Recherche

Omar Balafrej : "Le rôle de l’Etat n’est pas de s’immiscer dans la vie des gens"

© Copyright : DR

9 octobre 2019 - 15h20 - Société

Le débat sur les libertés individuelles continue d’agiter l’actualité au Maroc. Après les militants des droits de l’homme et les féministes, c’est au tour d’Omar Balafrej, Député de la Fédération de la Gauche démocratique, de défendre sur 2M la nécessité de réformer le Code pénal, plus précisément les articles pénalisant l’avortement, les relations sexuelles hors mariage, l’adultère et l’homosexualité.

Dimanche dernier, dans l’émission "Confidences de presse", sur 2M, le Député a déclaré avoir déposé des amendements en tant que parlementaire et qu’il a été surpris d’apprendre que le délai du 10 septembre fixé aux parlementaires pour apporter leurs amendements avait été prolongé.

Omar Balafrej a tenu à faire des mises au point surtout concernant ceux qui l‘accusent de défendre la débauche. “Le plus important” pour le Député est l’article 490, qui punit “d’un mois à un an de prison toutes les personnes de sexes différents qui ont des relations sexuelles hors mariage”.

Selon lui, punir les relations sexuelles en public est déjà suffisant. “Mais en ce qui concerne des relations entre deux personnes majeures, dans un endroit privé, j’estime que le rôle de l’Etat n’est pas de s’immiscer dans la vie des gens pour voir ce qu’ils font ou pas", a-t-il commencé.

Puis, il a ajouté : "Et, pour les gens qui m’accusent d’être contre la religion, je leur dis que plusieurs pays musulmans comme l’Egypte et la Turquie ne criminalisent pas les relations sexuelles entre deux personnes consentantes”.

Depuis l’affaire "Hajar Raïssouni", Omar Balafrej se dit convaincu de ce que “la question des libertés individuelles est une priorité du pays". Pour lui, il y a d’autres crimes plus importants que de s’incruster dans la vie des autres.

Bladi.net

Bladi.net - 2019 - Archives - A Propos - Contact