Le Maroc en guerre contre la cochenille

18 avril 2024 - 14h00 - Maroc - Ecrit par : P. A

Au Maroc, le ministère de l’Agriculture a mis en place des mesures pour limiter la propagation de la cochenille, un insecte ravageur des cultures de cactus.

L’invasion de la cochenille a provoqué des dégâts considérables au Maroc au cours des dernières années, entrainant des pertes de 15 000 hectares de plantations de cactus, une culture essentielle pour l’agriculture marocaine. Entre juillet 2016 et fin décembre 2023, près de 39 millions de mètres linéaires de cactus ont été détruits en vue de contenir la propagation de ce ravageur, fait savoir Hespress.

Pour prévenir cette menace, le ministère de l’Agriculture a pris des mesures drastiques pour éviter des pertes aux agriculteurs qui vivent de la culture du cactus. Ainsi, plus de 234 millions de mètres linéaires de cactus ont été traités avec 82 000 litres de pesticides distribués aux agriculteurs, avec le concours des services de protection des végétaux de l’Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA).

À lire : Nord du Maroc : les champs de figues de barbarie touchés par les cochenilles

D’autres mesures ont été initiées par le ministère pour traiter les huit souches de la cochenille résistantes aux traitements conventionnels. À en croire le ministre Mohamed Sadiki, la capacité de la cochenille à se reproduire en grand nombre et à un rythme assez rapide, est l’un des facteurs de sa propagation dans de nouvelles zones, tout comme les vents qui les transportent d’une région à une autre.

Face à ces constats, et conscient de l’importance de la culture du cactus pour le Maroc, le ministère de l’Agriculture doit redoubler d’efforts pour contenir la propagation de la cochenille et éviter des pertes aux agriculteurs.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Agriculture - Ministère de l’Agriculture et de la Pêche maritime - Office national de sécurité sanitaire et des produits alimentaires (ONSSA) - Mohamed Sadiki

Aller plus loin

Maroc : après la menthe, place à la figue de barbarie

La figue de barbarie est dans le collimateur des autorités sanitaires marocaines à l’image de la ville de Casablanca qui vient d’en interdire l’accès au marché de gros. En cause...

Sud du Maroc : alerte à l’invasion des criquets

L’Office national de lutte antiacridienne à Ait Melloul a mobilisé des avions pour contrer les essaims de criquets qui envahissent une partie de la province de Tata.

L’invasion des criquets pèlerins : le Maroc doit se préparer au pire

Le changement climatique pourrait provoquer des invasions de criquets pèlerins plus importantes et plus graves au Maroc. C’est ce que révèle une étude réalisée par des...

Nord du Maroc : les champs de figues de barbarie touchés par les cochenilles

Connues pour leurs dégâts dans les plantations de figues de barbarie dans le centre et le sud du Maroc, les cochenilles gagnent désormais le nord du pays.

Ces articles devraient vous intéresser :

La viande consommée par les Marocains dangereuse pour la santé ? un ministre répond

Le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, a assuré du bon état des abattoirs et de la qualité de la viande qui en est issue. Ceci, en réaction aux propos d’un conseiller parlementaire qui a dénoncé l’absence de maintenance des équipements et de...

Exportations d’avocats : le Maroc va établir un nouveau record

La sécheresse qui touche le Maroc ne produira pas un impact négatif sur ses exportations d’avocats. Le royaume est en passe d’établir un nouveau record.

Maroc : record d’exportations d’avocat, mais à quel prix ?

Les agriculteurs marocains continuent de produire de l’avocat destiné à l’exportation, malgré le stress hydrique que connaît le royaume. Le volume des exportations de ce produit a déjà atteint 30 000 tonnes.

L’avocat : l’or vert qui assoiffe le Maroc

La culture de l’avocat nécessite une importante quantité d’eau. Au Maroc, des voix s’élèvent pour appeler à l’interdiction de cette culture, en cette période de sécheresse sévère et de stress hydrique.

Tomate marocaine : le nouveau cauchemar des producteurs français

Face à l’augmentation des importations de tomates marocaines, les producteurs français expriment leur inquiétude et pointent du doigt une concurrence déloyale.

Aïd al-Adha : des moutons engraissés avec de la fiente de volaille

À quelques semaines de la célébration de l’Aïd Al-Adha prévue fin juin, l’Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA) du Maroc multiplie les opérations de contrôle pour s’assurer de la qualité des aliments donnés aux moutons...

Les Marocains vont-ils manquer de dattes pour le Ramadan ?

À quelques semaines du mois sacré de Ramadan, des doutes subsistent quant à la disponibilité des dattes en quantité suffisante et à des prix abordables.

Maroc : des stations de dessalement pour sauver l’agriculture

Le ministère marocain de l’Agriculture a adopté le dessalement de l’eau de mer à des fins d’irrigation. Dans cette dynamique, le département de Mohamed Saddiki a prévu la construction de nouvelles stations de dessalement dans certaines zones agricoles.

Production de dattes : le Maroc revoit ses ambitions à la hausse

Le Maroc entend mobiliser ses efforts et ses ressources pour doubler sa production de dattes, en atteignant 300 000 tonnes par an, contre 149 000 tonnes en 2021.

Sécheresse : plus de 5% des Marocains menacés d’exode rural d’ici 2025

Plus de 5% de la population marocaine sont menacés par l’exode rural à l’horizon 2025 en raison la sécheresse sévère que traverse le pays, selon la Banque mondiale.