Maroc : 170 personnes poursuivies pour homosexualité

14 décembre 2019 - 12h20 - Maroc - Ecrit par : Bladi.net

Partager avec Whasapp Partager avec Telegram

Ces dernières semaines, les défenseurs des droits de l’Homme ont donné de la voix, en appelant à l’abrogation pure et simple des lois criminalisant au Maroc, l’adultère et l’homosexualité.

Pour les organisations des droits de l’homme, outre "l’adultère et l’homosexualité", les parlementaires doivent également examiner la question du droit à l’avortement. En effet, ces derniers examinent une réforme du Code pénal sans "grand changement" dans sa version actuelle, rapporte francetvinfo.net. Les démêlés judiciaires de la journaliste Hajar Raissouni, ont notamment permis de relancer la question sur les libertés individuelles qui continuent de nourrir le débat. La reporter de 28 ans avait été condamnée mi-octobre à un an de prison pour "avortement illégal et sexe hors mariage", rappelle le même média qui ajoute que la journaliste a été finalement graciée par le roi.

Dès lors, les luttes s’intensifient pour amener les parlementaires à considérer tous ces événements et à légiférer en faveur des libertés individuelles. C’est le voeu du collectif marocain des Hors-la-loi. Après avoir déposé une pétition au Parlement, pour réclamer le retrait du Code pénal, de "toutes les infractions pénales portant sur les libertés individuelles", ce collectif a par ailleurs lancé la campagne "L’amour n’est pas un crime", sur les réseaux sociaux, en espérant recueillir les 5000 signatures légales requises pour que la pétition soit discutée par les parlementaires. Comme pour prêter caution au combat de ces associations de la société civile qui exigent une abrogation de toutes les lois pénalisant les libertés individuelles, Human Rights Watch a approuvé leurs recommandations "novatrices" et "audacieuses".

Faut-il le souligner, tandis qu’en leur état actuel, les textes punissent le sexe hors-mariage d’un mois à un an de prison, l’adultère et l’avortement illégal d’un à deux ans, l’homosexualité de six mois à trois ans, on dénombre d’après les chiffres officiels de l’année dernière, 14 503 personnes poursuivies par la justice, pour "débauche", 3 048 pour adultère, 170 pour homosexualité et 73 pour avortement, sachant qu’entre 600 et 800 avortements clandestins pratiqués chaque jour au Maroc, relève la même source.

Par ailleurs, tandis que la société civile dénonce ces lois, le président de la commission parlementaire chargée d’examiner le texte, Taoufik Mimouni, a confié que "la procédure n’a pas prévu d’ouvrir le débat sur les libertés individuelles. De leur côté, les conservateurs, à l’image des responsables du Parti justice et développement (PJD) du chef du gouvernement Saad-Eddine El Othmani, il n’y a "aucune intention d’abroger" les lois visées a affirmé à l’AFP, la parlementaire PJD Boutaina Karouri. En clair, les conservateurs "s’opposent à tout assouplissement sur les mœurs aux valeurs traditionnelles dans un pays où l’islam est religion d’Etat".

La Fédération de la gauche démocratique (FGD) s’affirme comme la seule à présenter des amendements en faveur des libertés individuelles. "Notre rôle est de trouver des solutions. L’âge moyen du mariage au Maroc est de 28 ans, nous avons des milliers de jeunes non mariés, les envoyer en prison n’est pas la solution", a confié à l’AFP, Omar Balafrej, député FGD.

Sujets associés : Homosexualité Maroc - Avortement - Code pénal marocain

Suivez Bladi.net sur Google News

Aller plus loin

Maroc : la communauté homosexuelle monte au créneau

Dans un communiqué publié sur les réseaux sociaux, plusieurs groupes de défense des droits de la communauté LGBTQ+ au Maroc ont témoigné leur soutien à Adam Muhammed, qui aurait été...

« L’amour fait loi », le cri de cœur des minorités sexuelles au Maroc

Un livre collectif vient de paraître aux éditions «  Le Sélénite  » et relance le débat sur la liberté sexuelle. Titré «  L’amour fait loi  », c’est un plaidoyer pour le respect du...

