Déjà des coupures d’eau à Casablanca

14 février 2024 - 13h00 - Maroc - Ecrit par : P. A

Le faible débit de l’eau dans les grandes villes comme Casablanca inquiète les habitants qui dénoncent les coupures d’eau intempestives. Pour les responsables de Lydec, les ressources en eau disponibles sont insuffisantes pour satisfaire les besoins des populations, en cette période de stress hydrique.

L’écart entre l’offre et la demande en eau sera plus important d’ici le printemps prochain, a alerté Lydec, notant que les nombreuses mesures prises par le gouvernement ces dernières semaines pour rationaliser la consommation d’eau dans plusieurs villes ont impacté la disponibilité en eau dans les métropoles comme Casablanca. Plusieurs habitants de la ville ont exprimé des plaintes quant au faible débit d’eau et aux coupures fréquentes.

« La pénurie d’eau au Maroc commence sérieusement à nous inquiéter. Je ne pensais pas que la réduction du débit affecterait autant notre quotidien. J’habite au sixième étage et l’impact de cette mesure est plus important. Parfois il n’y a absolument plus d’eau, alors que je m’apprêtais à faire la vaisselle ou prendre un bain. Nous espérons que les autorités vont trouver rapidement une solution pour résoudre ce problème crucial », se plaint Samira, 40 ans, au journal Le Matin.

À lire : Le Maroc envisage des coupures d’eau

La situation a suscité de vives réactions sur les réseaux sociaux. « Le problème des coupures d’eau est devenu très contraignant dans le quartier où j’habite. Il arrive qu’on passe plusieurs heures dans la journée sans eau. Si les autorités veulent réduire le débit, nous devons être prévenus des horaires de coupures pour prendre les précautions nécessaires. Cette mesure affecte beaucoup notre quotidien », a écrit un internaute sur Facebook.

Pour sa part, Moulay Ahmed Afilal, vice-président de la commune de Casablanca, a assuré que ces coupures d’eau ne sont pas imputables aux autorités et n’ont aucun lien avec les mesures prises pour rationaliser l’eau, mais seraient plutôt dus à « des travaux de Lydec dans certains quartiers ». De son côté, Saâd Azzaoui, directeur maîtrise d’ouvrage de Lydec, a fait savoir que « les réserves au niveau du barrage Al Massira, qui alimente une grande partie de la ville, sont actuellement inférieures à 2 %, une chute très importante par rapport au taux de 30 %, enregistré il y a plusieurs années ».

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Casablanca - Eau - Consommation - Lydec

Aller plus loin

Maroc : on commence à voler ... de l’eau

Les autorités de la commune de Ben Maachou Oulad Abbou dans la province de Berrechid ont procédé à la saisie de dizaines de pompes et de moteurs utilisés par des agriculteurs...

Le Maroc envisage des coupures d’eau

Face au grave déficit hydrique provoqué par six années de sécheresse, le Maroc met en œuvre des mesures strictes, dont une rationalisation draconienne de l’utilisation de l’eau.

Colère à Tanger : des rues nettoyées ... sous la pluie !

A Tanger, le nettoyage des rues par des camions citernes de l’entreprise Mecomar, en charge de la propreté de la ville, dans ce contexte de stress hydrique et surtout de pluies...

Maroc : des coupures d’eau envisagées

Alors que le Maroc subit actuellement sa sixième année de sécheresse consécutive, le gouvernement envisage de prendre des décisions radicales pour rationaliser l’eau potable.

Ces articles devraient vous intéresser :

L’avocat : l’or vert qui assoiffe le Maroc

La culture de l’avocat nécessite une importante quantité d’eau. Au Maroc, des voix s’élèvent pour appeler à l’interdiction de cette culture, en cette période de sécheresse sévère et de stress hydrique.

Les Marocains paieront plus cher l’électricité

Les autorités marocaines ont décidé de relever les taux de TVA appliqués aux tarifs de l’électricité sur la période 2024-2026.

Le Maroc contraint de réorienter sa production agricole

Face à la sécheresse et au stress hydrique d’une part, et à l’inflation d’autre part, le gouvernement marocain est contraint de revoir sa politique agricole et alimentaire pour garantir l’eau et le pain.

Alerte sur l’impact de la fermeture des hammams et lavages auto

Au Maroc, la mesure de fermeture des hammams et stations de lavages auto trois jours par semaine, prise par le ministère de l’Intérieur, afin de rationaliser la consommation d’eau pourrait engendrer un problème majeur. C’est du moins ce que redoute un...

Une belle innovation sauve des villages marocains des pénuries d’eau

Au Maroc, la mise en œuvre d’un projet novateur permet aux villages situés dans le sud-ouest du pays de s’approvisionner en eau potable. De quoi amoindrir voire mettre fin à une difficulté majeure des populations qui souffrent chaque année des pénuries...

Fermeture des hammams au Maroc : la question arrive au parlement

Plutôt que de fermer les bains publics pour rationaliser l’eau, la députée du parti socialiste, Majida Chahid, propose de fixer la capacité d’accueil de ces établissements ou de déterminer la quantité d’eau à utiliser par client.

Maroc : hammams fermés, SPA ouverts, le grand paradoxe

La décision du ministère de l’Intérieur de fermer les hammams trois jours par semaine aura des conséquences négatives sur les employés du secteur, a alerté Fatima Zahra Bata, la députée du Parti de la justice et du développement (PJD).

Restrictions d’eau : voici ce qui attend les Marocains

Face à une crise hydrique majeure imminente, le gouvernement d’Aziz Akhannouch a pris des mesures strictes pour lutter efficacement contre la pénurie d’eau.

Le Maroc face au défi de l’eau et de l’hygiène après le séisme

L’eau et l’hygiène dans les campements, où vivent désormais sous des tentes les sinistrés du séisme dévastateur du 8 septembre au Maroc, constituent un enjeu majeur pour les autorités du royaume.

Le Maroc envisage des coupures d’eau

Face au grave déficit hydrique provoqué par six années de sécheresse, le Maroc met en œuvre des mesures strictes, dont une rationalisation draconienne de l’utilisation de l’eau.