Le miel marocain est en péril

15 janvier 2024 - 18h00 - Maroc - Ecrit par : A.P

Les apiculteurs marocains sont inquiets. Depuis des années, des colonies d’abeilles sont décimées en raison de la sécheresse et des aléas climatiques, ce qui affecte durement la production du miel.

Les producteurs de miel marocains enregistrent de nombreuses pertes du fait de cette situation. « La sécheresse a durement frappé le secteur apicole au Maroc, impactant significativement la production de miel », explique à Hespress, Abdelkader Berni, président de la coopérative Tamesna à Benslimane, principale région de production de miel, ajoutant que cette coopérative « elle est le pilier de subsistance pour de nombreuses familles. En effet, plus de onze familles trouvent leur moyen de subsistance grâce à cette structure ».

Et de poursuivre : « Les défis environnementaux, tels que la pollution et la sécheresse, ont exacerbé les difficultés auxquelles nous sommes confrontés. Cette situation est particulièrement préoccupante pour la population de Benslimane, qui ressent l’impact direct de ces changements ». Abondant dans le même sens, Mohammed, un apiculteur, s’inquiète de la mort massive des abeilles. « Cette situation est alarmante et plonge le monde apicole dans une crise profonde. Plusieurs facteurs contribuent à ce déclin, et bien que de nombreuses causes soient évoquées, nous identifions principalement la sécheresse à hauteur de 60 % et la maladie à hauteur de 40 % », commente-t-il.

À lire : Disparition des abeilles : un phénomène inédit au Maroc

Pour pallier cette situation, les apiculteurs sollicitent l’aide du gouvernement pour soutenir le secteur. « Nous sommes confrontés à une situation financière difficile, car nous n’avons pas reçu d’aide depuis un certain temps », se plaint Mohamed. Pour sa part, Lahcen Benbel, le président du Syndicat national des professionnels de l’apiculture au Maroc a souligné « qu’aucun apiculteur professionnel membre de notre syndicat n’a bénéficié » d’un soutien du gouvernement, qu’il avait pourtant promis aux apiculteurs suite à l’effondrement des ruches au Maroc.

Le syndicaliste appelle en outre à œuvrer pour la valorisation du miel national, ce qui passe par une révision de l’article 10 du décret n°2.17.463 du 14 novembre 2017. « Ce décret autorise le mélange du miel marocain avec du miel importé, ce qui compromet la qualité et l’authenticité du produit. Il est également nécessaire de revoir le livret de tolérance ainsi que celui d’instructions pour garantir la pureté et la qualité du miel produit au Maroc », fait savoir Benbel, espérant que l’année 2024 « sera bénéfique après les récentes précipitations dans diverses régions du Royaume ».

Sujets associés : Environnement - Sécheresse au Maroc

Aller plus loin

Disparition des abeilles : un phénomène inédit au Maroc

Le directeur régional de l’Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA) de Béni-Mellal-Khénifra, Mohamed Nemmaoui, a assuré, sur la base des analyses...

Maroc : 7500 tonnes de miel produites en 2021

La production marocaine de miel a augmenté l’année dernière, atteignant 7 500 tonnes mais, loin des 16 000 tonnes attendues par le plan Maroc Vert.

Apiculture : une année blanche pour le miel marocain ?

Le phénomène de disparition des colonies d’abeilles que connait le Maroc compromet la production du miel cette année. Préoccupés, les apiculteurs sont divisés sur l’origine de...

Maroc : l’apiculture menacée par la maladie du Varroa

La présence du parasite de Varroa qui s’attaque aux ruches, met le secteur apicole marocain en danger. Les professionnels s’en prennent à l’ONSSA qui a cessé de leur fournir...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le groupe OCP vise 100 % de couverture en énergie verte

Avec 86 % de couverture en énergie propre, l’Office chérifien des phosphates (OCP) espère couvrir totalement ses besoins d’ici 2028. C’est dans ce cadre que le groupe a lancé en juillet dernier un avis d’appel d’offres pour un projet solaire de 258 MW.

Safi : le maire s’octroie un garage en douce, la colère gronde

Le président de la commune urbaine d’Asfi a construit sans autorisation préalable un garage souterrain pour sa maison de deux étages, en chantier dans le quartier Miftah Al Rahma, suscitant l’indignation et la colère des résidents et des défenseurs des...

Maroc : vers une baisse de la production d’olive

Selon les prévisions de la Fédération Interprofessionnelle Marocaine de l’Olive, la production d’olives au titre de la prochaine campagne, devrait être en baisse, en raison des effets du changement climatique et de la sécheresse qui sévit cette année...

Une belle innovation sauve des villages marocains des pénuries d’eau

Au Maroc, la mise en œuvre d’un projet novateur permet aux villages situés dans le sud-ouest du pays de s’approvisionner en eau potable. De quoi amoindrir voire mettre fin à une difficulté majeure des populations qui souffrent chaque année des pénuries...

Un frigo, 100% marocain, écologique et sans électricité

Un réfrigérateur en argile, qui fonctionne sans électricité et peut conserver les aliments pendant 15 jours. C’est l’invention créée il y a quelques années par Rawya Lamhar, une jeune ingénieure marocaine.

Le FMI confirme un prêt pour le Maroc

Le Maroc bénéficiera d’un prêt de 1,3 milliard de dollars du Fonds monétaire international (FMI) pour soutenir sa transition écologique et renforcer sa résilience face aux catastrophes naturelles.

Une boule de feu repérée au-dessus du Maroc

Le ciel marocain a été illuminé dans la nuit du 5 septembre par une boule de feu provoquée par la chute d’une météorite.

Sécheresse au Maroc : appel à arrêter la culture de l’avocat et de la pastèque

En cette période de sécheresse sévère et de risque de stress hydrique au Maroc, le mouvement Maroc environnement 2050 demande « l’arrêt immédiat » de la culture de certains fruits comme l’avocat et la pastèque qui assèchent les nappes phréatiques.

Le groupe marocain OCP vise haut les quatre prochaines années

Après le succès de son premier programme d’investissement – la capacité de production d’engrais a triplé en 10 ans-, le groupe marocain OCP a préparé un nouveau programme d’investissement vert dont la mise en œuvre permettra d’atteindre la neutralité...

Maroc : baisse de 67% de la campagne céréalière 2021-2022

La campagne agricole 2021/2022 clôture sur une production céréalière 34 Millions de quintaux, contre 103,2 MQX obtenus, un an auparavant, soit une baisse de 67 %, selon le ministère de l’Agriculture.