Recherche

Le Maroc et l’Algérie, l’enfer des migrants subsahariens

© Copyright : DR

17 avril 2019 - 09h20 - Société

Les migrants subsahariens, en quête de l’eldorado européen, seraient victimes de traite, d’agressions physiques et de viol, durant leur transit en Méditerranée, en particulier au Maroc et en Algérie.

Les résultats de l’enquête menée par la branche espagnole de l’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM), sur un échantillon de 1340 migrants originaires de 39 pays africains, rapportée par le Huffpost, lèvent le voile sur l’enfer vécu, par ces derniers, dans les principaux pays de transit vers L’Europe, en particulier au Maroc et en Algérie.

En effet, plus de la moitié des migrants interrogés ont avoué avoir été victimes, au moins une fois, d’exploitation, de séquestration, d’agressions physiques, de viol, voire de trafic d’organes, de la part d’individus armés ou de groupes non gouvernementaux, dans les régions de Tamanrasset et Timiaouine, en Algérie, et Tanger et Nador, au Maroc.

« Près de la moitié (48%) des personnes interrogées ont indiqué avoir connu au moins une expérience directe en lien avec la traite, l’exploitation ou la maltraitance en voyageant le long de l’itinéraire de la Méditerranée occidentale », indique le rapport de l’enquête, avant d’enchaîner : « les migrants et les réfugiés ont décrit la violence liée à l’enlèvement par les Touaregs, les Toubou et d’autres groupes de nomades dans les zones désertiques ».

La longueur de l’itinéraire emprunté par les migrants joue un rôle prédominant dans l’incidence des violences et des agressions subies, révèle l’OIT. Plus le pays d’origine est loin, plus grande est la probabilité d’être victime de traite, d’exploitation et de violence, ce qui explique le faible taux de cas enregistrés chez les migrants d’origine Marocaine, Algérienne et Mauritanienne.

Bladi.net

Bladi.net - 2019 - Archives - A Propos - Contact