Les Marocaines exigent une meilleure réprésentation dans les corps élus

8 février 2008 - 14h04 - Maroc - Ecrit par : L.A

Un collectif d’ ONG marocaines a réclamé jeudi une plus forte présence des femmes dans les instances élues et un quota d’au moins un tiers des sièges des collectivités locales lors du scrutin communal de 2009, au cours d’une conférence de presse à Rabat. Ce collectif de 27 ONG regroupe notamment l’Association démocratique des femmes du Maroc qui assure la coordination-, l’Association marocaine des droits des femmes, Amnesty International-Maroc et l’Organisation marocaine des droits humains.

"Les élections communales de 2009 sont pour nous un défi, nous devons lutter pour un quota féminin d’au moins un tiers dans les collectivités locales", a déclaré Saâdia Saâdi, une représentante du collectif.

Il y a au Maroc une absence quasi totale des femmes dans les conseils locaux et aux postes de responsabilité, même si le gouvernement formé en octobre 2007 compte 7 femmes sur 34, indique le collectif, dans un rapport présenté au comité de la Convention contre la discrimination à l’égard des femmes à Genève en janvier.

En septembre 2003, seules 127 Marocaines ont été élues, représentant 0,53% du total des 22.000 conseillers dans les 1.540 communes du royaume.

Le collectif a par ailleurs demandé au gouvernement d’introduire des mesures d’incitation ou sanctions financières pour garantir l’éligibilité des femmes et de déclarer irrecevables les listes de candidats sans femmes.

Pour sa part, la ministre du développement social, de la famille et de la Solidarité a reconnu que malgré l’augmentation du nombre de candidates - 1651 en 1997 à 6.000 - le nombre d’élues est très faible. C’est un dysfonctionnement de la démocratie qui a des conséquences très négatives sur le développement et la participation des femmes au processus de prise de décision au niveau local.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Partis politiques - Elections - Femme marocaine - Elections 2007 - Nouzha Skalli - Ministère de la Solidarité, de la Femme, de la Famille et du Développement social

Ces articles devraient vous intéresser :

L’actrice Malika El Omari en maison de retraite ?

Malika El Omari n’a pas été placée dans une maison de retraite, a affirmé une source proche de l’actrice marocaine, démentant les rumeurs qui ont circulé récemment sur les réseaux sociaux à son sujet.

Code de la famille : les féministes marocaines face à l’opposition de Benkirane

Le secrétaire général du Parti justice et développement (PJD), Abdelilah Benkirane, a vivement critiqué le mouvement féministe qui milite pour l’égalité des sexes dans le cadre de la réforme du Code de la famille, estimant que son combat vise à...

Maroc : les femmes divorcées appellent à la levée de la tutelle du père

Avant l’établissement de tout document administratif pour leurs enfants, y compris la carte d’identité nationale, les femmes divorcées au Maroc doivent avoir l’autorisation du père. Elles appellent à la levée de cette exigence dans la réforme du Code...

Appel à lutter contre la mendicité au Maroc

Le niveau de pauvreté et de vulnérabilité n’a pas baissé au Maroc. En 2022, il est revenu à celui enregistré en 2014, selon une note du Haut-Commissariat au Plan (HCP) publiée en octobre dernier. Une situation qui contribue à la hausse de la mendicité...

« Épouse-moi sans dot » : un hashtag qui fait polémique au Maroc

Le hashtag « Épouse-moi sans dot » qui s’est rapidement répandu sur les réseaux sociaux ces derniers jours, a suscité une avalanche de réactions au Maroc. Alors que certains internautes adhèrent à l’idée, d’autres la réprouvent fortement.

Ramadan et menstrues : le tabou du jeûne brisé

Chaque Ramadan, la question du jeûne pendant les menstrues revient hanter les femmes musulmanes. La réponse n’est jamais claire, noyée dans un tabou tenace.

Le droit des femmes à l’héritage, une question encore taboue au Maroc

Le droit à l’égalité dans l’héritage reste une équation à résoudre dans le cadre de la réforme du Code de la famille au Maroc. Les modernistes et les conservateurs s’opposent sur la reconnaissance de ce droit aux femmes.

Maroc : pas de congé menstruel pour les femmes fonctionnaires

La proposition de loi visant à instaurer un congé menstruel, d’une durée ne dépassant pas deux jours par mois, en faveur des femmes fonctionnaires n’a pas reçu l’assentiment du gouvernement.

Vers une révolution des droits des femmes au Maroc ?

Le gouvernement marocain s’apprête à modifier le Code de la famille ou Moudawana pour promouvoir une égalité entre l’homme et la femme et davantage garantir les droits des femmes et des enfants.

Maroc : des centres pour former les futurs mariés

Aawatif Hayar, la ministre de la Solidarité, de l’intégration sociale et de la famille, a annoncé vendredi le lancement, sur l’ensemble du territoire du royaume, de 120 centres « Jisr » dédiés à la formation des futurs mariés sur la gestion de la...