Le miel marocain est en péril

15 janvier 2024 - 18h00 - Maroc - Ecrit par : P. A

Les apiculteurs marocains sont inquiets. Depuis des années, des colonies d’abeilles sont décimées en raison de la sécheresse et des aléas climatiques, ce qui affecte durement la production du miel.

Les producteurs de miel marocains enregistrent de nombreuses pertes du fait de cette situation. « La sécheresse a durement frappé le secteur apicole au Maroc, impactant significativement la production de miel », explique à Hespress, Abdelkader Berni, président de la coopérative Tamesna à Benslimane, principale région de production de miel, ajoutant que cette coopérative « elle est le pilier de subsistance pour de nombreuses familles. En effet, plus de onze familles trouvent leur moyen de subsistance grâce à cette structure ».

Et de poursuivre : « Les défis environnementaux, tels que la pollution et la sécheresse, ont exacerbé les difficultés auxquelles nous sommes confrontés. Cette situation est particulièrement préoccupante pour la population de Benslimane, qui ressent l’impact direct de ces changements ». Abondant dans le même sens, Mohammed, un apiculteur, s’inquiète de la mort massive des abeilles. « Cette situation est alarmante et plonge le monde apicole dans une crise profonde. Plusieurs facteurs contribuent à ce déclin, et bien que de nombreuses causes soient évoquées, nous identifions principalement la sécheresse à hauteur de 60 % et la maladie à hauteur de 40 % », commente-t-il.

À lire : Disparition des abeilles : un phénomène inédit au Maroc

Pour pallier cette situation, les apiculteurs sollicitent l’aide du gouvernement pour soutenir le secteur. « Nous sommes confrontés à une situation financière difficile, car nous n’avons pas reçu d’aide depuis un certain temps », se plaint Mohamed. Pour sa part, Lahcen Benbel, le président du Syndicat national des professionnels de l’apiculture au Maroc a souligné « qu’aucun apiculteur professionnel membre de notre syndicat n’a bénéficié » d’un soutien du gouvernement, qu’il avait pourtant promis aux apiculteurs suite à l’effondrement des ruches au Maroc.

Le syndicaliste appelle en outre à œuvrer pour la valorisation du miel national, ce qui passe par une révision de l’article 10 du décret n°2.17.463 du 14 novembre 2017. « Ce décret autorise le mélange du miel marocain avec du miel importé, ce qui compromet la qualité et l’authenticité du produit. Il est également nécessaire de revoir le livret de tolérance ainsi que celui d’instructions pour garantir la pureté et la qualité du miel produit au Maroc », fait savoir Benbel, espérant que l’année 2024 « sera bénéfique après les récentes précipitations dans diverses régions du Royaume ».

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Environnement - Sécheresse au Maroc

Aller plus loin

Disparition des abeilles : un phénomène inédit au Maroc

Le directeur régional de l’Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA) de Béni-Mellal-Khénifra, Mohamed Nemmaoui, a assuré, sur la base des analyses...

Apiculture : une année blanche pour le miel marocain ?

Le phénomène de disparition des colonies d’abeilles que connait le Maroc compromet la production du miel cette année. Préoccupés, les apiculteurs sont divisés sur l’origine de...

Maroc : 7500 tonnes de miel produites en 2021

La production marocaine de miel a augmenté l’année dernière, atteignant 7 500 tonnes mais, loin des 16 000 tonnes attendues par le plan Maroc Vert.

Maroc : l’apiculture menacée par la maladie du Varroa

La présence du parasite de Varroa qui s’attaque aux ruches, met le secteur apicole marocain en danger. Les professionnels s’en prennent à l’ONSSA qui a cessé de leur fournir...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le Maroc envahi par les chiens interdits

Alors que la loi relative à « la prévention et la protection des personnes contre les dangers des chiens », interdit la possession, la domestication, l’achat, la vente et l’élevage de chiens classés comme dangereux, nombreux sont les jeunes qui...

Maroc : record d’exportations d’avocat, mais à quel prix ?

Les agriculteurs marocains continuent de produire de l’avocat destiné à l’exportation, malgré le stress hydrique que connaît le royaume. Le volume des exportations de ce produit a déjà atteint 30 000 tonnes.

Maroc : « Marée » de déchets après les iftars sur les plages

Les associations de défense de l’environnement dénoncent le non-respect des règles environnementales par certaines familles qui laissent d’importantes quantités de déchets sur les plages après y avoir rompu le jeûne pendant le mois de Ramadan.

Les Marocains vont-ils manquer de dattes pour le Ramadan ?

À quelques semaines du mois sacré de Ramadan, des doutes subsistent quant à la disponibilité des dattes en quantité suffisante et à des prix abordables.

Maroc : les amateurs de hammams vont être déçus

Face à la pénurie d’eau que connait le Maroc, les autorités ont décidé de prendre une décision choc concernant les hammams.

Maroc : forte augmentation du prix de l’huile d’olive

Le Maroc figure parmi les pays dont la production d’huile d’olive est durement touchée par la sécheresse. Une situation qui fait grimper les prix mondiaux.

Une belle innovation sauve des villages marocains des pénuries d’eau

Au Maroc, la mise en œuvre d’un projet novateur permet aux villages situés dans le sud-ouest du pays de s’approvisionner en eau potable. De quoi amoindrir voire mettre fin à une difficulté majeure des populations qui souffrent chaque année des pénuries...

BMW, Renault et Managem au cœur d’un scandale écologique au Maroc ?

Une enquête dévoile la pollution importante de certains villages marocains où sont déchargés des résidus miniers. BMW, Renault et la Managem, grande entreprise minière marocaine, sont pointés du doigt.

Des chercheurs marocains révolutionnent l’isolation des habitations

Des chercheurs marocains des Universités Moulay-Ismail de Meknès et de Rabat ont développé une nouvelle méthode d’isolation des habitations. Celle-ci est écologique et surtout économique.

Double certification pour Royal Air Maroc

L’Association internationale du transport aérien (IATA) a récemment décerné à Royal Air Maroc les certifications IEnvA (IATA Environmental Assessment) et IWT (IATA Illegal Wildlife Trade) pour son engagement constant en faveur de l’environnement et de...