Le Maroc contraint de réorienter sa production agricole

15 janvier 2024 - 14h00 - Maroc - Ecrit par : A.P

Face à la sécheresse et au stress hydrique d’une part, et à l’inflation d’autre part, le gouvernement marocain est contraint de revoir sa politique agricole et alimentaire pour garantir l’eau et le pain.

L’eau devient une denrée rare au Maroc où la sécheresse sévit depuis quelques années, impactant durement l’agriculture. « Selon le plan eau national, dans une année normale, l’agriculture recevait 5 milliards de m³. Depuis 2008, la part en eau du secteur n’a jamais dépassé 3,5 milliards de m³, même durant les meilleures années. En 2021, cette part n’a pas dépassé 1,220 milliard de m³ », explique Mohamed Sadiki, ministre de l’Agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, insistant sur l’urgence de prioriser la production des légumes comme la pomme de terre, l’oignon ou la tomate, les plus consommés au Maroc.

Le ministère a pris des mesures pour rationaliser l’eau, limitant la culture de fruits consommatrices d’eau comme la pastèque, l’avocat ou les agrumes. « L’année dernière, nous avons utilisé 1,02 milliard de m³. Pour l’année en cours, nous n’avons de la visibilité que pour 683 millions de m³. Il y a une réduction d’utilisation parce qu’il y a un rationnement et on donne la priorité à l’eau potable. Sur ce point, il faut préciser qu’il y a des barrages qui étaient totalement dédiés à l’agriculture, aujourd’hui, ils fournissent de l’eau potable. C’est le cas du barrage à Béni Mellal qui depuis 4 ans est dirigé pour alimenter le barrage Al Massira alimentant en eau potable Casablanca », détaille Mohamed Sadiki.

À lire : Maroc : quand le thermomètre s’emballe, l’agriculture trinque

Le chef du département de l’Agriculture ajoute qu’« aujourd’hui, la situation est critique » et que les solutions doivent être apportées zone par zone et culture par culture. « La priorité est donnée à certaines cultures sur d’autres. Et l’une de ces priorités est de sauver l’arboriculture, non dans le sens d’une irrigation pour permettre une production, mais pour permettre à l’arbre, qui est le capital de production, de se maintenir », souligne Sadiki qui rassure que les dispositions sont en train d’être prises pour augmenter la production des produits les plus consommés et réduire ainsi leurs prix pour continuer à maitriser l’inflation à l’échelle nationale.

« Les dernières données publiées par le Haut-Commissariat au Plan relatives à l’indice des prix à la consommation (IPC) montrent que l’inflation a accusé une baisse substantielle pour se situer à 3,6 % en novembre 2023, contre 10,1 % en février 2023, soit le taux le plus bas depuis janvier 2022. Cette baisse a été attribuée en grande partie au repli des prix des produits alimentaires et des prix des carburants », fait savoir le ministre, rappelant le maintien des subventions pour le sucre et la farine nationale de blé tendre et que le gouvernement « suit de près l’évolution de l’approvisionnement du pays et prendra les mesures nécessaires en cas de besoin ».

Sujets associés : Agriculture - Mohamed Seddiki - Ministère de l’Agriculture et de la Pêche maritime - Inflation - Eau - Sécheresse au Maroc

Aller plus loin

Pastèque et sécheresse : le casse-tête marocain

Faut-il continuer à produire de la pastèque rouge qui nécessite une importante quantité d’eau et épuise les sols, alors que le Maroc connaît la pire sécheresse depuis quatre...

Le Maroc limite la production de pastèque

Face à la pire sécheresse qu’il connaît depuis quatre décennies, le Maroc prend des mesures pour réglementer la production de pastèques qui nécessite une importante quantité d’eau.

Maroc : l’inflation s’envole, surtout les produits alimentaires

Le Maroc est actuellement confronté à une situation économique difficile, marquée par une inflation galopante. Selon la dernière note de conjoncture du Haut Commissariat au Plan...

Maroc : quand le thermomètre s’emballe, l’agriculture trinque

La canicule au Maroc, avec des vagues de chaleur allant jusqu’à 50 degrés, ajoutée aux tempêtes de sable venant du Sahara, détruit les cultures de fruits et légumes, affectant...

Ces articles devraient vous intéresser :

Immobilier au Maroc : des opportunités en vue

Le recul de l’inflation et la stabilité des taux de crédits immobiliers apportent non seulement un soulagement aux acquéreurs, mais ils suscitent également un nouvel espoir pour le marché immobilier.

Maroc : 3,7 milliards de dirhams de subventions au secteur agricole

Le gouvernement maintient son soutien au secteur agricole. Cette année, 3,7 milliards de dirhams de subventions seront affectés au secteur, pour un investissement global de 7,4 milliards de dirhams.

Les Marocains vont-ils manquer de dattes pour le Ramadan ?

À quelques semaines du mois sacré de Ramadan, des doutes subsistent quant à la disponibilité des dattes en quantité suffisante et à des prix abordables.

Le Maroc face au défi de l’eau et de l’hygiène après le séisme

L’eau et l’hygiène dans les campements, où vivent désormais sous des tentes les sinistrés du séisme dévastateur du 8 septembre au Maroc, constituent un enjeu majeur pour les autorités du royaume.

Chute historique des exportations d’olives marocaines

Les exportations d’olive marocaine sont en net recul alors que les importations sont en hausse. Le déficit commercial s’est creusé.

Maroc : l’huile d’olive devient un luxe

Au Maroc, le prix de l’huile d’olive augmente fortement. En cause, la sécheresse et les vagues de grande chaleur qui ont touché la production de ce petit fruit indispensable aux saveurs des mets des Marocains.

Zara, Bershka : pourquoi les prix au Maroc sont plus chers qu’en Europe ?

Les prix pratiqués par les grandes enseignes au Maroc font encore polémique. Il n’est pas rare de trouver des vêtements avec des prix supérieurs de 50 ou 70 % dans les grands magasins au Maroc, par rapport à certains pays européens.

Engrais : l’Europe mise sur le Maroc

Face à la flambée des prix des matières premières liée à la crise à la guerre en Ukraine, l’Europe envisage d’augmenter ses importations d’engrais au Maroc. 40 % des importations européennes de phosphate provenaient du royaume.

Le moral des Marocains continue de baisser

À fin juin, le moral de Marocains a continué à se dégrader, atteignant son niveau le plus bas jamais enregistré. Les ménages affichent leur pessimisme sur leur situation financière et l’évolution du niveau de vie.

Pénurie d’eau : le Maroc bénéficie d’un projet européen

Pour prévenir la pénurie d’eau en temps de sécheresse dans les pays du bassin méditerranéen, dont le Maroc, le projet « Elargissement inclusif des actions de restauration des agroécosystèmes méditerranéens » (REACT4MED) a été miss en place.