La viande consommée par les Marocains dangereuse pour la santé ? un ministre répond

30 novembre 2023 - 14h00 - Maroc - Ecrit par : A.P

Le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, a assuré du bon état des abattoirs et de la qualité de la viande qui en est issue. Ceci, en réaction aux propos d’un conseiller parlementaire qui a dénoncé l’absence de maintenance des équipements et de propreté dans les abattoirs.

Lors d’une séance de questions orales à la Chambre des conseillers, le conseiller parlementaire Ismail Allaoui a évoqué l’échec du programme de modernisation des abattoirs et des marchés, mettant en avant la « fragilité » de leurs infrastructures et « le manque d’équipements, l’absence de maintenance et de propreté dans les abattoirs ». « Monsieur le ministre, nous ne savons pas ce que nous mangeons, et depuis le jour où j’ai vu l’état de certains abattoirs, j’ai arrêté de manger de la viande », a-t-il lancé au ministre de l’Intérieur.

En réponse, Abdelouafi Laftit a déclaré que tous les abattoirs du royaume, en ville ou dans les marchés, « disposent de médecins spécialisés qui certifient la qualité des viandes et marquent celles propres à la consommation », assurant que toutes les viandes issues des abattoirs sont « propres à la consommation ». Le ministre de l’Intérieur a insisté sur « la nécessité d’éviter les confusions, et que la surveillance est effectuée de manière continue », relaie Al3omk.

À lire : Maroc : très sales abattoirs

Laftit a en outre rappelé que le ministère de l’Agriculture a établi des abattoirs de haute qualité dans les grandes villes dans le cadre du Plan Maroc Vert, et indiquant que l’objectif à terme est de doter toutes les villes et collectivités marocaines d’abattoirs de haute qualité. Au Maroc, il existe environ 180 abattoirs en milieu urbain et environ 750 dans les marchés ruraux hebdomadaires, lesquels produisant plus de 300 000 tonnes de viande par an, fait savoir le ministre de l’Intérieur.

Le membre du gouvernement a toutefois relevé la vétusté des infrastructures dans les abattoirs, l’absence de conditions de sécurité et de propreté, le manque de maintenance et l’inadéquation des méthodes de travail et de gestion. Tous ces problèmes sont dus à la faible capacité des collectivités à prendre en charge les frais d’entretien de ces équipements, a expliqué Laftit.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Abdelouafi Laftit - Ministère de l’Intérieur (Maroc) - Ministère de l’Agriculture et de la Pêche maritime

Aller plus loin

Maroc : pas de substances toxiques dans la viande rouge

Les informations faisant état de la présence de substances toxiques dans les viandes rouges proposées sur les marchés dans plusieurs villes marocaines sont fausses.

Les prix de la viande au Maroc résisteront-ils à la sécheresse ?

Les prix de la viande connaîtra-t-il une augmentation au Maroc à cause de la sécheresse qui touche le Maroc depuis quelques années ? Voici la réponse d’un expert du secteur.

Maroc : très sales abattoirs

"La majorité des unités d’abattage ne disposent pas du minimum requis, en termes d’hygiène et de salubrité", s’alarme un communiqué de l’Ordre national des Vétérinaires (ONV).

Les abattoirs de Casablanca se mettent à l’énergie solaire

Dans le souci de faire une économie d’énergie et de participer à la protection de l’environnement, les Abattoirs de Casablanca ont installé des panneaux photovoltaïques pour un...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le Maroc manque de lait

Annoncée depuis plusieurs mois par les professionnels du secteur, la pénurie de lait a été confirmée par le gouvernement lors du point de presse hebdomadaire. Selon le porte-parole du gouvernement, la situation et due à plusieurs facteurs.

Maroc : plaidoyer pour en finir avec les chiens errants

La prolifération des chiens errants dans les villes marocaines soulève de plus en plus l’inquiétude des populations, qui réclament des mesures urgentes et efficaces. Des appels se multiplient pour résoudre définitivement cet épineux problème.

Maroc : hammams fermés, SPA ouverts, le grand paradoxe

La décision du ministère de l’Intérieur de fermer les hammams trois jours par semaine aura des conséquences négatives sur les employés du secteur, a alerté Fatima Zahra Bata, la députée du Parti de la justice et du développement (PJD).

Maroc : des marchés de gros pour combattre la spéculation

Le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, a annoncé la création de douze nouveaux marchés régionaux de gros, équipés d’installations modernes pour combattre la spéculation alimentaire exacerbant l’inflation. Cette démarche, a-t-il dit, s’inscrit...

Aïd Al Adha au Maroc : cheptel en baisse, prix en hausse

Alors que l’Aïd Al Adha approche, le ministère de l’Agriculture se prépare à faire face à une possible augmentation des prix des moutons au Maroc. L’offre en ovins et caprins destinés à l’abattage est estimée à 5,6 millions de têtes, un chiffre...

Alerte sur l’impact de la fermeture des hammams et lavages auto

Au Maroc, la mesure de fermeture des hammams et stations de lavages auto trois jours par semaine, prise par le ministère de l’Intérieur, afin de rationaliser la consommation d’eau pourrait engendrer un problème majeur. C’est du moins ce que redoute un...

Au Maroc, désormais, le silence de l’administration vaut accord

Suite à la publication par les ministères de l’Intérieur et de l’Aménagement du territoire et de l’urbanisme d’un arrêté conjoint relatif à la simplification des procédures dans le domaine de l’urbanisme, Abdelouafi Laftit a adressé une circulaire aux...

Les restaurateurs marocains accusés d’empoisonner leurs clients

Les propriétaires des cafés et restaurants ont rejeté les accusations de fraude formulées contre eux par une députée du Rassemblement national des indépendants (RNI). Celle-ci a adressé une question écrite au ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit...

Le Maroc prolonge encore l’état d’urgence sanitaire

Réuni jeudi lors de sa séance hebdomadaire, le conseil de gouvernement a adopté le projet de décret portant prorogation, à nouveau, de l’état d’urgence sanitaire.

Maroc : l’informel secoue les restaurants

Au Maroc, les restaurateurs ambulants disputent les parts de marché avec les restaurateurs formellement établis. Pour mettre fin à cette concurrence déloyale, les professionnels appellent à une réglementation claire pour soutenir le secteur de la...