Nous vous recommandons

Homosexualité Maroc

La victime présumée de Souleimane Raissouni brise le silence

Adam Muhammed, présumée victime d’agression sexuelle par le rédacteur en chef du quotidien Akhbar al-Yaoum, Souleimane Raissouni, rompt le silence. Dans une lettre publiée sur Facebook, il accuse l’AMDH d’avoir mis sa vie en...

Maroc : une soirée arrosée se termine par un drame

Le cadavre du gardien d’une ferme, assassiné par ses amis en juillet dernier a été découvert trois mois plus tard. A l’origine de ce drame un différend lors d’une soirée arrosée, organisée en l’absence du patron des...

Des lesbiennes marocaines en prison au Qatar

Des lesbiennes marocaines sont détenues à Doha en raison de leur orientation sexuelle, l’homosexualité étant un délit passible de sept ans de prison au Qatar. Elles sont victimes de violences en tous...

Un Marocain, homosexuel, demande l’asile politique en Bosnie

Un Marocain homosexuel a quitté le royaume, en quête d’un asile politique dans un pays européen. Expulsé d’Italie, il s’est retrouvé en Bosnie où il espère pouvoir obtenir gain de cause.

Guerre en Ukraine : un journaliste marocain soutient la Russie à cause de sa politique homophobe

Le journaliste marocain Rachid Achachi affirme soutenir la guerre en Ukraine et justifie sa position par le fait que la Russie ait adopté une politique homophobe. De quoi provoquer la colère de la communauté...

Avortement

Maroc : le PJD au cœur d’un scandale sexuel

À Kénitra, une jeune fille accuse un responsable PJDiste d’avoir entretenu des relations sexuelles avec elle hors mariage et de l’avoir abandonné après qu’elle est tombée enceinte. Face au refus du jeune homme de reconnaître la grossesse, la femme enceinte...

Maroc : elle frôle la mort, après un avortement clandestin chez un ami

Faute de pouvoir avorter, une jeune femme, victime d’une grossesse non désirée, a accepté de subir une césarienne au domicile d’une de ses connaissances, à Biougra. Une imprudence qui aurait pu lui être...

Le débat sur l’avortement relancé au Maroc

Le décès au Maroc d’une mineure de 14 ans, début septembre, des suites d’un avortement clandestin, a relancé le débat sur la dépénalisation de cette pratique qui prend de l’ampleur dans le royaume.

Salé : un avortement tourne au drame dans une clinique privée

Deux personnes ont été présentées devant le parquet général près de la cour d’appel de Rabat pour répondre du décès d’une jeune femme ayant succombé à un avortement. Il s’agit de la gynécologue ayant pratiqué l’intervention et le compagnon de la...

Fès : 7 individus, dont un gynécologue risquent la prison pour pratique d’avortement

Sept personnes font l’objet d’une enquête ouverte mardi, par la brigade régionale de la police judiciaire de Fès. Elles seraient impliquées dan une affaire de pratique d’avortement, un acte rigoureusement puni par la loi au...

Code pénal marocain

Maroc : les nouveautés du Code de procédure pénale

Le projet de Code de procédure pénale en élaboration depuis des mois, sera enfin disponible cette semaine, pour sa présentation au conseil du gouvernement. Quelques modifications ont été exposées aux...

Ramadan : les Marocains divisés sur les dé-jeûneurs

Le débat sur l’article 222 du Code pénal marocain resurgit après l’arrestation de plusieurs jeunes qui rompaient le jeûne du ramadan mercredi dernier dans un café à Casablanca.

Campagne contre les tests de virginité au Maroc

Un mouvement féministe marocain a lancé une campagne contre les tests de virginité, une pratique courante en Afrique, dans le monde arabe et dans certains pays européens, consistant à passer la nuit de noces sur un drap blanc pour y « préserver les taches...

Bracelet électronique : le Maroc ne veut pas confier la gestion à une entreprise étrangère

Le Maroc veut mettre en place le bracelet électronique comme alternative à la détention provisoire. Le processus pour le choix de l’entreprise gestionnaire de la plateforme a été lancé et le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, opte pour une...

Outrage à magistrat : un jeune homme encourt une lourde peine

Un jeune homme sera déféré le 8 décembre prochain devant le tribunal de première instance de Safi, pour «  outrage et injures envers un agent d’autorité pendant l’exercice de sa fonction  ».