Maroc : les agents d’autorité sommés de déclarer leur patrimoine

14 février 2022 - 15h20 - Maroc - Ecrit par : S.A

Le ministère de l’Intérieur a décidé de traquer l’enrichissement illicite chez les moqadems et autres auxiliaires d’autorité, gangrenés par la corruption. Ceux-ci sont invités à déclarer leur patrimoine.

Afin de lutter contre la corruption, le ministère de l’Intérieur compte recenser l’ensemble des biens des moqadems et autres auxiliaires d’autorité, fait savoir Assabah. Dans ce sens, il demande aux concernés de remplir un formulaire dans les plus brefs délais. Ils doivent fournir des détails sur leur patrimoine, ainsi que des éléments permettant d’évaluer leur situation financière. Ce recensement du patrimoine des auxiliaires d’autorité fait suite à la transmission au ministère de l’Intérieur de plusieurs rapports indiquant de possibles cas d’enrichissement illicite.

À lire : Maroc : les anciens ministres et parlementaires sommés de déclarer leur patrimoine

Déjà, une centaine de moqadems exerçant dans différentes villes ont été suspendus et devraient être présentés à la justice, tandis que d’autres devraient être réaffectés, à la suite d’une enquête menée par les services de la gendarmerie dans différentes régions du royaume. Cette enquête qui fait suite aux plaintes de citoyens révèle plusieurs dysfonctionnements dont la responsabilité relève des prérogatives des auxiliaires d’autorité. Les enquêteurs ont découvert plusieurs cas de corruption qui profitaient principalement à des barons de l’habitat anarchique. En conséquence, on observe une prolifération de “programmes” résidentiels anarchiques.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Corruption - Ministère de l’Intérieur (Maroc)

Aller plus loin

Maroc : des élus radiés pour non déclaration du patrimoine ?

Au total, 89 070 déclarations ont été déposées dans les différentes juridictions financières du Royaume. Ce qui signifie que des milliers de personnes n’ont pas encore effectué...

Maroc : les anciens ministres et parlementaires sommés de déclarer leur patrimoine

La Cour des comptes invite les anciens ministres et parlementaires à respecter le dispositif juridique régissant la déclaration obligatoire de patrimoine (DOP) en déclarant leur...

Un vaste mouvement de mutation parmi les agents d’autorité au Maroc

Fidèle à sa tradition, le ministère de l’Intérieur a procédé au mouvement de mutation dans les rangs des agents d’autorité, touchant 43 % de l’effectif total de ce corps...

Maroc : des agents des forces auxiliaires ayant aidé des trafiquants de drogue, condamnés

Quatre agents des forces auxiliaires ont été condamnés à 3 ans de prison ferme assortie d’une amende de 15 000 dirhams chacun à Nador. Ils étaient jugés pour corruption et de...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : l’informel secoue les restaurants

Au Maroc, les restaurateurs ambulants disputent les parts de marché avec les restaurateurs formellement établis. Pour mettre fin à cette concurrence déloyale, les professionnels appellent à une réglementation claire pour soutenir le secteur de la...

Maroc : 30 députés éclaboussés par des affaires de corruption

Au total, 30 députés marocains sont poursuivis par la justice en leur qualité de président de commune pour leur implication présumée dans des affaires de corruption, de dilapidation de deniers publics, de chantage, et de falsification de documents...

Maroc : Vague d’enquêtes sur des parlementaires pour des crimes financiers

Une vingtaine de parlementaires marocains sont dans le collimateur de la justice. Ils sont poursuivis pour faux et usage de faux, abus de pouvoir, dilapidation et détournement de fonds publics.

Affaire Rachid M’Barki : les ramifications d’un réseau d’influence

L’affaire Rachid M’Barki du nom de l’ex-présentateur franco-marocain du journal de la nuit de BFMTV, mis en examen pour « corruption passive » et « abus de confiance » n’a pas fini de livrer tous ses secrets.

Parlement européen : le Maroc aurait offert des séjours à la Mamounia

La députée socialiste Marie Arena et l’ex-eurodéputé italien Antonio Panzeri, visés dans le scandale au parlement européen, auraient bénéficié en 2015 d’un séjour de luxe à l’hôtel La Mamounia de Marrakech, tous frais payés par les autorités marocaines.

Maroc : les démolitions sur les plages sont elles légales ?

Abdelouafi Laftit, ministre de l’Intérieur a été interpellé par Abdellah Bouanou, président du groupe parlementaire du Parti de la Justice et du Développement (PJD), sur le respect de la loi dans le processus de démolition de plusieurs résidences...

Cimetières au Maroc : entre abandon et insécurité

La gestion des cimetières pose problème au Maroc. Selon un rapport du ministère de l’Intérieur, les sites existants sont saturés ou en état de dégradation et les collectivités territoriales peinent à les réhabiliter et à identifier des terrains viables...

Maroc : hammams fermés, SPA ouverts, le grand paradoxe

La décision du ministère de l’Intérieur de fermer les hammams trois jours par semaine aura des conséquences négatives sur les employés du secteur, a alerté Fatima Zahra Bata, la députée du Parti de la justice et du développement (PJD).

Maroc : bonne nouvelle pour ceux qui aiment les Hammams

Les Marocains pourront fréquenter les hammams, restés en partie fermés depuis plusieurs semaines suite à une note du ministère de l’Intérieur, pendant le ramadan. Dimanche, le ministère des Habous et des Affaires islamiques a annoncé que le mois sacré...

Maroc : les tribunaux submergés après la levée des mesures restrictives

Depuis que l’amélioration de la situation épidémiologique au Maroc a entraîné l’assouplissement des mesures restrictives, la vie a repris dans les tribunaux avec une hausse considérable du nombre de plaintes, procès et affaires pénales.