Presse : le Maroc plus libre que l’Espagne, selon une ancienne ministre espagnole

16 octobre 2022 - 17h20 - Espagne - Ecrit par : A.P

L’ancienne ministre espagnole, María Antonia Trujillo, a réitéré sa position sur Sebta et Melilla, et déclaré que « la liberté d’expression et d’information est plus protégée au Maroc qu’en Espagne ».

Dans un entretien publié ce dimanche sur le site marocain Rue20, l’ancienne ministre socialiste a réitéré sa position concernant Sebta et Melilla qui sont selon elle « un affront à l’intégrité territoriale de Maroc ». Relevée de ses fonctions de conseillère en charge de l’éducation à l’ambassade d’Espagne à Rabat il y a quelques mois, Trujillo avait remis en cause en septembre l’« espagnolité » des deux villes autonomes, soulignant qu’elles sont « des vestiges du passé qui entravent l’indépendance économique et politique du Maroc et les bonnes relations entre les deux pays ».

À lire : Sebta et Melilla Marocaines : Maria Antonia Trujillo attaquée de toutes parts

Trujillo dit n’avoir pas été surprise par les critiques dont elle a été l’objet par la presse espagnole après ces déclarations, déplorant qu’en Espagne, « il n’y a aucune protection contre les insultes et les calomnies contre ceux qui ont occupé des postes de responsabilité ». « En Espagne, il n’y a pas de liberté d’expression quand on s’écarte de la pensée officielle », a-t-elle déclaré, ajoutant que « la liberté d’expression et d’information est plus protégée au Maroc qu’en Espagne » et que son pays devrait « prendre exemple » sur le royaume pour ne plus être « autant mal informé et manipulé ».

À lire : Sebta et Melilla marocaines : forte polémique en Espagne

Pour l’ancienne ministre du Logement sous José Luis Rodríguez Zapatero, « le moment est venu » d’ouvrir le débat autour des deux enclaves espagnoles. « Le Maroc a revendiqué ces territoires à de nombreuses reprises… La réponse politique au problème des frontières, c’est le dialogue et le non détournement et le silence. La revendication marocaine est pleinement justifiée… », a insisté Trujillo. Et de conclure : « Si l’Espagne a changé sa position traditionnelle sur le Sahara, pourquoi ne peut-elle pas changer sa position sur Sebta et Melilla et les îles et rochers ? »

Sujets associés : Espagne - Ceuta (Sebta) - Melilla - Liberté d’expression

Aller plus loin

Sebta et Melilla marocaines : une ex-ministre espagnole persiste

L’ancienne ministre espagnole María Antonia Trujillo réitère ses propos sur Sebta et Melilla qui, selon elle, devraient être annexées au Maroc.

Sebta et Melilla Marocaines : Maria Antonia Trujillo attaquée de toutes parts

L’Assemblée de Sebta a annoncé lundi la convocation prochaine d’une session extraordinaire pour déclarer persona non grata Maria Antonia Trujillo, l’ancienne ministre du...

Une ancienne ministre espagnole soutient l’annexion de Sebta et Melilla au Maroc

Le président de Sebta, Juan Vivas, a qualifié d’« inacceptables » et de « déloyaux » les propos de l’ancienne ministre espagnole du Logement, Maria Antonia Trujillo, qui...

Sebta et Melilla marocaines ? Le président de Melilla condamne

À l’instar de son homologue de Sebta, le président de Melilla, Eduardo de Castro, a dénoncé les propos de l’ancienne ministre du Logement, María Antonia Trujillo, concernant...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : Ahmed Assid dénonce la répression des voix d’opposition par l’astuce des mœurs

Dans un podcast, l’universitaire et activiste amazigh Ahmed Assid s’est prononcé sur plusieurs sujets dont la répression des voix contestataires au Maroc, la liberté d’expression ou encore la laïcité.