Moins cher, les fruits et légumes marocains inquiètent les producteurs espagnols

18 novembre 2020 - 15h30 - Espagne - Ecrit par : S.A

Le coordinateur des organisations agricoles et d’élevage d’Andalousie (COAG), Andrés Góngora dénonce la baisse des prix des produits provoquée par l’entrée des produits en provenance du Maroc. Il appelle le gouvernement d’Andalousie à exiger les certificats d’importation délivrés par l’Union européenne.

Selon le responsable, l’importation des produits marocains a produit un impact négatif sur le marché des fruits et légumes depuis l’entrée en vigueur de l’accord entre l’Union européenne et le Maroc signé le 15 octobre. "L’impact de l’entrée de produits importés du Maroc se fait déjà sentir depuis les premiers jours de novembre, causant de sérieux dommages aux producteurs andalous", a-t-il confié à Horti Daily.

"Cette campagne, nous avons vu des rendements élevés qui, avant la suppression des tarifs sur les produits marocains, étaient bien absorbés par le marché. Cela a été ruiné par la concurrence déloyale causée par l’entrée des fruits et légumes marocains, a expliqué M. Góngora. Les produits les plus touchés par la baisse des prix horticoles sont les tomates, les courgettes et les poivrons, ainsi que les aubergines et les concombres.

Face à cette situation, le COAG Andalousie appelle le ministère de l’Agriculture à agir de toute urgence pour mettre fin au préjudice causé aux producteurs. De même, le coordinateur demande que les certificats d’importation soient mis en œuvre. "Ces certificats devraient être présentés par les opérateurs qui importent les produits marocains", explique M. Góngora. Il s’agit d’une mesure prévue dans l’accord entre l’Union européenne et le Maroc, laquelle doit être mise en application en cas de perturbation du marché.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Espagne - Agriculture

Aller plus loin

L’Espagne s’accapare le tiers des exportations des fruits et légumes marocains

Malgré la pandémie, les exportations de fruits et légumes du Maroc vers l’Espagne se sont élevées entre janvier et août 2020 à 583 millions d’euros, selon les données du service...

Les exportations d’aubergines marocaines vers les États-Unis menacées

En tout, six insectes ravageurs menacent les exportations d’aubergines marocaines vers les États-Unis. C’est ce qui ressort d’un rapport du Service d’inspection sanitaire des...

Fruits et légumes : le Maroc reste le 1er fournisseur de l’Espagne

Le Maroc conforte sa place de 1ᵉʳ fournisseur de l’Espagne en fruits et légumes, d’après les données relevées par la Fédération espagnole des associations de producteurs,...

L’aubergine marocaine à la conquête des États-Unis

L’aubergine marocaine pourrait faire son entrée sur le marché américain, premier consommateur mondiale de ce légume. Et pour ce faire, une procédure d’évaluation est lancée pour...

Ces articles devraient vous intéresser :

Camions attaqués en Europe : le Maroc hausse le ton

Le ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita, a dénoncé lundi les récentes attaques d’agriculteurs européens contre des cargaisons de fruits et légumes marocains, faisant observer que l’Union européenne (UE) tire davantage profit de...

Pénurie de lait : les éleveurs marocains lancent un cri de détresse

Touchés de plein fouet par la sécheresse->95421 et surtout l’augmentation du coût de l’élevage, les éleveurs réclament une aide urgente à l’État, en vue de faire face à la pénurie de lait que connait le royaume.

Les agriculteurs bretons dénoncent « l’invasion » de la tomate marocaine

Une action d’étiquetage a été lancée le vendredi 2 juin 2023 par les producteurs de tomates d’Ille-et-Vilaine et la FDSEA 35, pour dénoncer les tomates importées du Maroc.

Le Maroc contraint de réorienter sa production agricole

Face à la sécheresse et au stress hydrique d’une part, et à l’inflation d’autre part, le gouvernement marocain est contraint de revoir sa politique agricole et alimentaire pour garantir l’eau et le pain.

Maroc : l’huile d’olive devient un luxe

Au Maroc, le prix de l’huile d’olive augmente fortement. En cause, la sécheresse et les vagues de grande chaleur qui ont touché la production de ce petit fruit indispensable aux saveurs des mets des Marocains.

Les Marocains vont-ils manquer de dattes pour le Ramadan ?

À quelques semaines du mois sacré de Ramadan, des doutes subsistent quant à la disponibilité des dattes en quantité suffisante et à des prix abordables.

Le prix des lentilles s’envole au Maroc

Le prix des lentilles a considérablement augmenté au Maroc, atteignant 32 dirhams le kilo chez les détaillants, contre 25 dirhams pour les lentilles importées.

Maroc : la question des dattes algériennes arrive au parlement

Le groupe Haraki à la Chambre des Représentants a interpellé le ministre de l’Agriculture, Mohamed Sidiki, sur les dattes notamment d’origine algérienne qui ont inondé le marché marocain avant le début du mois de ramadan.

Le Maroc arrête de subventionner la pastèque et l’avocat

Afin de faire face au déficit hydrique, le gouvernement marocain a décidé de suspendre les subventions des cultures qui consomment le plus d’eau comme la pastèque, l’avocat et les nouvelles plantations d’agrumes.

Maroc : la pastèque sacrifiée pour préserver l’eau ?

Des associations locales de la province d’Al Haouz ont sollicité Rachid Benchikhi, le gouverneur de la province, pour qu’il interdise la culture de pastèques et de melons.