2022 - 11h20 - Espagne - Ecrit par : A.P

Le parti socialiste espagnol (PSOE) vient de déposer au Congrès une proposition de loi visant à lutter contre la fraude qui consiste à changer l’étiquette des fruits et légumes marocains pour leur donner une origine espagnole.

Les produits (fruits et légumes) d’origine marocaine, égyptienne ou turque ont été frauduleusement étiquetés comme étant d’origine espagnole et vendus sur le marché à un prix concurrentiel. Le parti socialiste espagnol (PSOE) a introduit au Congrès une proposition demandant au gouvernement de mettre en place des mesures pour mettre fin à cette fraude qui nuit aux producteurs locaux et au label espagnol, fait savoir El País.

À lire : Moins cher, les fruits et légumes marocains inquiètent les producteurs espagnols

« Les producteurs sont menacés de faillite et la santé des consommateurs est également en danger, car après contrôle, des substances prohibées sont détectées dans ces produits qui se retrouvent dans les rayons de nos supermarchés », dénonce David Sanchez, président de l’Association nationale du secteur primaire (ANSEPRIM). Et d’ajouter : « L’avantage économique est énorme. Produire un kilo de tomates au Maroc coûte 6 ou 8 centimes en raison, entre autres, de la main-d’œuvre bon marché, ou de l’absence de règles de sécurité environnementale,… alors qu’en Espagne, cela peut coûter 30 ou 35 centimes au moins ».

À lire : Les agriculteurs espagnols et le Polisario dénoncent la production de tomates marocaines au Sahara

Pour Sanchez, cette fraude a pris des proportions alarmantes parce qu’aucun système de contrôle n’a été mis en place au port d’Algésiras ou de Motril par où passent généralement ces produits. Le président d’association souligne aussi le manque d’agents pour assurer cette mission quotidienne de contrôle sur des milliers de camions. Mais il est convaincu que le changement de l’étiquette sur les produits s’effectue sur place, sur le territoire espagnol, notamment dans des zones industrielles comme celles d’El Ejido (Almeria).

À lire : Les fruits et légumes marocains de nouveau dans le viseur du lobby agricole espagnol

« Il y a eu des cas très flagrants. Avant, ils mettaient directement la fausse étiquette espagnole au-dessus de celle qui indiquait l’origine marocaine du produit », explique pour sa part, Andrés Góngora, président de la Fédération des organisations d’agriculteurs et d’éleveurs d’Almeria, posant le problème de la traçabilité des produits qui atterrissent dans les supermarchés espagnols, mais aussi dans les grands centres de distribution de Munich (Allemagne) ou de Perpignan (France). En Andalousie, où cette fraude est très prononcée, 838 contrôles ont été effectués et 448 000 euros de sanctions prononcées entre 2019 et 2021.

Sujets associés : Espagne - Importations - Consommation - Trafic

Aller plus loin

Fraude sociale : une Marocaine arrêtée en Espagne pour avoir détourné 15 000 euros

Une Marocaine résidant en France a été arrêtée mercredi dernier par la police, pour avoir frauduleusement obtenu des prestations sociales en Espagne. En tout, plus de 15 000...

Moins cher, les fruits et légumes marocains inquiètent les producteurs espagnols

Le coordinateur des organisations agricoles et d’élevage d’Andalousie (COAG), Andrés Góngora dénonce la baisse des prix des produits provoquée par l’entrée des produits en...

Les fruits et légumes marocains de nouveau dans le viseur du lobby agricole espagnol

Le lobby agricole espagnol s’active pour l’interdiction des exportations marocaines en Europe. Il soutient que l’entrée massive de ces exportations est à l’origine de la baisse...

La tomate marocaine menace la production espagnole

La tomate marocaine importée sur le marché de l’UE menace la tomate espagnole dont la courbe de production connait une chute vertigineuse depuis quelques années.

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : l’inflation s’envole, surtout les produits alimentaires

Le Maroc est actuellement confronté à une situation économique difficile, marquée par une inflation galopante. Selon la dernière note de conjoncture du Haut Commissariat au Plan (HCP), l’indice des prix à la consommation (IPC) a augmenté de 8,9 % au...

Maroc : la quête d’autosuffisance en dattes face aux défis climatiques

Le Maroc est le septième producteur mondial de dattes, avec un volume de 170 000 tonnes par an. Toutefois, des défis restent à relever pour le développement de la filière et satisfaire la demande nationale.

Le Maroc dispose d’un stock de blé de six mois

Le stock de blé du Maroc s’élève à six mois, selon le gouvernement, en réponse aux craintes de coupures d’approvisionnement et de hausses de prix liés au conflit russo-ukrainienne associé à la sécheresse qui touche le pays.

Maroc : vers la suppression de la TVA sur certains produits ?

Des députés de l’opposition parlementaire continuent d’appeler à l’exemption de la Taxe sur la valeur ajoutée (TVA) sur tous les produits de base à forte consommation afin de soutenir le pouvoir d’achat des Marocains en cette période d’inflation.

Tomate marocaine : le nouveau cauchemar des producteurs français

Face à l’augmentation des importations de tomates marocaines, les producteurs français expriment leur inquiétude et pointent du doigt une concurrence déloyale.

L’amande américaine écrase la concurrence marocaine

L’amande américaine a la cote au point de dominer le marché local au détriment de l’amande marocaine. Conséquence : le Maroc peine à écouler son produit pourtant meilleur que celui qui est importé.

Maroc : les taxes sur les cigarettes électroniques passent à 40%

Les droits d’importation des cigarettes électroniques devraient passer de 2,5 à 40 % dès l’année prochaine. La mesure est très mal accueillie par les commerçants.

Maroc : hausse du déficit commercial en 2021

Sur l’ensemble de l’année 2021, les échanges commerciaux du Maroc ont connu un important rebond, marqués par une hausse du déficit commercial à 15,5 %, selon Bank Al-Maghrib.

Maroc : une flambée inquiétante du prix de la volaille et des oeufs

Au Maroc, les prix de la volaille et des œufs s’envolent au grand dam des consommateurs. Quelles en sont les causes ?

Aïd Al Adha au Maroc : les éleveurs redoutent les importations de moutons

À moins de deux mois de l’Aïd Al Adha, de grosses incertitudes subsistent quant à la disponibilité et au prix du mouton, bête la plus prisée par les Marocains pour cette fête. Cette année, le Maroc veut importer des moutons, une décision qui ne plaît...