Des restrictions d’eau imminentes à Casablanca ?

21 janvier 2024 - 15h00 - Maroc - Ecrit par : A.P

Les autorités de la ville de Casablanca s’apprêteraient à imposer des restrictions de consommation d’eau aux habitants pour faire face au déficit hydrique important que subit la ville et dont les effets pourraient se ressentir d’ici le printemps.

L’une des premières mesures de restrictions prises par les autorités de la ville pour faire face à la pénurie d’eau, serait de réduire la pression de l’eau qui arrive dans les robinets, indiquent des sources à Le360. La sécheresse sévère qui frappe le royaume depuis trois ans a complètement asséché le barrage Al Massira qui alimente une bonne partie de la population (Casa Sud). « Les Casablancais ne réalisent pas encore le risque encouru si on maintient les mêmes habitudes de consommation. Car en l’absence de pluie, les stocks disponibles risquent d’être épuisés au mois de juin prochain », prévient un élu de la commune.

Les autorités ont pris la mesure de la situation et entendent parer au plus pressé. Lors d’une réunion tenue en début de semaine, le wali de la région Casablanca-Settat, Mohamed Mhidia, en présence de la maire de la ville, Nabila Rmili, et des représentants de l’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE) et de Lydec, a invité les différents acteurs à accélérer les chantiers en cours, dont les travaux de raccordement à l’eau provenant du Bouregreg et ceux de la station de dessalement de l’eau de mer qui sera opérationnelle à partir de 2026.

À lire : Le Maroc manquera de plus en plus d’eau

Le wali a demandé aux autorités de la ville de prendre les dispositions nécessaires pour démarrer la construction des stations d’épuration et de réutilisation des eaux usées (STEP), destinées à l’arrosage des espaces verts et des terrains de golf, notamment celles de Médiouna et d’El Hank dont les appels d’offres viennent d’être lancés par la société de développement local Casa Baïa. L’ONEE et Lydec ont été quant à eux invités à accélérer les travaux de la nouvelle canalisation Casa Nord-Casa Sud, reliée à la nouvelle autoroute de l’eau en provenance de l’Oued Sebou et du barrage Sidi Mohammed Ben Abdellah.

De nouvelles mesures de restrictions pourraient être prises. « Nous sommes en situation de déficit entre les ressources hydriques disponibles et les besoins en consommation. L’impact de cet écart pourrait être ressenti par les consommateurs à partir du printemps 2024, avec d’éventuelles mesures de restriction de l’alimentation en eau à confirmer en coordination avec les autorités et en fonction de l’évolution de la situation hydrique », explique Saâd Azzaoui, directeur maîtrise d’ouvrages de Lydec.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Casablanca - Eau - Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE) - Sécheresse au Maroc

Aller plus loin

Maroc : les amateurs de hammams vont être déçus

Face à la pénurie d’eau que connait le Maroc, les autorités ont décidé de prendre une décision choc concernant les hammams.

Le Maroc manquera de plus en plus d’eau

La nouvelle a de quoi faire frémir plus d’un. Elle est rapportée sur la base d’un constat inquiétant effectué par le Conseil économique, social et Environnemental (CESE). A en...

La pénurie d’eau menace–t-elle le Maroc ?

Le Maroc traverse une crise aigüe du stress hydrique. Le Royaume occupe le 23e rang des pays les plus menacés par les pénuries d’eau, selon le dernier rapport du World Resources...

La pénurie d’eau au Maroc va aller en s’accentuant

Le Maroc fait partie des pays présentant une "pénurie hydrique élevée", indique un rapport du World resources institute (WRI).

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : une deuxième usine géante de dessalement en projet à Nador

Le Maroc se prépare à lancer un appel d’offres pour une nouvelle usine de dessalement d’eau de mer à Nador, d’une capacité de 250 millions de mètres cubes par an, a annoncé Nizar Baraka, ministre de l’Eau et de l’Équipement.

Pénurie de lait : les Marocains prennent d’assaut les magasins

Pour contrer la ruée des Marocains vers le lait, plusieurs supermarchés ont décidé de limiter sa vente. Une mesure censée éviter des ruptures de stock.

Sécheresse : plus de 5% des Marocains menacés d’exode rural d’ici 2025

Plus de 5% de la population marocaine sont menacés par l’exode rural à l’horizon 2025 en raison la sécheresse sévère que traverse le pays, selon la Banque mondiale.

Shell fournira du Gaz Naturel Liquéfié (GNL) au Maroc via le Gazoduc Maghreb-Europe

Un contrat prévoyant l’approvisionnement de 0,5 milliard de mètres cubes de Gaz Naturel Liquéfié (GNL) par an vient d’être signé entre Shell International Trading Middle East Limited FZE et l’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE).

Le Maroc contraint de réorienter sa production agricole

Face à la sécheresse et au stress hydrique d’une part, et à l’inflation d’autre part, le gouvernement marocain est contraint de revoir sa politique agricole et alimentaire pour garantir l’eau et le pain.

Maroc : bonne nouvelle pour ceux qui aiment les Hammams

Les Marocains pourront fréquenter les hammams, restés en partie fermés depuis plusieurs semaines suite à une note du ministère de l’Intérieur, pendant le ramadan. Dimanche, le ministère des Habous et des Affaires islamiques a annoncé que le mois sacré...

Maroc : la pastèque sacrifiée pour préserver l’eau ?

Des associations locales de la province d’Al Haouz ont sollicité Rachid Benchikhi, le gouverneur de la province, pour qu’il interdise la culture de pastèques et de melons.

Le Maroc limite la production de pastèque

Face à la pire sécheresse qu’il connaît depuis quatre décennies, le Maroc prend des mesures pour réglementer la production de pastèques qui nécessite une importante quantité d’eau.

Maroc : des coupures d’eau envisagées

Alors que le Maroc subit actuellement sa sixième année de sécheresse consécutive, le gouvernement envisage de prendre des décisions radicales pour rationaliser l’eau potable.

Le Maroc face au défi de l’eau et de l’hygiène après le séisme

L’eau et l’hygiène dans les campements, où vivent désormais sous des tentes les sinistrés du séisme dévastateur du 8 septembre au Maroc, constituent un enjeu majeur pour les autorités du royaume.