Maroc-France : les obstacles juridiques à l’extradition de Félix Bingui

2 avril 2024 - 07h00 - Maroc - Ecrit par : S.A

L’extradition de Félix Bingui alias « le Chat », l’un des plus grands narcotrafiquants marseillais, arrêté début mars à Casablanca vers la France ne sera pas effective de sitôt.

Félix Bingui alias le Chat a été arrêté en mars par les autorités marocaines à Casablanca. Il était visé par une notice rouge Interpol délivrée par la France dans le cadre d’un mandat d’arrêt émis par un juge de Marseille (Bouches-du-Rhône) pour « importation de stupéfiants en bande organisée, transport, détention, acquisition, cession de stupéfiants, association de malfaiteurs […], blanchiment et non justification de ressources ». Sur l’antenne de RMC, le 20 mars, le ministre de la Justice, Eric Dupond-Moretti avait assuré que Félix Bingui était « en passe d’être extradé. On va tout faire pour qu’il le soit ». Mais selon une source proche de l’affaire à BFMTV, l’extradition de celui qui est considéré comme l’un des plus grands narcotrafiquants marseillais pourrait prendre entre « six et huit mois ».

À lire :Félix Bingui, "le Chat", tombe au Maroc après une cavale de plusieurs mois

« S’il est extradé au bout de six mois, c’est que les choses seront allées vite », souligne Philippe Ohayon, avocat de Félix Bingui et fin connaisseur de la procédure en matière d’extradition. Il ajoutera : « Il n’y a pas de procédure simplifiée avec le Maroc. Il faut déjà que la demande fasse l’objet d’un avis favorable de la cour de cassation de Rabat. Ensuite, il faut un décret d’extradition pris par le Roi du Maroc. C’est un pays souverain. Même lorsque la personne accepte son extradition, la procédure peut prendre du temps ». Depuis la signature par le Maroc et la France d’une convention le 18 avril 2008, à Rabat, plusieurs échanges entre les deux pays « sont récurrents, notamment en matière de la lutte contre le terrorisme et la traque de trafiquants de drogue français, partis en cavale de l’autre côté de la Méditerranée », fait-on savoir.

À lire :La justice espagnole refuse l’extradition d’un Marocain réclamé par le Maroc

Mais un principe figurant dans l’article 8 de cette convention peut s’avérer un obstacle à l’extradition. Il s’agit de l’article 696-6 qui prévoit précisément que « l’extradition n’est accordée qu’à la condition que la personne extradée ne sera ni poursuivie ni condamnée pour une infraction autre que celle ayant motivé l’extradition et antérieure à la remise ». Keren Saffar, Thomas Bidnic et Raphaël Chiche, tous trois avocats d’un autre narcotrafiquant marseillais, du nom de Kamel Meziani, condamné à 14 ans de prison pour trafic de drogue voient les choses autrement. Selon eux, ce principe de spécialité « a été bafoué par la justice française, à plusieurs reprises, dans le cadre de l’extradition de leur client du royaume chérifien, en décembre 2019 ». Les exemples sont légion. Une éventuelle violation de ce principe n’est donc pas à écarter. « Méconnaître cette règle de la spécialité, en outrepassant l’accord donné par les autorités marocaines, constitue une violation d’un principe d’ordre public, aux conséquences diplomatiques fortes », avertissent toutefois les hommes de droit. Félix Bingui pourrait être renvoyé devant une cour d’assises.

À lire :Détournement de 230 000 euros : le Maroc réclame l’extradition de son ex-agent consulaire

À Marseille, le clan Yoda (un nom inspiré d’une fresque taguée sur un point de deal et représentant le célèbre personnage de « Star Wars ») et la DZ Mafia se livrent une guerre sans merci autour du quartier de La Paternelle à la suite d’une altercation dans une boîte de nuit, en février 2023 en Thaïlande, entre le Chat et Tic, le patron de la DZ Mafia. D’après une note policière, il s’agit d’opérations pouvant toucher « toute personne présente sur les points de deal, quel que soit son âge, son origine ou sa fonction dans le réseau (la plupart des victimes sont de simples guetteurs ou petits revendeurs), sans épargner les victimes collatérales ». Les deux groupes seraient responsables de plus d’une quarantaine de meurtres survenus l’année dernière dans la cité phocéenne.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Extradition - Arrestation - Trafic - Drogues - Casablanca - France

Aller plus loin

Détournement de 230 000 euros : le Maroc réclame l’extradition de son ex-agent consulaire

L’ancien agent consulaire marocain à Barcelone, Hamid Chraite, se trouve dans une situation délicate. Il est sous la menace d’une extradition au Maroc, une demande approuvée par...

Félix Bingui, "le Chat", tombe au Maroc après une cavale de plusieurs mois

Visé par une notice rouge Interpol délivrée par la France dans le cadre d’un mandat d’arrêt émis par un juge de Marseille (Bouches-du-Rhône) pour trafic de stupéfiants et...

La justice espagnole refuse l’extradition d’un Marocain réclamé par le Maroc

L’Audience nationale a rejeté l’extradition vers le Maroc d’un Marocain arrêté à Tenerife en novembre 2022, et recherché par son pays pour des délits présumés d’homicide, de...

Espagne : extradition imminente d’un Marocain réclamé par le Maroc

L’Audience nationale va décider ce mardi de l’extradition ou non d’un Marocain accusé de trafic de migrants. Le mis en cause a fait entrer illégalement en Espagne 28 migrants...

Ces articles devraient vous intéresser :

"L’boufa", la nouvelle menace pour la société marocaine

Le Maroc pourrait faire face à une grave crise sanitaire et à une augmentation des incidents de violence et de criminalité, en raison de la propagation rapide de la drogue «  l’boufa  » qui détruit les jeunes marocains en silence.

Pufa, la "cocaïne des pauvres" qui déferle sur le Maroc

Pufa, la « cocaïne des pauvres » s’est installée progressivement dans toutes les régions du Maroc, menaçant la santé et la sécurité des jeunes. Le sujet est arrivé au Parlement.

Boufa, la drogue qui terrifie le Maroc

Le Maroc mène des actions de lutte contre les drogues dont la « Boufa », une nouvelle drogue, « considérée comme l’une des plus dangereuses », qui « envahit certaines zones des villes marocaines, en particulier les quartiers marginaux et défavorisés. »

« L’Escobar du désert » fait tomber Saïd Naciri et Abdenbi Bioui

Plusieurs personnalités connues au Maroc ont été présentées aujourd’hui devant le procureur dans le cadre de liens avec un gros trafiquant de drogue. Parmi ces individus, un président de club de football.

"Lbouffa" : La cocaïne des pauvres qui inquiète le Maroc

Une nouvelle drogue appelée « Lbouffa » ou « cocaïne des pauvres », détruit les jeunes marocains en silence. Inquiétés par sa propagation rapide, les parents et acteurs de la société civile alertent sur les effets néfastes de cette drogue sur la santé...

Le Maroc face à la menace de la « Poufa », la cocaïne des démunis

Le Maroc renforce sa lutte contre la « Poufa », une nouvelle drogue bon marché, connue sous le nom de cocaïne des pauvres », qui a non seulement des répercussions sociales, notamment la séparation des familles et une augmentation des suicides et des...

Détournement de 230 000 euros : le Maroc réclame l’extradition de son ex-agent consulaire

L’ancien agent consulaire marocain à Barcelone, Hamid Chraite, se trouve dans une situation délicate. Il est sous la menace d’une extradition au Maroc, une demande approuvée par le Parquet de l’Audience nationale.