Le Maroc contraint de réorienter sa production agricole

15 janvier 2024 - 14h00 - Maroc - Ecrit par : P. A

Face à la sécheresse et au stress hydrique d’une part, et à l’inflation d’autre part, le gouvernement marocain est contraint de revoir sa politique agricole et alimentaire pour garantir l’eau et le pain.

L’eau devient une denrée rare au Maroc où la sécheresse sévit depuis quelques années, impactant durement l’agriculture. « Selon le plan eau national, dans une année normale, l’agriculture recevait 5 milliards de m³. Depuis 2008, la part en eau du secteur n’a jamais dépassé 3,5 milliards de m³, même durant les meilleures années. En 2021, cette part n’a pas dépassé 1,220 milliard de m³ », explique Mohamed Sadiki, ministre de l’Agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, insistant sur l’urgence de prioriser la production des légumes comme la pomme de terre, l’oignon ou la tomate, les plus consommés au Maroc.

Le ministère a pris des mesures pour rationaliser l’eau, limitant la culture de fruits consommatrices d’eau comme la pastèque, l’avocat ou les agrumes. « L’année dernière, nous avons utilisé 1,02 milliard de m³. Pour l’année en cours, nous n’avons de la visibilité que pour 683 millions de m³. Il y a une réduction d’utilisation parce qu’il y a un rationnement et on donne la priorité à l’eau potable. Sur ce point, il faut préciser qu’il y a des barrages qui étaient totalement dédiés à l’agriculture, aujourd’hui, ils fournissent de l’eau potable. C’est le cas du barrage à Béni Mellal qui depuis 4 ans est dirigé pour alimenter le barrage Al Massira alimentant en eau potable Casablanca », détaille Mohamed Sadiki.

À lire : Maroc : quand le thermomètre s’emballe, l’agriculture trinque

Le chef du département de l’Agriculture ajoute qu’« aujourd’hui, la situation est critique » et que les solutions doivent être apportées zone par zone et culture par culture. « La priorité est donnée à certaines cultures sur d’autres. Et l’une de ces priorités est de sauver l’arboriculture, non dans le sens d’une irrigation pour permettre une production, mais pour permettre à l’arbre, qui est le capital de production, de se maintenir », souligne Sadiki qui rassure que les dispositions sont en train d’être prises pour augmenter la production des produits les plus consommés et réduire ainsi leurs prix pour continuer à maitriser l’inflation à l’échelle nationale.

« Les dernières données publiées par le Haut-Commissariat au Plan relatives à l’indice des prix à la consommation (IPC) montrent que l’inflation a accusé une baisse substantielle pour se situer à 3,6 % en novembre 2023, contre 10,1 % en février 2023, soit le taux le plus bas depuis janvier 2022. Cette baisse a été attribuée en grande partie au repli des prix des produits alimentaires et des prix des carburants », fait savoir le ministre, rappelant le maintien des subventions pour le sucre et la farine nationale de blé tendre et que le gouvernement « suit de près l’évolution de l’approvisionnement du pays et prendra les mesures nécessaires en cas de besoin ».

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Eau - Agriculture - Inflation - Ministère de l’Agriculture et de la Pêche maritime - Mohamed Seddiki - Sécheresse au Maroc

Aller plus loin

Pastèque et sécheresse : le casse-tête marocain

Faut-il continuer à produire de la pastèque rouge qui nécessite une importante quantité d’eau et épuise les sols, alors que le Maroc connaît la pire sécheresse depuis quatre...

Maroc : l’inflation s’envole, surtout les produits alimentaires

Le Maroc est actuellement confronté à une situation économique difficile, marquée par une inflation galopante. Selon la dernière note de conjoncture du Haut Commissariat au Plan...

Le Maroc limite la production de pastèque

Face à la pire sécheresse qu’il connaît depuis quatre décennies, le Maroc prend des mesures pour réglementer la production de pastèques qui nécessite une importante quantité d’eau.

Maroc : quand le thermomètre s’emballe, l’agriculture trinque

La canicule au Maroc, avec des vagues de chaleur allant jusqu’à 50 degrés, ajoutée aux tempêtes de sable venant du Sahara, détruit les cultures de fruits et légumes, affectant...

Ces articles devraient vous intéresser :

Fermeture des hammams au Maroc : la question arrive au parlement

Plutôt que de fermer les bains publics pour rationaliser l’eau, la députée du parti socialiste, Majida Chahid, propose de fixer la capacité d’accueil de ces établissements ou de déterminer la quantité d’eau à utiliser par client.

Les prix de la viande au Maroc résisteront-ils à la sécheresse ?

Les prix de la viande connaîtra-t-il une augmentation au Maroc à cause de la sécheresse qui touche le Maroc depuis quelques années ? Voici la réponse d’un expert du secteur.

La viande consommée par les Marocains dangereuse pour la santé ? un ministre répond

Le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, a assuré du bon état des abattoirs et de la qualité de la viande qui en est issue. Ceci, en réaction aux propos d’un conseiller parlementaire qui a dénoncé l’absence de maintenance des équipements et de...

Aïd Al-Adha : le Maroc a encore importé des bovins de l’étranger

En prévision de l’Aïd Al-Adha, prévu au Maroc vers le 29 juin prochain, le nombre d’importations d’ovins s’intensifie. Ainsi, quelque 19 500 ovins importés du Portugal sont arrivés au port de Jorf Lasfar, dans la région d’El Jadida.

La production de voitures électriques «  assèche  » le Maroc

La production des métaux nécessaires à la fabrication des batteries ou moteurs des voitures électriques exige beaucoup d’eau. Une ressource qui se raréfie de jour en jour dans des pays comme le Maroc, déjà frappé par une sécheresse sévère.

Le marché britannique souffre de la pénurie de tomates marocaines

La baisse des exportations de tomates marocaines affecte le marché de légumes au Royaume-Uni. De nombreux Britanniques déplorent la situation sur les réseaux sociaux.

Très cher Aid al adha pour les Marocains

L’augmentation continue du prix de la viande au Maroc affecte le coût du sacrifice de l’Aïd Al-Adha pour de nombreux ménages marocains.

Le Maroc va importer 2,5 millions de tonnes de blé

Le Maroc veut importer 2,5 millions de tonnes de blé entre le 1ᵉʳ juillet et le 30 septembre 2023, a annoncé l’Office national interprofessionnel des céréales et des légumineuses (ONICL).

Le Maroc va faire un important don d’engrais à Saint-Vincent-et-les Grenadines

Le Maroc envisage de faire un important don d’engrais à Saint-Vincent-et-les-Grenadines l’année prochaine. Une feuille de route pour la coopération entre les deux pays dans les trois ou cinq années à venir est en cours d’élaboration.

Le Maroc dans le Top 10 mondial des fournisseurs de fruits surgelés

Le Maroc a quadruplé ses exportations de framboise surgelée vers l’Union européenne (UE) en deux ans, passant de 3 600 tonnes en 2020 à 16 700 tonnes en 2022.