Maroc : la pastèque, victime des restrictions d’eau

23 janvier 2024 - 08h00 - Maroc - Ecrit par : A.P

Le Maroc a maintenu les mesures restrictives sur les cultures consommatrices d’eau. En premier, la pastèque dont la culture est interdite dans plusieurs villes et régions du royaume comme Sidi Kacem, Errachidia, Tinghir, ou Zagoura.

À Sidi Kacem par exemple, des mesures restrictives ont été prises pour davantage lutter contre les prélèvements illégaux d’eau au niveau des réseaux d’eau potable, des puits ou des canaux d’irrigation. Des actions seront également menées pour détecter et réparer les fuites au niveau de ces réseaux de distribution d’eau, relaie Hespress.

Mais la mesure de restrictions ne semble efficace pour faire face à la pénurie d’eau, à en croire un membre de la chambre agricole de la région de Rabat-Salé-Kénitra. Selon lui, ce n’est pas la culture de la pastèque et du melon qui accentue le déficit hydrique dans la région, mais plutôt « l’expansion massive des cultures d’avocats au cours des dernières années ». « Nous ne faisons pas face à une sécheresse sévère dans la région, contrairement aux villes et régions du sud-est et à d’autres zones touchées par les interdictions », a-t-il ajouté.

À lire : Maroc : la pastèque sacrifiée pour préserver l’eau ?

Pour sa part, Mohamed Benaabou, expert en climat et en politiques environnementales, estime que ces mesures ont été prises à Sidi Kacem au regard de la sécheresse sévère qui frappe le royaume depuis des années, de la baisse de l’eau au niveau des barrages, du faible débit des rivières et des diverses difficultés rencontrées les années précédentes par les agriculteurs pour irriguer les terres destinées à la culture de la pastèque.

L’expert salue donc cette mesure d’interdiction des cultures consommatrices d’eau dans un contexte de stress hydrique à l’échelle nationale. « Les quantités d’eau allouées à l’irrigation ont diminué de trois milliards de mètres cubes par an à moins d’un milliard de mètres cubes seulement. Cette situation nous poussera à nous orienter davantage vers des cultures qui ne nécessitent pas d’importantes quantités d’eau d’irrigation », a-t-il souligné.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Eau - Agriculture - Sidi Kacem - Sécheresse au Maroc

Aller plus loin

Pastèque et sécheresse : le casse-tête marocain

Faut-il continuer à produire de la pastèque rouge qui nécessite une importante quantité d’eau et épuise les sols, alors que le Maroc connaît la pire sécheresse depuis quatre...

Maroc : des villes interdisent la culture de pastèques

L’assèchement des sources d’eau et la baisse du niveau de la nappe phréatique poussent le gouverneur de la province de Tinghir à interdire la culture des pastèques sur son...

Maroc : les pastèques vendues à prix d’or

Malgré les mesures d’interdiction de la culture de la pastèque dans certaines régions du Maroc, d’importantes quantités de ce fruit restent disponibles sur le marché marocain,...

Maroc : la pastèque sacrifiée pour préserver l’eau ?

Des associations locales de la province d’Al Haouz ont sollicité Rachid Benchikhi, le gouverneur de la province, pour qu’il interdise la culture de pastèques et de melons.

Ces articles devraient vous intéresser :

Le Maroc contraint de réorienter sa production agricole

Face à la sécheresse et au stress hydrique d’une part, et à l’inflation d’autre part, le gouvernement marocain est contraint de revoir sa politique agricole et alimentaire pour garantir l’eau et le pain.

Maroc : les amateurs de hammams vont être déçus

Face à la pénurie d’eau que connait le Maroc, les autorités ont décidé de prendre une décision choc concernant les hammams.

Agriculture : appel au renforcement de la coopération entre le Maroc et Israël

Le ministre israélien de l’Agriculture appelle le Maroc et l’État hébreu à s’investir davantage dans le développement du secteur agricole à travers la signature d’accords de partenariat.

Accord de pêche : le Maroc et l’UE font le point

La quatrième Commission mixte de l’Accord de partenariat dans le domaine de la pêche durable entre l’Union européenne et le Maroc s’est réunie les 9 et 10 novembre à Rabat.

Dessalement de l’eau : le Maroc lance la construction de trois stations cette année

Afin de faire face à la pénurie d’eau potable, le Maroc prévoit de construire, cette année, trois nouvelles stations de dessalement de l’eau. L’objectif est d’atteindre une production d’un milliard de mètres cubes d’ici à 2030.

Les Marocains vont-ils manquer de dattes pour le Ramadan ?

À quelques semaines du mois sacré de Ramadan, des doutes subsistent quant à la disponibilité des dattes en quantité suffisante et à des prix abordables.

Chute historique des exportations d’olives marocaines

Les exportations d’olive marocaine sont en net recul alors que les importations sont en hausse. Le déficit commercial s’est creusé.

Maroc : une deuxième usine géante de dessalement en projet à Nador

Le Maroc se prépare à lancer un appel d’offres pour une nouvelle usine de dessalement d’eau de mer à Nador, d’une capacité de 250 millions de mètres cubes par an, a annoncé Nizar Baraka, ministre de l’Eau et de l’Équipement.

Pénurie de lait : les éleveurs marocains lancent un cri de détresse

Touchés de plein fouet par la sécheresse->95421 et surtout l’augmentation du coût de l’élevage, les éleveurs réclament une aide urgente à l’État, en vue de faire face à la pénurie de lait que connait le royaume.

Les engrais du Maroc, à teneur élevée en cadmium, interdits dans l’UE

Les engrais phosphatés du Maroc et d’autres pays contenant plus de 60 milligrammes de cadmium par kilo ne sont plus autorisés sur le marché de l’Union européenne, selon une décision communautaire récemment entrée en vigueur.