Maroc : des stations de dessalement pour sauver l’agriculture

18 janvier 2024 - 10h00 - Maroc - Ecrit par : A.P

Le ministère marocain de l’Agriculture a adopté le dessalement de l’eau de mer à des fins d’irrigation. Dans cette dynamique, le département de Mohamed Saddiki a prévu la construction de nouvelles stations de dessalement dans certaines zones agricoles.

En réponse à une question orale à la Chambre des représentants sur « les programmes de dessalement de l’eau de mer destinés au secteur agricole », le ministre Saddiki a exposé les actions menées par son département dans ce domaine, rappelant la construction, sur une superficie de 15 000 hectares, de la première station de dessalement de l’eau de mer dans la région de Souss-Massa-Drâa à Chtouka, et la fourniture d’eau potable à la ville d’Agadir pour un coût de 4,4 milliards de dirhams, dont 1,585 milliard de dirhams de contribution de l’État.

À lire : Le Maroc contraint de réorienter sa production agricole

Le chef du département de l’Agriculture a également rappelé la construction en cours dans la région de Dakhla-Oued Ed-Dahab, d’une station de dessalement de l’eau de mer alimentée par l’énergie éolienne, destinée à irriguer un nouveau périmètre de 5 200 hectares et fournir de l’eau potable à la ville de Dakhla et ses environs. D’un coût de 2,5 milliards de dirhams, dont 1,53 milliard de dirhams de l’État, cette station sera mise en service en juin 2025.

À lire : Maroc, premier pays de l’Afrique du Nord à investir dans le dessalement de l’eau

Mohamed Saddiki a en outre fait savoir que son ministère a lancé des études de faisabilité pour des projets d’irrigation par le dessalement de l’eau de mer dans certaines régions. En l’occurrence, il est prévu la construction, sur une superficie de 5 000 hectares, d’un bassin agricole et d’une station de dessalement d’une capacité de 47 millions de mètres cubes par an dans la région de Chbika dans la province de Tan-Tan. Le coût du projet est estimé à 2,2 milliards de dirhams.

Le ministre a aussi annoncé la création de nouvelles stations de dessalement dans les régions de l’Est, à savoir Taroudant, Tiznit, Guelmim, Boujdour, Essaouira/Chichaoua et El Oualidia, sur une superficie totale de 100 000 hectares.

Sujets associés : Agriculture - Eau - Ministère de l’Agriculture et de la Pêche maritime - Mohamed Seddiki

Aller plus loin

30 milliards de dirhams pour irriguer le sud du Maroc

Le transport des eaux d’irrigation depuis le nord du Royaume pour arroser les terres agricoles du sud, conformément au plan Maroc Vert, coûterait plus cher que de traiter l’eau...

Casablanca : Acciona construira la plus grande usine de dessalement d’Afrique

Acciona s’est vu attribuer le contrat de construction, de gestion et de maintenance de la grande usine de dessalement de Casablanca, d’une capacité de 548 000 mètres cubes par...

Le Maroc contraint de réorienter sa production agricole

Face à la sécheresse et au stress hydrique d’une part, et à l’inflation d’autre part, le gouvernement marocain est contraint de revoir sa politique agricole et alimentaire pour...

Maroc, premier pays de l’Afrique du Nord à investir dans le dessalement de l’eau

Le Maroc devance l’Algérie dans le classement des 9 pays ayant investi le plus dans le dessalement de l’eau dans la région MENA.

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : des coupures d’eau envisagées

Alors que le Maroc subit actuellement sa sixième année de sécheresse consécutive, le gouvernement envisage de prendre des décisions radicales pour rationaliser l’eau potable.

Le Maroc contraint de réorienter sa production agricole

Face à la sécheresse et au stress hydrique d’une part, et à l’inflation d’autre part, le gouvernement marocain est contraint de revoir sa politique agricole et alimentaire pour garantir l’eau et le pain.

Mémorandum d’entente entre l’ONEE et la société israélienne Mekorot

L’Office national de l’eau et de l’électricité (ONEE) et son homologue israélien Mekorot ont signé, jeudi à Marrakech, un mémorandum d’entente portant sur les projets de développement et d’assainissement de l’eau potable.

Maroc : Une baisse record des exportations d’oranges

Les exportations marocaines d’oranges ont considérablement chuté au cours des huit premiers mois de 2023, s’établissant à 30 000 tonnes contre 109 000 tonnes en 2022.

Tomate au Maroc : production en chute, prix en hausse

Les producteurs de tomates rondes au Maroc alertent sur une baisse significative de la production et une inflation des prix. Voici leur explication.

L’avocat : l’or vert qui assoiffe le Maroc

La culture de l’avocat nécessite une importante quantité d’eau. Au Maroc, des voix s’élèvent pour appeler à l’interdiction de cette culture, en cette période de sécheresse sévère et de stress hydrique.

Le Maroc va faire un important don d’engrais à Saint-Vincent-et-les Grenadines

Le Maroc envisage de faire un important don d’engrais à Saint-Vincent-et-les-Grenadines l’année prochaine. Une feuille de route pour la coopération entre les deux pays dans les trois ou cinq années à venir est en cours d’élaboration.

Engrais : l’Europe mise sur le Maroc

Face à la flambée des prix des matières premières liée à la crise à la guerre en Ukraine, l’Europe envisage d’augmenter ses importations d’engrais au Maroc. 40 % des importations européennes de phosphate provenaient du royaume.

Face à la crise de l’eau, le Maroc prend des mesures urgentes

Le déficit en eau potable préoccupe le ministre de l’Équipement et de l’Eau, qui a présidé en fin de semaine dernière la réunion du Comité national chargé du suivi de la situation de l’eau.

Maroc : record d’exportations d’avocat, mais à quel prix ?

Les agriculteurs marocains continuent de produire de l’avocat destiné à l’exportation, malgré le stress hydrique que connaît le royaume. Le volume des exportations de ce produit a déjà atteint 30 000 tonnes.