Sécheresse au Maroc : appel à arrêter la culture de l’avocat et de la pastèque

12 août 2022 - 14h20 - Maroc - Ecrit par : A.P

En cette période de sécheresse sévère et de risque de stress hydrique au Maroc, le mouvement Maroc environnement 2050 demande « l’arrêt immédiat » de la culture de certains fruits comme l’avocat et la pastèque qui assèchent les nappes phréatiques.

Certaines cultures fruitières consomment de l’eau potable de façon excessive. Une seule pastèque de 10 kg peut consommer jusqu’à 450 litres d’eau douce, alerte l’association de défense de l’environnement qui demande « l’arrêt immédiat » de la culture de ce fruit et de l’avocat en cette période où le Maroc vit sa pire sécheresse depuis 30 ans.

Actuellement, le royaume connait un taux de remplissage de ses barrages de l’ordre de 32,7 % contre 49 % en 2021. Le volume total de mobilisation des ressources en eau était de 732 millions m³ entre le 1ᵉʳ septembre 2021 et le 28 février, soit un déficit d’environ 90 % par rapport à la moyenne annuelle. C’est pourquoi l’association estime qu’il est temps d’opérer un changement radical de la politique agricole en tenant compte du niveau de consommation en eau et des spécificités de chaque région.

À lire : Maroc : voici les principales mesures prises pour éviter les pénuries d’eau

Pour rationaliser l’utilisation de l’eau potable en cette période critique, le gouvernement a déjà demandé aux municipalités de réduire le débit d’eau potable dans les ménages et d’interdire son utilisation pour l’arrosage des golfs et jardins des hôtels, le lavage des véhicules et le nettoyage des rues, rappelle Hespress. Mais ces mesures sont insuffisantes pour pallier la situation que vit le royaume, alerte l’association.

« La pastèque est composée à 80 % d’eau, ce qui signifie que pour 10 kg de pastèque exportés, c’est une quantité équivalente à 8 kg d’eau souterraine non renouvelable » qui est perdue, explique le mouvement. Et d’ajouter : « 1 kilo d’avocat consomme 1 000 litres d’eau ! Qu’en est-il des centaines de milliers de tonnes par an ? ».

Sujets associés : Eau - Agriculture - Environnement

Aller plus loin

Pourquoi la culture de la pastèque a-t-elle été limitée à Zagora ?

Pour faire face à la pénurie d’eau, le gouverneur de la province de Zagora a pris des mesures urgentes, touchant certaines cultures, dont la pastèque.

La Banque mondiale alerte sur le risque de « stress hydrique » et de sécheresse au Maroc

Le Maroc est menacé par le « stress hydrique », des déficits pluviométriques réguliers et la sécheresse, a alerté la Banque mondiale qui souligne que ces facteurs auront « à...

Pastèque et sécheresse : le casse-tête marocain

Faut-il continuer à produire de la pastèque rouge qui nécessite une importante quantité d’eau et épuise les sols, alors que le Maroc connaît la pire sécheresse depuis quatre...

Le Maroc arrête de subventionner la pastèque et l’avocat

Afin de faire face au déficit hydrique, le gouvernement marocain a décidé de suspendre les subventions des cultures qui consomment le plus d’eau comme la pastèque, l’avocat et...

Ces articles devraient vous intéresser :

L’eau Aïn Ifrane ne trouve pas encore de repreneur

Le groupe Castel est activement à la recherche d’un repreneur pour la marque d’eau Aïn Ifrane, sans succès pour l’instant. Les discussions avec des opérateurs locaux et internationaux via une banque d’affaires n’ont visiblement pas encore abouti.

Une belle innovation sauve des villages marocains des pénuries d’eau

Au Maroc, la mise en œuvre d’un projet novateur permet aux villages situés dans le sud-ouest du pays de s’approvisionner en eau potable. De quoi amoindrir voire mettre fin à une difficulté majeure des populations qui souffrent chaque année des pénuries...

Tomate marocaine : le nouveau cauchemar des producteurs français

Face à l’augmentation des importations de tomates marocaines, les producteurs français expriment leur inquiétude et pointent du doigt une concurrence déloyale.

Maroc : explosion des exportations de produits alimentaires et maritimes

Les exportations des produits alimentaires agricoles et maritimes ont connu un boom en 2022 pour dépasser les 80 milliards de dirhams (MMDH). Un record.

Le Maroc arrête de subventionner la pastèque et l’avocat

Afin de faire face au déficit hydrique, le gouvernement marocain a décidé de suspendre les subventions des cultures qui consomment le plus d’eau comme la pastèque, l’avocat et les nouvelles plantations d’agrumes.

Maroc : 3,7 milliards de dirhams de subventions au secteur agricole

Le gouvernement maintient son soutien au secteur agricole. Cette année, 3,7 milliards de dirhams de subventions seront affectés au secteur, pour un investissement global de 7,4 milliards de dirhams.

Maroc : vers une baisse de la production d’olive

Selon les prévisions de la Fédération Interprofessionnelle Marocaine de l’Olive, la production d’olives au titre de la prochaine campagne, devrait être en baisse, en raison des effets du changement climatique et de la sécheresse qui sévit cette année...

Maroc : la fermeture des hammams fait des malheureux

La Fédération nationale des associations des propriétaires et exploitants des bains traditionnels au Maroc a adressé un courrier au ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, l’invitant à reconsidérer la décision de fermeture des hammams trois jours...

Safi : le maire s’octroie un garage en douce, la colère gronde

Le président de la commune urbaine d’Asfi a construit sans autorisation préalable un garage souterrain pour sa maison de deux étages, en chantier dans le quartier Miftah Al Rahma, suscitant l’indignation et la colère des résidents et des défenseurs des...

Accord de pêche : le Maroc et l’UE font le point

La quatrième Commission mixte de l’Accord de partenariat dans le domaine de la pêche durable entre l’Union européenne et le Maroc s’est réunie les 9 et 10 novembre à Rabat.