Madame Figaro publie un spécial dédié aux femmes marocaines

29 octobre 2007 - 10h58 - France - Ecrit par : L.A

L’hebdomadaire français "Madame Figaro" publie, dans son dernier numéro, un spécial dédié aux femmes marocaine dans lequel il apporte leurs témoignages sur leur participation aux affaires politiques économiques et sociales ainsi que sur le dynamisme que connaît la société civile dans le Royaume. Sous le titre "Nouveau Maroc : ces femmes qui relèvent le défi", le magazine cite la ministre de la Santé, Yasmina Badou, pour qui la nomination de sept femmes dans le nouveau gouvernement, montre que la société marocaine est en pleine mutation et qu’elle intègre aujourd’hui les femmes dans le processus politique.

Dans une interview accordée à l’hebdomadaire, Yasmina Badou relève que s’il n’y avait pas une volonté politique très forte au plus haut sommet de l’Etat de réhabiliter la femme dans ses droits, le Maroc n’aurait pas pu aboutir au changement.

Evoquant la réforme du code de la famille, elle a indiqué que la nouvelle loi a été acceptée parce qu’elle est venue refléter une réalité. "La femme est devenue médecin (aujourd’hui, dans les facultés de médecine, plus de 51 pc des effectifs sont des femmes), avocate, ministre, députée, chef d’entreprise", a-t-elle souligné, faisant remarquer que le Maroc a opté pour une société moderne et démocratique et qu’il n’y a pas de démocratie sans liberté de choix et sans égalité de droits entre les femmes et les hommes.

Le magazine souligne, par ailleurs, que les femmes ont investi tous les champs au Maroc. "Elles sont partout. Des femmes à la tête de grands holdings, comme Meriem Ben salah et Asmaa Chaabi, par ailleurs maire d’Essaouira, oeuvrent pour l’intérêt général", relève la publication, ajoutant que des associations issues de la société civile, et souvent dirigées par des femmes, sont en première ligne. Il cite, à titre d’exemple l’association des femmes pour le développement et la solidarité de Halima Assali Amahrouk, qui propose une aide à l’autonomie économique des jeunes mères, en créant des coopératives dotées de crèches et de garderies, et l’association Illy, qui entend sauver de l’ignorance et de la précarité les petites filles qui vivent dans des régions éloignées, en construisant des internats.

Dans ce spécial, le magazine met également en exergue les grands chantiers réalisés au Maroc pour entrer de plain-pied dans la modernité, signalant que le Royaume, qui connaît un boom immobilier et touristique sans précédent, a de fortes chances d’atteindre son objectif d’accueillir 10 millions de touristes à l’horizon 2010.

La liberté de la presse au Maroc, l’effervescence culturelle qu’il connaît, les nouveaux genres de musique, la mode et la gastronomie, sont parmi les autres sujets abordés dans ce spécial.

Dans un éditorial, intitulé "Maroc, un air d’éternité", le journaliste et écrivain français, Daniel Rodeau, arrivé à Tanger en 1985 pour rencontrer l’écrivain Paul Bowles, observe que le Royaume a été la première étape d’un pèlerinage méditerranéen qui depuis n’a pas cessé. "Il m’a conduit à la recherche de ce qui n’est plus, et qui pourtant demeure, et d’une réconciliation intérieure qui s’énonce lentement", témoigne t’il.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : France - Médias - Elections - Femme marocaine - Le Figaro

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : plus de droits pour les mères divorcées ?

Au Maroc, la mère divorcée, qui obtient généralement la garde de l’enfant, n’en a pas la tutelle qui revient de droit au père. Les défenseurs des droits des femmes appellent à une réforme du Code de la famille pour corriger ce qu’ils qualifient...

Maroc : crise du célibat féminin

Au Maroc, le nombre de femmes célibataires ne cesse d’accroître, avec pour conséquence la chute du taux de natalité. Quelles en sont les causes ?

Le Maroc confronté à la réalité des violences sexuelles

Les femmes marocaines continuent de subir en silence des violences sexuelles. Le sujet est presque tabou au Maroc, mais la parole se libère de plus en plus.

Décès de Khalil Hachimi Idrissi

Le directeur général de l’Agence marocaine de presse (MAP), Khalil Hachimi Idrissi, est décédé samedi matin à Rabat à l’âge de 67 ans, après avoir lutté contre une longue maladie

« Tu mourras dans la douleur » : des féministes marocaines menacées de mort

Au Maroc, plusieurs féministes, dont des journalistes et des artistes, font l’objet d’intimidations et de menaces de mort sur les réseaux sociaux, après avoir appelé à plus d’égalité entre l’homme et la femme dans le cadre de la réforme du Code de la...

Maroc : pas de congé menstruel pour les femmes fonctionnaires

La proposition de loi visant à instaurer un congé menstruel, d’une durée ne dépassant pas deux jours par mois, en faveur des femmes fonctionnaires n’a pas reçu l’assentiment du gouvernement.

Rapport inquiétant sur les violences faites aux femmes marocaines

Au Maroc, les femmes continuent de subir toutes sortes de violence dont les cas enregistrés ne cessent d’augmenter au point d’inquiéter.

Maroc : les femmes divorcées réclament des droits

Au Maroc, les appels à la réforme du Code de la famille (Moudawana) continuent. Une association milite pour que la tutelle légale des enfants, qui actuellement revient de droit au père, soit également accordée aux femmes en cas de divorce.

Une chaîne marocaine accusée d’offense au roi Mohammed VI

La chaîne de télévision d’information en continu marocaine, Medi 1 TV est sous le feu des critiques des Marocains qui l’accusent d’avoir offensé le roi Mohammed VI.

Ramadan et menstrues : le tabou du jeûne brisé

Chaque Ramadan, la question du jeûne pendant les menstrues revient hanter les femmes musulmanes. La réponse n’est jamais claire, noyée dans un tabou tenace.