Le Maroc envisage des coupures d’eau

27 décembre 2023 - 09h00 - Maroc - Ecrit par : S.A

Face au grave déficit hydrique provoqué par six années de sécheresse, le Maroc met en œuvre des mesures strictes, dont une rationalisation draconienne de l’utilisation de l’eau.

Le gouvernement s’active pour faire face efficacement au grave déficit hydrique auquel fait face le Maroc. Lundi, Nizar Baraka, ministre de l’Équipement et de l’eau, a, lors d’une séance de questions orales à la Chambre des représentants, précisé que les ressources en eau reçues dans les barrages entre le mois de septembre dernier et ce mois de décembre ne dépassent pas 500 millions de mètres cubes, contre 1,5 milliard de mètres cubes au cours de la même période, l’an dernier, fait savoir le quotidien Al Ahdath Al Maghribia. « Cette situation nécessite l’activation des commissions régionales présidées par les walis et les gouverneurs, pour rationaliser l’usage de l’eau et procéder à des coupures localement, en fonction de l’évolution de la situation », a-t-il indiqué. Le ministre expliquera que « si on n’avait pas mis en œuvre les projets de raccordement d’eau lancés en août dernier, les autorités auraient opté pour les coupures d’eau potable dans plusieurs régions, dont Rabat et Casablanca ».

À lire : Maroc : des coupures d’eau envisagées

Lors de la séance, un député lui a adressé une question sur le « plan du gouvernement pour faire face à la problématique de la raréfaction de l’eau ». « Depuis le mois de septembre dernier, on a enregistré un déficit pluviométrique de 67 %, car les précipitations n’ont pas dépassé une moyenne de 21 millimètres, en comparaison avec la même période, l’année dernière », a répondu Nizar Baraka, notant que ce déficit pluviométrique a produit un impact négatif sur le niveau de stockage en eau des barrages, car leur niveau de remplissage ne dépasse pas 23,5 % au 22 décembre 2023, contre 31,2 % à la même date, l’an dernier. Pour inverser la tendance, l’édification de huit barrages supplémentaires sur la période 2023-2027 a été programmée, et une convention de partenariat avait été signée entre le ministère de l’Équipement et de l’eau le ministère de l’Intérieur et celui de l’Économie et des finances.

À lire : Le Maroc limite la production de pastèque

Depuis 2022, les agences régionales d’exécution des projets (AREP) s’investissent pour la réalisation de 120 barrages de taille modeste dans le cadre de cette convention. Ces réalisations se poursuivront jusqu’en 2024. Autre solution envisagée : l’alimentation des villes côtières en eau potable, par de l’eau de mer préalablement traitée dans des stations de dessalement.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Eau - Nizar Baraka

Aller plus loin

Maroc : le séisme a réveillé des sources endormies

Des sources d’eau pure sont apparues dans la région de Marrakech après le séisme dévastateur qui a frappé la province d’Al Haouz et fait près de 3 000 morts.

En manque d’eau, Casablanca se tourne vers les eaux usées

De grands projets de réutilisation des eaux usées pour l’arrosage des espaces verts ont été lancés à Casablanca.

Des coupures d’eau à Tanger ?

Malgré le grave déficit hydrique provoqué par six années de sécheresse, les autorités locales de Tanger n’envisagent pas, pour l’instant, des coupures d’eau.

Déjà des coupures d’eau à Agadir

Les coupures d’eau “soudaines” sont devenues plus fréquentes à Agadir au point de perturber le quotidien des habitants.

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : les amateurs de hammams vont être déçus

Face à la pénurie d’eau que connait le Maroc, les autorités ont décidé de prendre une décision choc concernant les hammams.

Maroc : record d’exportations d’avocat, mais à quel prix ?

Les agriculteurs marocains continuent de produire de l’avocat destiné à l’exportation, malgré le stress hydrique que connaît le royaume. Le volume des exportations de ce produit a déjà atteint 30 000 tonnes.

Pastèque et sécheresse : le casse-tête marocain

Faut-il continuer à produire de la pastèque rouge qui nécessite une importante quantité d’eau et épuise les sols, alors que le Maroc connaît la pire sécheresse depuis quatre décennies ? La question divise les producteurs, exportateurs et...

L’avocat : l’or vert qui assoiffe le Maroc

La culture de l’avocat nécessite une importante quantité d’eau. Au Maroc, des voix s’élèvent pour appeler à l’interdiction de cette culture, en cette période de sécheresse sévère et de stress hydrique.

Le Maroc face au défi de l’eau et de l’hygiène après le séisme

L’eau et l’hygiène dans les campements, où vivent désormais sous des tentes les sinistrés du séisme dévastateur du 8 septembre au Maroc, constituent un enjeu majeur pour les autorités du royaume.

Autoroutes marocaines : Vers l’augmentation du péage ? Nizar Baraka répond

Face à la polémique grandissante sur les réseaux sociaux, Nizar Baraka, ministre de l’Équipement et de l’Eau, a pris la parole à la Chambre des représentants pour réagir à la présumée hausse des prix des tarifs du péage.

Maroc : le hammam, un plaisir de plus en plus cher

Face à la sécheresse, les autorités marocaines ont décidé de frapper fort. Depuis le mois dernier, les stations de lavage et les bains, traditionnels et modernes, sont contraints de fermer trois jours par semaine. Une décision qui fait grincer des...

La production de voitures électriques «  assèche  » le Maroc

La production des métaux nécessaires à la fabrication des batteries ou moteurs des voitures électriques exige beaucoup d’eau. Une ressource qui se raréfie de jour en jour dans des pays comme le Maroc, déjà frappé par une sécheresse sévère.

Maroc : les autoroutes en chantier et les autoroutes à l’étude

Le ministre de l’Équipement et de l’Eau, Nizar Baraka, a annoncé une série de projets d’infrastructure visant à renforcer le réseau autoroutier national au Maroc. Ces projets devraient contribuer à améliorer la mobilité dans différentes régions du...

Les Marocains vont-ils manquer de dattes pour le Ramadan ?

À quelques semaines du mois sacré de Ramadan, des doutes subsistent quant à la disponibilité des dattes en quantité suffisante et à des prix abordables.