Le Maroc limite la production de pastèque

17 novembre 2023 - 14h00 - Maroc - Ecrit par : S.A

Face à la pire sécheresse qu’il connaît depuis quatre décennies, le Maroc prend des mesures pour réglementer la production de pastèques qui nécessite une importante quantité d’eau.

Le gouvernement marocain a pris des mesures pour limiter la production de pastèques afin de rationaliser l’utilisation de l’eau dans les zones critiques. À Zagora, l’une des principales provinces productrices de cette culture gourmande en eau, le gouverneur a pris une décision limitant à un hectare les surfaces maximales autorisées pour la culture de la pastèque, fait savoir Morocco World News, précisant que cette décision a été annoncée en marge d’une réunion tenue au siège de l’administration le 18 octobre 2023. La culture de tous les types de pastèques dans les zones proches des champs de pompage d’eau potable définies par les comités locaux est également concernée par cette mesure restrictive.

À lire :Pastèque et sécheresse : le casse-tête marocain

Quid des zones désignées ? Elles comprennent les installations d’approvisionnement en eau potable et les berges du Draa le long des oasis, en plus du lit des rivières. Pour une mise en application effective de la mesure, les autorités locales ont mis en place des comités chargés de surveiller la quantité d’eau extraite pour l’irrigation et de suivre l’état des ressources en eau. Ces comités s’assignent également comme mission de prendre des mesures juridiques à l’encontre de ceux qui enfreignent les restrictions.

À lire : Sécheresse au Maroc : appel à arrêter la culture de l’avocat et de la pastèque

En janvier, le wali de la région de Guelmim-Oued Noun avait interdit la culture de la pastèque et du melon sur le territoire de la province de Guelmim en raison de l’assèchement des sources d’eau et de la baisse du niveau de la nappe phréatique. Cette décision faisait suite à la circulaire du ministère de l’Intérieur invitant les agents de l’administration territoriale à prendre des mesures pour rationaliser la consommation de l’eau potable.

À lire :Des villes marocaines interdisent la culture de la pastèque et du melon

Dans ses rapports, la Banque mondiale classe le Maroc parmi les pays ayant les plus faibles ressources en eau par habitant. En 2015, les ressources en eau moyenne du pays par habitant s’élevaient à seulement 645 mètres cubes par an, bien loin du « seuil de pauvreté en eau » de 1 000 mètres cubes par habitant.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Eau - Agriculture

Aller plus loin

Des villes marocaines interdisent la culture de la pastèque et du melon

Le wali de la région de Guelmim-Oued Noun a décidé d’interdire la culture de la pastèque et du melon sur le territoire de la province de Guelmim. Ceci, en raison de...

Sécheresse au Maroc : appel à arrêter la culture de l’avocat et de la pastèque

En cette période de sécheresse sévère et de risque de stress hydrique au Maroc, le mouvement Maroc environnement 2050 demande « l’arrêt immédiat » de la culture de certains...

Le Maroc envisage des coupures d’eau

Face au grave déficit hydrique provoqué par six années de sécheresse, le Maroc met en œuvre des mesures strictes, dont une rationalisation draconienne de l’utilisation de l’eau.

Le Maroc contraint de réorienter sa production agricole

Face à la sécheresse et au stress hydrique d’une part, et à l’inflation d’autre part, le gouvernement marocain est contraint de revoir sa politique agricole et alimentaire pour...

Ces articles devraient vous intéresser :

Un agriculteur espagnol attaque la famille royale marocaine

Le Tribunal de l’Union européenne a entendu mardi les arguments de l’entreprise Eurosemillas, spécialisée dans la production de semences sélectionnées, qui demande l’annulation de la protection communautaire des obtentions végétales pour la variété...

Le Maroc capable d’établir un record en matière d’exportations d’avocats

Le Maroc a enregistré une hausse record de ses exportations d’avocats en volume au cours de la saison et pourrait rééditer l’exploit au cours de la saison 2022/23 (juillet-juin).

Les agriculteurs bretons dénoncent « l’invasion » de la tomate marocaine

Une action d’étiquetage a été lancée le vendredi 2 juin 2023 par les producteurs de tomates d’Ille-et-Vilaine et la FDSEA 35, pour dénoncer les tomates importées du Maroc.

Agriculture : appel au renforcement de la coopération entre le Maroc et Israël

Le ministre israélien de l’Agriculture appelle le Maroc et l’État hébreu à s’investir davantage dans le développement du secteur agricole à travers la signature d’accords de partenariat.

Le Maroc va faire un important don d’engrais à Saint-Vincent-et-les Grenadines

Le Maroc envisage de faire un important don d’engrais à Saint-Vincent-et-les-Grenadines l’année prochaine. Une feuille de route pour la coopération entre les deux pays dans les trois ou cinq années à venir est en cours d’élaboration.

Maroc : la question des dattes algériennes arrive au parlement

Le groupe Haraki à la Chambre des Représentants a interpellé le ministre de l’Agriculture, Mohamed Sidiki, sur les dattes notamment d’origine algérienne qui ont inondé le marché marocain avant le début du mois de ramadan.

Le Maroc limite la production de pastèque

Face à la pire sécheresse qu’il connaît depuis quatre décennies, le Maroc prend des mesures pour réglementer la production de pastèques qui nécessite une importante quantité d’eau.

Fermeture des hammams au Maroc : la question arrive au parlement

Plutôt que de fermer les bains publics pour rationaliser l’eau, la députée du parti socialiste, Majida Chahid, propose de fixer la capacité d’accueil de ces établissements ou de déterminer la quantité d’eau à utiliser par client.

Maroc : la fermeture des hammams fait des malheureux

La Fédération nationale des associations des propriétaires et exploitants des bains traditionnels au Maroc a adressé un courrier au ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, l’invitant à reconsidérer la décision de fermeture des hammams trois jours...

Maroc : les agriculteurs rattrapés par l’impôt

Au Maroc, les petits agriculteurs exploitants agricoles exonérés d’impôts réalisant un chiffre d’affaires inférieur à 5 millions de dirhams, doivent désormais remplir une déclaration de revenus, a récemment rappelé la Direction générale des impôts (DGI).