Maroc-Allemagne : vers une impasse économique ?

9 mars 2021 - 09h20 - Maroc - Ecrit par : S.A

Le Maroc a récemment coupé les ponts diplomatiques avec l’Allemagne « en raison des malentendus profonds au sujet des questions fondamentales du royaume ». S’achemine-t-on vers une impasse économique ?

Nasser Bourita, ministre des Affaires étrangères, de la coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger a adressé, lundi 1ᵉʳ mars, un courrier officiel au chef du gouvernement et autres membres du gouvernement pour les appeler à suspendre « tout contact, interaction ou action aussi bien avec son ambassade à Rabat qu’avec les organismes de coopération et les fondations politiques allemandes « en raison des malentendus profonds avec la République fédérale d’Allemagne au sujet des questions fondamentales du royaume ». Le gouvernement n’a pas fourni amples explications. Répondant à une question de Médias24, une source gouvernementale a indiqué que la décision du ministère était «  claire  ». « Il n’a besoin d’aucun commentaire ».

De son côté, l’Allemagne dit ne voir « aucune raison derrière la perturbation des relations diplomatiques ». Dans la foulée, l’ambassadeur du Maroc à Berlin a été sollicité pour une audience urgente au Secrétariat d’État du ministère fédéral des Affaires étrangères. « Nous avons invité l’ambassadeur du Maroc à une réunion d’urgence avec le secrétaire d’État du ministère des Affaires étrangères pour clarifier les événements du Maroc », a déclaré Christofer Burger, porte-parole du ministère des Affaires étrangères allemand, lors d’une conférence de presse.

Pour les Allemands, tout va bien

« De notre point de vue, il n’y a aucune raison de changer les relations diplomatiques. L’Allemagne et le Maroc ont travaillé en étroite collaboration pendant des décennies, ce qui, selon nous, est toujours dans l’intérêt des deux pays », a déclaré Burger, ajoutant qu’«  à cet égard, rien n’a changé dans la politique allemande envers le Maroc ».

Les points de friction demeurent la position de l’Allemagne sur le Sahara, son ingérence dans les affaires intérieures du Maroc, la mise à l’écart de Rabat dans des négociations sur l’avenir de la Libye lors d’une conférence organisée à Berlin en janvier 2020 et le récent rapport de Transparency International sur la corruption.

Même si Nasser Bourita ne fait pas mention du secteur privé dans sa correspondance, cette situation risque de produire un impact négatif sur les entreprises. D’ailleurs, chaque entrepreneur est en train de réfléchir aux décisions commerciales avec les institutions gouvernementales. Les accords économiques entre les deux pays seront-ils remis en cause ou en souffrance ? Pour l’heure, c’est silence radio.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Allemagne - Diplomatie

Aller plus loin

L’Allemagne joue la carte de l’apaisement suite à la décision du Maroc

L’Allemagne tente de jouer la carte de l’apaisement suite à la décision du Maroc de suspendre tout contact, interaction ou action aussi bien avec son ambassade à Rabat qu’avec...

La tension entre le Maroc et l’Allemagne monte d’un cran

Dénonçant une adversité constante et inacceptable entretenue par l’Allemagne, le Maroc a décidé de rappeler son ambassadeur en poste à Berlin, pour consultations. L’annonce a...

Que reproche le Maroc à l’Allemagne ?

L’annonce de la suspension de tout contact avec l’ambassade d’Allemagne au Maroc a eu l’effet d’un coup de tonnerre dans le monde diplomatique. Selon la note signée par le...

Rabat quitte l’accord germano-marocain sur l’hydrogène vert

La crise diplomatique entre le Maroc et l’Allemagne a fait voler en éclat l’accord liant les deux pays sur l’hydrogène vert. Les « malentendus profonds » entre Rabat et Berlin...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc-Israël : deux ans de relations fructueuses, selon Alona Fisher-Kamm

Mardi a été célébré le deuxième anniversaire de la reprise des relations entre le Maroc et Israël. Une occasion pour Alona Fisher-Kamm, cheffe par intérim du bureau de liaison de Tel-Aviv à Rabat, de faire le bilan de ce rapprochement.

Mohammed VI et le pari gagnant de l’ouverture en Afrique

Le Maroc a connu une croissance économique assez soutenue depuis 2000, après l’accession au trône du roi Mohammed VI. Le royaume prend des mesures pour attirer les investissements étrangers et devenir une grande puissance régionale.

Les MRE confrontés à un durcissement des conditions d’envoi de fonds depuis l’Europe

Face au durcissement des autorités européennes sur les transferts des Marocains résidant à l’étranger (MRE), le wali de Bank Al-Maghrib (BAM), Abdellatif Jouahri appelle à une action diplomatique d’envergure.

Youssef Amrani officiellement ambassadeur du Maroc auprès de l’UE

Nommé en octobre 2021 par le roi Mohammed VI au poste d’ambassadeur du Maroc auprès de l’Union européenne, Youssef Amrani aurait reçu en cette fin d’année, l’accord des instances européennes pour démarrer sa mission.

Le nouveau ministre israélien des Affaires étrangères attendu au Maroc

Le sommet des pays signataire des Accords d’Abraham qui se tiendra au mois de mars pourrait connaître la participation d’Eli Cohen, le nouveau ministre israélien des Affaires étrangères.

Maroc : pressions pour rompre les relations avec Israël

Alors que Israël intensifie sa riposte contre le mouvement palestinien du Hamas, de nombreux Marocains multiplient les appels à rompre les relations diplomatiques entre le Maroc et l’État hébreu. Au Maroc, de nouvelles manifestations ont été organisées...

Maroc : un ancien diplomate accusé de prostitution de mineures risque gros

L’association Matkich Waldi (Touche pas à mon enfant) demande à la justice de condamner à des « peines maximales » un ancien ambassadeur marocain, poursuivi pour prostitution de mineures.

Sahara : l’Union européenne réitère sa position après les déclarations de Josep Borrell

L’Union européenne se désolidarise avec les déclarations faites par le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell sur le dossier du Sahara. L’institution a réaffirmé jeudi, n’avoir pas changé d’avis sur la nécessité de régler la question du Sahara,...