L’IPTV, l’autre nom du tueur des programmes sportifs

12 septembre 2020 - 18h00 - France - Ecrit par : J.K

Si l’IPTV, ce boitier magique en vogue au Maghreb et en France, procure bonheur à nombre d’amoureux du ballon rond, il fait le malheur des télé-diffuseurs de programmes sportifs payants. Mais, ces derniers ne s’avouent pas vaincus.

La menace plane sur les affaires des diffuseurs de programmes sportifs, payants. Elle a nom, l’IPTV (ou télévision diffusée sur un réseau utilisant l’Internet Protocol. Ce génie de la piraterie en vogue dans les pays du Maghreb, commence à s’installer en France constate la directrice juridique de beIN Sports, Caroline Guenneteau.

C’est le canal choisi par un quart des Français pour accéder à leur télévision en toute illégalité, à en croire une étude de 2018, de Hadopi, l’autorité chargée de la protection des droits sur Internet, rapporte le portail Sofoot du 10 septembre.

« Il faut avouer que le système en plug and play de l’IPTV, ça marche très bien. C’est très efficace. Je suis désolée de le dire, mais c’est à croire que ça fonctionne mieux qu’un système légal » témoigne Caroline Guenneteau.

La ruée vers cette boîte magique de piratage s’explique par son coût bon marché et au regard de sa facilité d’installation. Il suffit à son utilisateur de débourser entre 30 et 100 euros annuellement et le voilà inondé de chaînes, prêt à zapper entre beIN Sports, RMC Sport, Canal + ou encore Téléfoot. Le tout avec une qualité d’image souvent impeccable.

Cet état de choses ne laisse pas indifférents les détenteurs de l’exclusivité de diffusion qui se mettent en association au sein de l’APPS (Association pour la protection des programmes sportifs).

Leur préoccupation ? Saisir la justice pour arrêter ce mouvement qui, s’il n’est arrêté, les voue à une mort certaine et très prochaine. Pour le moment, la crise due au Covid-19 a imposé une trêve entre les deux camps rivaux.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : France - Médias - Piratage - Internet - Loisirs - IPTV

Aller plus loin

Les Marocains, friands d’IPTV

La télévision sur internet est l’objet de convoitise au Maroc. Nouvelle tendance en vogue, l’IPTV est privilégiée par les télévores dans le Royaume.

Les Marocains privés d’IPTV ?

La Garde des finances, la police douanière et financière italienne, ont réussi à démanteler un réseau d’IPTV, saisi les serveurs de 58 sites de streaming et bloqué 18 fils de...

Télé Maroc est disponible sur Arabsat

La chaîne Télé Maroc est désormais disponible sur le satellite Arabsat BADR-5. L’opérateur Arabsat se réjouit de cette nouvelle collaboration qui permettra à la chaîne de...

IPTV : des soucis pour les abonnements au Maroc ?

Une opération européenne menée par la police italienne a permis de démanteler un vaste réseau d’IP TV. Plus de 200 serveurs illégaux concernant plus de 50 millions d’abonnés au...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : ces régions oubliées de l’internet

Lors d’un débat organisé par le Parti Authenticité et Modernité (PAM), Ghita Mezzour, ministre de la transition numérique et de la réforme de l’administration, a révélé la part du territoire marocain sans couverture internet.

Les travaux du câble sous-marin « Medusa » traversant le Maroc, bientôt lancés

La construction de « Medusa », le câble sous-marin devant relier l’Afrique du Nord au sud de l’Europe en passant par le Maroc, va bientôt démarrer. Il vise à favoriser la connectivité dans la région.

Des influenceurs marocains impliqués dans des achats immobiliers illégaux à l’étranger

L’Office des changes a découvert que des influenceurs et créateurs de contenu sur Internet ont des propriétés non déclarées à l’étranger et violent les textes régissant le change.

Le journal en anglais à la télévision marocaine

Le Maroc manifeste un intérêt grandissant pour l’anglais. Il entend diffuser des informations dans cette langue qui est la plus parlée dans le monde, avec un total de plus de 1,4 milliard de locuteurs, afin d’attirer davantage les touristes anglophones.

AliExpress et Shein : la douane marocaine mène la vie dure aux acheteurs

Malgré la suppression de l’exonération des frais de douane sur les transactions d’une valeur inférieure à 1 250 DH, les Marocains n’ont pas arrêté de faire des achats en ligne à l’international, notamment sur les sites chinois (AliExpress et Shein)....

Office des changes au Maroc : du nouveau pour l’e-commerce

Les jeunes entreprises innovantes en nouvelles technologies ont désormais une dotation commerce électronique plafonnée à un million de dirhams par année civile, selon la version 2024 de l’Instruction générale des opérations de change (IGOC).

Le Maroc doit-il s’inquiéter pour le sabotage des câbles sous-marins ?

Après le sabotage des gazoducs Nord Stream 1 et 2, le Maroc doit-il craindre celui des câbles sous-marins utilisés pour l’Internet ou l’électricité ?

Décès de Khalil Hachimi Idrissi

Le directeur général de l’Agence marocaine de presse (MAP), Khalil Hachimi Idrissi, est décédé samedi matin à Rabat à l’âge de 67 ans, après avoir lutté contre une longue maladie

Interdire ou réguler TikTok ? Le Maroc cherche la solution

Menacé d’interdiction aux États-Unis et en Europe, TikTok est de plus en plus décrié dans le monde. Au Maroc, des voix continuent d’appeler à l’interdiction de l’application chinoise. Mais plutôt que de l’interdire, des experts appellent à encadrer son...

Le Maroc accélère sur la 5G en vue de la coupe du monde 2030

Le ministère de la Transition numérique et de la réforme de l’administration aura à charge la gestion des télécommunications lors de la coupe du monde 2030. Ainsi en a décidé le Comité marocain d’organisation du tournoi.