Les femmes marocaines réclament la parité sur les listes électorales

31 août 2021 - 08h40 - Maroc - Ecrit par : P. A

Les femmes marocaines exigent la parité sur les listes électorales afin de prendre une part active aux élections générales du 8 septembre.

« Nous avons des ambitions normales qui reflètent les mêmes engagements exprimés dans la Constitution, c’est-à-dire le devoir de l’État d’imposer la parité. Nous ne sommes pas satisfaits de rester en dessous de la parité », a déclaré Nouzha Skalli, l’ancienne ministre marocaine de la Solidarité, de la femme et de la famille et du développement social, dans un entretien accordé à EFE.

Selon l’article 19 de la Constitution marocaine (2011), « L’homme et la femme jouissent, à égalité, des droits et libertés à caractère civil, politique, économique, social, culturel et environnemental, […] L’État œuvre à la réalisation de la parité entre les hommes et les femmes. », a rappelé l’ancienne ministre qui reconnait que sur le sujet, beaucoup restent à faire.

À lire : Élections 2021 : les femmes du PJD en colère

Le Maroc a adopté depuis 2002 une réglementation pour établir des quotas dans les organes représentatifs afin de promouvoir l’égalité entre les femmes et les hommes. Actuellement, ils sont à 22,7 % dans le cas de la Chambre des représentants (chambre basse) et à un tiers dans les chambres régionales et locales. Mieux, aux élections locales de 1992 et 1997, les femmes occupaient respectivement 0,24 % et 0,55 % des conseils locaux élus, mais grâce à l’application du système des quotas, ce pourcentage est passé à 12,3 % aux élections de 2009, ce qui constitue selon Skalli, « une vraie révolution ».

Au niveau du pouvoir législatif, la représentation des femmes à la Chambre des représentants est passée de 2 femmes députées aux élections de 1993 à 35 aux élections de 2002, sur un total de 325 sièges que la Chambre détenait à l’époque. Skalli déplore aussi la mentalité macho, l’inégalité économique entre les deux sexes et les charges sociales des femmes, qui en plus de leurs professions, portent le fardeau des tâches ménagères, un travail non rémunéré.

À lire : Dépôts de candidature pour les élections générales au Maroc

Aux élections générales, qui réunissent pour la première fois des élections législatives, régionales et locales, les femmes se disputent les 90 sièges de leur quota à la Chambre basse (sur un total de 395 membres), tandis qu’aux élections locales, elles auront un tiers des sièges. « Aucun mouvement n’est parvenu à améliorer la représentation politique des femmes sans l’adoption de mesures de discrimination positive », insiste Skalli, qui réclame une augmentation de ces quotas jusqu’à ce qu’ils atteignent la parité.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Droits et Justice - Elections - Femme marocaine

Aller plus loin

Maroc : 5% des parlementaires n’ont pas dépassé le primaire

Le nouveau parlement marocain sera composé en majorité de personnes âgées de plus de 55 ans. 5,32 % d’entre eux n’ont pas été au-delà du cycle primaire et plus du quart ont...

Élections 2021 au Maroc : des facilités accordées aux fonctionnaires

Des autorisations exceptionnelles devront être accordées à tout cadre de l’administration, candidat aux prochaines élections législatives de septembre prochain.

Maroc : les élections maintenues au 8 septembre

Alors que des rumeurs font état d’un éventuel report des élections communales et législatives à cause de la propagation du coronavirus dans le royaume, Abdelouafi Laftit,...

Élections 2021 : les femmes du PJD en colère

Les femmes du parti de la Justice et du développement (PJD) sont en colère contre le secrétaire général de leur formation politique, Saâdeddine El Othmani, par ailleurs chef du...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : révocation en vue des députés poursuivis par la justice

Les députés poursuivis par la justice pour détournement ou dilapidation de fonds au Maroc pourraient être déchus de leurs mandats. La Chambre des représentants s’apprête à voter des amendements dans ce sens.

Prison : le Maroc explore les « jour-amendes »

L’introduction du système de jour-amende dans le cadre des peines alternatives pourrait devenir une réalité au Maroc. Une loi devrait être bientôt votée dans ce sens.

Affaire "Hamza Mon Bébé" : Dounia Batma présente de nouvelles preuves

La chanteuse marocaine Dounia Batma confie avoir présenté de nouveaux documents à la justice susceptibles de changer le verdict en sa faveur.

Un député marocain poursuivi pour débauche

Le député Yassine Radi, membre du parti de l’Union constitutionnelle (UC), son ami homme d’affaires, deux jeunes femmes et un gardien comparaissent devant la Chambre criminelle du tribunal de Rabat.

Le chanteur Adil Miloudi recherché par la police

Le célèbre chanteur marocain Adil El Miloudi est sous le coup d’un mandat d’arrêt pour avoir, dans une vidéo, menacé des fonctionnaires de police.

L’affaire "Escobar du désert" : les dessous du détournement d’une villa

L’affaire « Escobar du désert » continue de livrer ses secrets. L’enquête en cours a révélé que Saïd Naciri, président du club sportif Wydad, et Abdenbi Bioui, président de la région de l’Oriental, en détention pour leurs liens présumés avec le...

Un ancien ministre interdit de quitter le Maroc après ses propos sur le roi Mohammed VI

Les autorités marocaines ont interdit à l’ancien ministre Mohamed Ziane de quitter le royaume, après ses déclarations contre le roi Mohammed VI dont il dénonçait l’absence prolongée.

Maroc : un ancien diplomate accusé de prostitution de mineures risque gros

L’association Matkich Waldi (Touche pas à mon enfant) demande à la justice de condamner à des « peines maximales » un ancien ambassadeur marocain, poursuivi pour prostitution de mineures.

Redressement fiscal : Sound Energy fait appel

La compagnie gazière britannique Sound Energy annonce avoir fait appel devant le tribunal administratif, en vue de contester le redressement fiscal mené en 2020 par l’administration générale des Impôts, qui lui a réclamé 2,55 millions de dollars d’impôts.

Le Maroc confronté à la réalité des violences sexuelles

Les femmes marocaines continuent de subir en silence des violences sexuelles. Le sujet est presque tabou au Maroc, mais la parole se libère de plus en plus.