Le narcotrafiquant aux 30 millions d’euros

4 septembre 2003 - 22h12 - Espagne - Ecrit par :

Ses copains l’appellent El Nene (le gosse). Mais le vrai nom de ce jeune originaire de la ville de Sebta est Mohammed Taïeb Ahmed. A 26 ans, les Espagnols le considèrent comme l’un des plus riches trafiquants du nord marocains avec une fortune estimée à plus de 30 millions d’euros, laissant loin derrière lui Erramach avec ses 20 millions d’euros. "Un joint sur dix fumés en Espagne serait acheminé par El Nene", raconte-t-on.

Et c’est là où il s’est forgé sa réputation de pilote des Phantoms, ces grands zodiacs qui, au lieu de voguer, volent au-dessus des vagues à plus de cent kilomètres par heure. Quand la mer est agitée et que le vent de l’est est fort avec des vagues de plus de trois mètres, seul El Nene avait le courage de prendre le large. Un voyage d’environ une vingtaine de minutes pour lequel El Nene touchait entre 60.000 et 70.000 DH, selon des sources policières. Il n’hésitait pas de prendre son zodiac et défier la nature pour donner l’exemple à ses collaborateurs. Parmi tous les trafiquants, El Nene est décrit selon des rapports de la police espagnole, comme étant le plus audacieux.
A la tête de sa propre organisation, il gère lui-même ses réseaux de trafic de drogue. Mais ce n’est pas pour ça qu’il a été arrêté la première fois. C’est plutôt son mauvais caractère qui lui a joué un tour. Élevé dans la banlieue arabe de Sebta, il aimait s’en prendre aux militaires et gardes civiles espagnols... et un jour, il se retrouve en prison. De l’intérieur de sa cellule, il réussit, grâce à des connivences, à suivre ses affaires. Malgré son "sale" caractère, il se faisait peindre, au point que ses geôliers le qualifient d’une personne docile et aimable, avec de bonnes chances de réinsertion. De telles éloges s’expliqueraient par les offres matérielles qu’il faisait distribuer. Ceci ne durera pas longtemps et El Nene perd ses privilèges dans les prisons espagnoles. Toutefois, il réussit à décrocher un permis de sortie et se perd dans la nature. Il choisit de s’installer à Tanger où il se fait plus discret, en attendant de régler sa situation en Espagne. Une fois sa liberté retrouvée, il se remet au boulot. Comme tous les trafiquants, Taïeb ne possède que la chemise qu’il porte. Toute sa fortune est investie dans l’immobilier à Marbella et Marina Smir ainsi que dans une entreprise familiale à Sebta dont il est le gérant. Sans perdre de temps, il prend la relève des barons de la drogue arrêtés lors de la campagne d’assainissement lancée au Maroc en 1996. Des trafiquants notoires avaient trouvé le chemin de la prison comme Ahmidou Dib, Derkaoui, Ahmout... Une nouvelle génération de loups commençaient alors à voir le jour avec Errmach, El Nene et autres. Il fallait attendre la fusillade de Kabila en août dernier pour réactiver la campagne d’assainissement et mettre fin à ce feuilleton.

leconomiste.com

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Espagne - Drogues - Ceuta (Sebta) - El Nene

Ces articles devraient vous intéresser :

Boufa, la drogue qui terrifie le Maroc

Le Maroc mène des actions de lutte contre les drogues dont la « Boufa », une nouvelle drogue, « considérée comme l’une des plus dangereuses », qui « envahit certaines zones des villes marocaines, en particulier les quartiers marginaux et défavorisés. »

"Lbouffa" : La cocaïne des pauvres qui inquiète le Maroc

Une nouvelle drogue appelée « Lbouffa » ou « cocaïne des pauvres », détruit les jeunes marocains en silence. Inquiétés par sa propagation rapide, les parents et acteurs de la société civile alertent sur les effets néfastes de cette drogue sur la santé...

Le Maroc face à la menace de la « Poufa », la cocaïne des démunis

Le Maroc renforce sa lutte contre la « Poufa », une nouvelle drogue bon marché, connue sous le nom de cocaïne des pauvres », qui a non seulement des répercussions sociales, notamment la séparation des familles et une augmentation des suicides et des...

"L’boufa", la nouvelle menace pour la société marocaine

Le Maroc pourrait faire face à une grave crise sanitaire et à une augmentation des incidents de violence et de criminalité, en raison de la propagation rapide de la drogue «  l’boufa  » qui détruit les jeunes marocains en silence.

« L’Escobar du désert » fait tomber Saïd Naciri et Abdenbi Bioui

Plusieurs personnalités connues au Maroc ont été présentées aujourd’hui devant le procureur dans le cadre de liens avec un gros trafiquant de drogue. Parmi ces individus, un président de club de football.

Pufa, la "cocaïne des pauvres" qui déferle sur le Maroc

Pufa, la « cocaïne des pauvres » s’est installée progressivement dans toutes les régions du Maroc, menaçant la santé et la sécurité des jeunes. Le sujet est arrivé au Parlement.