Logistique : Le Maroc a du chemin à faire

9 novembre 2007 - 14h17 - Ecrit par : L.A

Sur une liste de 150 pays, le Maroc occupe la 94ème place sur l’indice de performance logistique. Dans ce domaine stratégique, le Royaume a du chemin à faire. Établi pour la première fois par la Banque mondiale, cet indice repose sur une enquête mondiale réalisée par plus de 800 spécialistes de la logistique et regroupe les résultats obtenus dans sept domaines.

Il s’agit des régimes douaniers, des coûts logistiques (notamment les taux de fret), la qualité des infrastructures, la capacité à suivre et localiser les chargements, le respect des délais de livraison ainsi que la compétence du secteur national de la logistique.

Intitulée « Connecting to Compete : Trade Logistics in the Global Economy », cette étude montre qu’il est essentiel d’augmenter la capacité à établir des liens entre les entreprises, les fournisseurs et les consommateurs dans un monde où la prévisibilité et la fiabilité deviennent plus importantes que les coûts. Sur l’indice de performance logistique (IPL), Singapour est classé au premier rang. Ce pays est présenté comme une plaque tournante majeure du transport et de la logistique au niveau mondial.

Dans le monde arabe, l’Arabie Saoudite est la mieux classée sur cet indice avec la 41ème place. Aussi, le Bahreïn se positionne au 36ème rang, le Koweït au 44ème degré, le Qatar à la 46ème place et Oman en 48ème position. Pour sa part, la Jordanie occupe le 52ème rang dans ce classement international. Le Maroc est aussi devancé par la Tunisie au 60ème rang, par le Soudan au 64ème rang et par la Mauritanie au 67ème rang. Dans cette étude, les enquêteurs de la Banque mondiale soulignent que, près de l’UE, le Maroc et la Tunisie ont développé des activités de fabrication dans le cadre de chaînes de production avec les sociétés multinationales européennes dans divers domaines comme les vêtements, les pièces automobiles et de l’électronique.

« Les responsables des politiques dans les deux pays ont été très sensibles à la réforme de la logistique et des investissements dans les ports, les douanes et la participation étrangère dans les services logistiques. Alors, pourquoi est-ce que le Maroc (94) a des notes plus basses sur l’IPL que la Tunisie (60) et d’autres concurrents, comme la Roumanie (51) et la Bulgarie (55) ? », s’interroge-t-on à la Banque mondiale.

Selon les équipes de Robert Zoellik, le Maroc n’a pas encore récolté les avantages des mesures récentes visant à développer la logistique en interne, notamment le volet camionnage et entreposage. Et ce malgré la mise en œuvre d’une réforme qualifiée d’exemplaire pour ce qui est de la douane et des ports.

« Dans le même temps, la Tunisie, a mis non seulement en œuvre certaines réformes essentielles, mais plus tôt que le Maroc, elle a élaboré un système d’échange électronique de données qui a nettement simplifié le processus de dédouanement par l’intégration de plusieurs procédures. Et ce sont leurs concurrents d’Europe orientale qui ont bénéficié directement du processus d’adhésion à l’UE », précise-t-on dans cette étude.

Pour mieux évaluer la place du Royaume, il faut dire que la liste est encore longue derrière le Maroc. Dans le monde arabe, il y a en queue du peloton l’Egypte avec la 97ème place, le Liban au 98ème rang et l’Algérie à la 140ème position. Dans le classement mondial, le mauvais élève est l’Afghanistan qui occupe le 150ème rang.

Aujourd’hui le Maroc - Atika Haimoud

Tags : Banque mondiale - Classement - Compétitivité

Nous vous recommandons

La gazoduc Maroc-Nigéria plus que jamais d’actualité

Alors que l’Europe est embourbée dans une crise géostratégique liée à l’exportation du gaz avec les États-Unis et la Russie et que l’Algérie a coupé ses livraisons, le Maroc pourrait profiter de son projet de gazoduc avec le Nigeria pour réduire son déficit...

Le dirham recule face à l’euro

Sur le marché des changes, la paire DH/EUR affiche une baisse hebdomadaire de 0,34 % tandis que DH/USD est en hausse de 0,43 % la semaine dernière.

Amira Tahri, 12 ans, sacrée championne du monde de kickboxing

Amira Tahri, kickboxeuse d’origine marocaine âgée de seulement 12 ans, a remporté son cinquième titre de championne du monde de kickboxing à Abu Dhabi.

Les MRE ne pourront pas passer par le Portugal

Annoncé pour début juillet, le lancement de la ligne maritime entre Tanger et Portimão a été annulé. À l’origine de cette annulation, la résurgence des cas de Covid-19 due au variant Delta au Portugal.

Une hausse des salaires pour freiner le départ des médecins marocains à l’étranger

L’amélioration des salaires des médecins pour empêcher leur départ à l’étranger. C’est une proposition qui émane du groupe parlementaire du parti de l’Istiqlal (PI), qui appelle le gouvernement Akhannouch à freiner la fuite des cerveaux dans le secteur...

Agadir procède aux essais de son téléphérique

Le projet du téléphérique d’Agadir est en bonne voie avec une mise en service pour le mois de juillet. En attendant, les autorités communales procèdent aux essais et aux contrôles d’usage du dispositif.

Ibrahim Ouassari, un MRE devenu un as du digital à Molenbeek

Sans background académique, Ibrahim Ouassari, un Marocain de 43 ans, a réussi à se frayer un chemin dans le digital. Co-fondateur de MolenGeek, marque présente dans huit villes européennes (en Belgique, aux Pays-Bas et en Italie) et depuis peu, en...

Les MRE pourront-ils reprendre le bateau le 7 férvier prochain ?

Alors que les autorités marocaines ont annoncé la réouverture de l’espace aérien aux vols au départ et à destination du Maroc à partir du 7 février prochain, il n’y a, jusqu’à présent, aucune visibilité sur la reprise du transport maritime. La décision marocaine...

Pourquoi le Maroc a suspendu les liaisons aériennes ?

La suspension des liaisons aériennes et maritimes décidée par les marocaines serait motivée par le ralentissement observé dans la campagne de vaccination.

Vers un allègement des mesures restrictives au Maroc ?

À l’instar de nombreux pays dans le monde, le Maroc pourrait alléger les mesures restrictives mises en place afin de lutter contre la propagation du coronavirus. Avec l’apparition du variant Omicron, le Maroc est passé à 8 500 cas par jour, selon le...