Maroc : que le fait le système pénal pour limiter la récidive ?

27 septembre 2019 - 19h00 - Maroc - Ecrit par : G.A

Le mercredi 25 septembre, à Salé, le Ministre d’Etat chargé des Droits de l’homme, Mustapha Ramid, s’exprimant à l’ouverture de la 7ème session de l’Université d’automne, a souligné une augmentation flagrante des cas de récidive. Selon lui, ce phénomène ne se limite pas uniquement aux politiques pénales mais concerne également les différentes politiques publiques de lutte contre la criminalité et ses phénomènes.

Organisée sur deux jours à la prison locale de Salé 2 par la Délégation générale à l’Administration pénitentiaire et à la réinsertion (DGAPR), la 7ème édition de l’Université d’automne connaît la participation de 200 détenus. Plusieurs institutions gouvernementales, des magistrats et des responsables au sein de l’administration publique prennent également part à cette édition, qui se penche exclusivement sur les cas de récidive.

Le choix du thème n’est pas anodin car, selon la MAP, le système pénal actuel subit une remise en question à cause de l’augmentation des cas de récidive. La question, selon le Ministre des Droits de l’homme, est devenue préoccupante, en ce sens que la plupart des crimes sont commis par des personnes ayant des antécédents judiciaires.

Mustapha Ramid espère que la réforme du système du droit pénal et du Code de Procédure pénale, qui se trouvent au Parlement, pourrait aider à jeter les bases juridiques capables de réduire le phénomène de la récidive.

La MAP souligne que, dans son intervention, Mounir Bensalah, Secrétaire général du Conseil national des Droits de l’homme, a, quant à lui, déclaré que toute approche de solutions pour diminuer les cas de récidive doit se faire dans le respect des droits de chaque personne.

A cet effet, il propose l’orientation vers de nouvelles pistes de résolution dans le domaine de la répression, compte tenu de “l’incapacité” de la politique pénale actuelle, à trouver des solutions et des réponses efficaces.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Criminalité - Code pénal marocain - Prison de Salé

Ces articles devraient vous intéresser :

Qui est Golan Avitan, l’Israélien extradé par le Maroc ?

Le Maroc a extradé Golan Avitan, 54 ans, membre présumé de la célèbre famille criminelle Abergil qui a fui Israël il y a quatre ans. Il serait impliqué dans un attentat à la bombe de 2003 qui a fait trois morts.

Maroc : les tribunaux submergés après la levée des mesures restrictives

Depuis que l’amélioration de la situation épidémiologique au Maroc a entraîné l’assouplissement des mesures restrictives, la vie a repris dans les tribunaux avec une hausse considérable du nombre de plaintes, procès et affaires pénales.

"L’boufa", la nouvelle menace pour la société marocaine

Le Maroc pourrait faire face à une grave crise sanitaire et à une augmentation des incidents de violence et de criminalité, en raison de la propagation rapide de la drogue «  l’boufa  » qui détruit les jeunes marocains en silence.

Criminalité au Maroc : les chiffres

Les chiffres officiels de la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) montrent les baisses importantes dans toutes les catégories de crimes en 2023.

Maroc : les crimes financiers ont baissé de 47% en 2021

La lutte contre les crimes financiers et économiques au Maroc porte peu à peu ses fruits. En 2021, les affaires liées à ces délits ont fortement régressé de 47,30%, selon le rapport annuel de la présidence du parquet.

La criminalité au Maroc est sous contrôle selon le ministre de l’Intérieur

Pas d’inquiétude à avoir en ce qui concerne la criminalité au Maroc. La situation sécuritaire dans le pays est « normale et sous contrôle », grâce aux efforts déployés par les autorités, affirme le ministre de l’Intérieur.

Maroc : appel à l’arrêt immédiat des opérations d’abattage de chiens

Un collectif des associations marocaines de protection animale dénonce « des opérations brutales et inhumaines, de capture et d’abattage des animaux à travers tout le pays, incluant ceux déjà stérilisés, vaccinés et identifiés ».