Libertés individuelles : les « Hors-la-loi » reviennent à la charge

13 septembre 2021 - 11h20 - Maroc - Ecrit par : J.K

Les « Hors-la-loi » comptent sur le nouveau parlement pour faire aboutir leurs propositions pour la défense des libertés individuelles. Le Collectif appelle les nouveaux parlementaires, « à construire une vraie démocratie et une vraie égalité ».

Créé en 2019, le collectif « Les hors–la–loi » œuvre pour la suppression de l’article 490 du Code pénal, qui punit les relations sexuelles consensuelles hors mariage, de même que l’article 489 du même Code qui considère comme crimes les actes licencieux ou contre-nature avec un individu du même sexe. Ainsi, les militants du collectif comptent sur les nouveaux parlementaires pour obtenir gain de cause.

La coalition compte sur les jeunes parlementaires d’autant plus que « le nouveau modèle de développement a émis ses recommandations dans ce domaine », a déclaré à Hespress sa coordinatrice, Karima Nader. « Le collectif appelle ces élites […] à adopter de nouvelles idées conformes aux conventions internationales, sur la base des recommandations du mémorandum du Conseil national des droits de l’Homme (CNDH) qui s’est arrêté sur les chapitres relatifs aux libertés individuelles dans le Code pénal », a-t-elle ajouté.

Il faut noter que même le Conseil national des droits de l’homme a exigé que ces articles prennent en compte les recommandations de la Constitution de 2011, qui se base sur le renouvellement du discours pour se pencher sur les questions des libertés individuelles. D’ailleurs, « le collectif hors-la-loi est aujourd’hui devenu plus enthousiaste afin de communiquer avec les nouvelles élites, et élargir le débat public sur les libertés individuelles, dans le but de modifier les articles du Code pénal, qui est toujours en discussion entre partis politiques, et travailler ainsi sur d’autres dossiers dans les années à venir », a conclu Karima Nader.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Lois - Jeunesse - Conseil national des droits de l’Homme (cndh) - Constitution marocaine - Sexualité - Parlement marocain

Aller plus loin

Relations hors mariage au Maroc : appel à l’abrogation de l’article 490

Les membres du collectif 490 sont montés à nouveau au créneau pour réclamer « l’abrogation pure et simple » de l’article 490 qui participe « significativement au sentiment...

Mustapha Ramid s’exprime sur les libertés individuelles

Le projet de loi d’amendement du code pénal au Parlement continue de faire des vagues. Alors que bon nombre de dirigeants de partis politiques réunis à Salé, samedi dernier,...

Libertés religieuses : les États-Unis félicitent les avancées du Maroc

Les États-Unis ont salué l’enracinement de la démocratie au Maroc, notamment les « progrès notables » enregistrés dans le domaine des libertés religieuses.

Que pensent les Marocains des relations sexuelles hors mariage ?

Au moins trois Marocains sur quatre estiment que les relations hors mariage sont très répandues au Maroc. C’est ce que révèle une enquête sur « les libertés individuelles,...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : la liste des députés poursuivis pour corruption s’allonge

Trois députés marocains viennent d’être déférés devant la justice pour corruption. Déjà une vingtaine de parlementaires sont poursuivis en justice pour des faits de corruption et dilapidation des deniers publics.

Corruption au Maroc : des élus et entrepreneurs devant la justice

Au Maroc, plusieurs députés et élus locaux sont poursuivis devant la justice pour les infractions présumées de corruption et d’abus de pouvoir.

Le harcèlement sexuel des mineures marocaines sur TikTok dénoncé

Lamya Ben Malek, une militante des droits de la femme, déplore le manque de réactivité des autorités et de la société civile marocaines face aux dénonciations de harcèlement sexuel par des mineures sur les réseaux sociaux.

Maroc : le parlement discute de la fiscalité des auto-entrepreneurs

Au Parlement marocain, des groupes de l’opposition ont proposé des amendements concernant le projet de loi de finances (PLF) pour l’année 2024 dont l’un vise à encourager l’engagement dans l’économie organisée et à améliorer l’attractivité du système...

Ali B : un nouvel abum pour faire oublier ses ennuis judiciaires

Après avoir été éclaboussé par une affaire d’agressions sexuelles sur des candidates de l’émission The Voice of Holland, le rappeur néerlandais d’origine marocaine Ali B préparerait son retour sur la scène musicale. Il serait sur le point de sortir un...

Maroc : le débat sur l’interdiction de TikTok s’invite au parlement

Plusieurs députés marocains appellent à l’interdiction de TikTok au Maroc. Ils s’inquiètent de la qualité des contenus publiés sur ce réseau social chinois qui, selon eux, constitue un danger pour la jeunesse.

Maroc : les sites pour adultes cartonnent pendant le ramadan

Les Marocains sont friands des sites pour adultes pendant ce mois de ramadan. À quel moment visitent-ils ces sites ?

"Lbouffa" : La cocaïne des pauvres qui inquiète le Maroc

Une nouvelle drogue appelée « Lbouffa » ou « cocaïne des pauvres », détruit les jeunes marocains en silence. Inquiétés par sa propagation rapide, les parents et acteurs de la société civile alertent sur les effets néfastes de cette drogue sur la santé...

Maroc : une centaine de nouveaux trains à acquérir

L’Office national des chemins de fer (ONCF) a annoncé l’acquisition progressive de 100 nouveaux trains fabriqués localement, et ceci dans les 10 prochaines années.

Maroc : les discours radicaux dans les mosquées inquiètent

La députée du parti Fédération de la Gauche démocratique, Fatima Tamni, a interpelé le ministre des Habous et des affaires islamiques, Ahmed Toufiq, au sujet de l’exploitation des tribunes des mosquées pour diffuser des discours radicaux contre les...