Un parfum de « guerre froide » entre le Maroc et l’Algérie

14 janvier 2020 - 18h00 - Maroc - Ecrit par : Bladi.net

La situation délicate au Sahel et la guerre en Libye, facteur de la crise sécuritaire qui secoue le Maghreb, oblige le Maroc et l’Algérie à renforcer leurs dispositifs militaires. Déjà rangés dans une vieille guerre froide, ces deux pays se sont investis, ces dernières années, dans une course effrénée au réarmement.

Depuis quelques années, le réarmement impressionnant dont le Maroc et l’Algérie font montre est inquiétant. Avec la frégate, acquise en 2014, les 200 chars de combat M1A1 Abrams et les 1 200 missiles achetés en 2016, Rabat a fait sensation ces derniers mois en s’offrant 36 hélicoptères Apach, fait observer okdiario.com qui révèle que l’acquisition de ce matériel de guerre est motivée par la vieille "rivalité avec son voisin, l’Algérie, avec laquelle il maintient la frontière fermée depuis 20 ans. Alger est le principal soutien de l’indépendance sahraouie".

Pour expliquer cette situation, il faut, selon Ana Torres-García, docteur en philologie arabe et professeur d’histoire du monde arabe à l’Université de Séville, retourner à l’indépendance de l’Algérie. "L’Algérie a pris une orientation socialiste et s’est alliée à l’Union soviétique. Cependant, le Maroc était l’antithèse, allié des États-Unis, et a une monarchie", rappelle le professeur qui relève que "ces différences et cette inimitié ont été maintenues au fil du temps".

D’après le magazine Forbes, Washington a signé des contrats avec Rabat pour plus de 10 milliards de dollars, faisant du royaume alaouite, le pays d’Afrique du Nord qui s’est procuré le plus d’armes aux États-Unis. En effet, le royaume a profité de ses bonnes relations avec les États-Unis, pour s’offrir "des équipements modernes et de haut niveau pour faire face à sa rivalité historique avec l’Algérie", détaille Ana Torres-García. À tout cela, s’ajoute, selon César Pintado, professeur au Campus international de sécurité et de défense, le rétablissement, par le Maroc, du "service militaire obligatoire en avril pour les hommes et les femmes".

Face à cette démonstration de force, l’Algérie a réagi en se procurant des chasseurs-bombardiers chez les Russes. Mais en réalité, explique le professeur Pintado, "bien qu’ils aient une très grande armée, les Algériens avaient un armement très dépassé". Dans la foulée, pour se mettre au goût du jour, selon le journal londonien The Arab Weekly, le pays signe de nouveaux contrats avec Moscou et commande 14 bombardiers du modèle Su-34, 14 chasseurs du Su-35 et 14 autres appareils pour remplacer l’armement vieillissant. A cela s’ajoute la signature, pour l’achat de 14 "avions furtifs" du modèle Sukhoi Su-57, à la Russie.

Toutefois, malgré cette course effrénée au réarmement par les deux pays, "la rivalité entre le Maroc et l’Algérie ne s’intensifiera pas et n’explosera pas, tant que l’instabilité persistera dans la région", affirme Beatriz Gutiérrez, professeur de relations internationales à l’Université européenne de Madrid, qui sera d’ailleurs soutenue dans ses analyses par le professeur Torres-García.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Algérie - Défense - Armement

Aller plus loin

L’Algérie craint de perdre la guerre contre le Maroc

Les tensions se sont intensifiées entre le Maroc et l’Algérie, et ont atteint un point de non-retour avec notamment la rupture des relations diplomatiques entre les deux pays,...

Nasser Bourita met en garde l’Algérie

Nasser Bourita, ministre des Affaires étrangères, de la coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, a déclaré que des documents officiels de l’Algérie invitent...

L’Algérie en colère contre le Maroc

La décision de la Guinée et du Gabon d’installer leurs représentations consulaires dans les villes de Dakhla et Laayoune, n’est pas du goût de l’Algérie. Alger affiche son...

Nouvelle brouille diplomatique entre le Maroc et l’Algérie

Le ministre des Affaires étrangères, de la coopération africaine, et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita, a affirmé, lundi 4 mai 2020, que l’Algérie, sans la...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : le chantier de maintenance des aéronefs militaires s’accélère

Le Maroc s’active pour la mise en place d’un écosystème d’industries dédiées à la maintenance d’avions militaires. Un projet qui s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du Plan d’accélération industrielle.

Port d’armes : le Maroc durcit son arsenal juridique

Le gouvernement fait du contrôle des armes à feu une priorité. Dans ce sens, il a adopté un projet de loi pour répondre aux défis actuels et aux mutations sociales et technologiques. Ce projet est déjà sur la table du Parlement.

Les avions F-35, un rêve inaccessible pour le Maroc ?

Plusieurs médias marocains et israéliens ont annoncé l’acquisition « imminente » par le Maroc des avions de combat américains F-35. Selon le Forum Far-Maroc, il ne s’agit en réalité que d’une rumeur « infondée ».

Le Polisario craint les drones marocains

Le Polisario se plaint de l’utilisation par le Maroc de drones chinois contre ses milices dans le Sahara.

La fabrication de drones militaires devient réalité au Maroc

Le Maroc a démarré les activités industrielles de défense, notamment la fabrication de drones équipés de matériel d’observation, de surveillance et d’armement.

Le Polisario craint toujours les drones marocains

Le Front Polisario craint de plus en plus les attaques par drone du Maroc au Sahara. Depuis la reprise en 2021 d’un conflit de faible intensité entre les deux parties, une vingtaine d’attaques ont été déjà enregistrées selon un rapport de l’ONU.

Le Maroc investit massivement dans sa défense et son industrie militaire

Le budget du ministère marocain de la Défense nationale devrait atteindre 124,7 milliards de dirhams l’année prochaine, selon le Projet de loi de finances (PLF) 2024. Un budget en hausse d’environ 5 milliards de dirhams par rapport à 2023.

Zones industrielles militaires : les grands projets du Maroc

Le Maroc s’active pour la mise en place d’une industrie de défense robuste. Il dévoile sa stratégie axée sur la création de zones industrielles.

Comment le Maroc et Israël renforcent leur coopération militaire

Depuis la normalisation de leurs relations en décembre 2020, le Maroc et Israël travaillent à renforcer leur coopération militaire au grand dam de l’Algérie, qui craint pour sa sécurité.

Le Maroc va réceptionner ses premiers hélicoptères H135

Le Maroc va bientôt doter son armée de l’air de cinq hélicoptères H135 qui remplaceront l’AB206 pour la formation des pilotes dans les missions de transport, de recherche et de sauvetage.