Italie : une Marocaine lesbienne mise à la rue par ses parents

19 avril 2021 - 11h20 - Monde - Ecrit par : S.A

Depuis janvier 2021, Malika Chalhy, 22 ans, a été mise à la rue par sa famille après qu’elle a révélé son homosexualité. Associations de défense des droits de l’Homme, personnalités issues du monde du divertissement, du sport manifestent leur solidarité à la jeune femme.

Née de père marocain et de mère italienne, Malika était à mille lieues d’imaginer qu’elle allait se retrouver à la rue après son coming-out. Dans une correspondance adressée à ses parents, elle a révélé qu’elle est tombée amoureuse d’une fille, dévoilant ainsi son orientation sexuelle. Cette révélation a suscité l’indignation de ses parents. Ceux-ci n’hésiteront pas à la chasser du domicile familial sans ses vêtements.

La jeune femme rapporte les propos de sa mère. « Si je te vois, je te tue. Tu es le fléau de notre famille. Je te souhaite une tumeur, tu es la honte de la famille. Je préfèrerais une fille droguée que lesbienne », lui a-t-elle lancé, toute furieuse. Désormais à la rue, la police l’a accompagnée à la maison de ses parents pour qu’elle puisse prendre des vêtements à porter. Les choses ne se passeront pas comme prévu. Dès que sa mère l’a aperçue à travers la fenêtre, elle s’écria : « Je ne connais pas cette personne ».

L’histoire de la jeune Malika a mis la toile en ébullition. Les associations de défense des droits de l’Homme, des personnalités issues du monde du divertissement, du sport lui ont apporté leur soutien. Selon la presse italienne, une somme de près de 120 000 euros a été mobilisée suite à une cagnotte de solidarité lancée en ligne. Actuellement, la jeune femme réside à Florence, à 30 km du domicile familial. Malgré tout, elle pense toujours à ses parents. « À mes géniteurs, je dis : obtenez de l’aide, demandez de l’aide », a-t-elle dit lors de son passage sur Costanzo Show, un talk show télévisé très populaire en Italie.

En Italie, Alessandro Zan, député du Parti démocrate a initié une proposition de loi devant combler un vide législatif relatif à la protection des personnes LGBT. La « loi Zan » vise à modifier la loi Mancino qui date de 1993 et à instituer une journée contre l’homophobie, la lesbophobie, la biphobie et la transphobie le 17 mai.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Italie - Famille - Femme marocaine - Homosexualité Maroc

Aller plus loin

Maroc : suicide homosexuel après la publication de ses photos

La communauté LGBT marocaine se dit victime d’un lynchage sur les réseaux sociaux en cette période de confinement et organise une contre-attaque. Elle s’apprête à lancer une...

Achim, homosexuel marocain, demande l’asile politique aux Îles Canaries

Achim, un migrant marocain arrivé aux Îles Canaries en décembre en provenance de Dakhla, est un homosexuel qui demande l’asile politique en raison de son orientation sexuelle.

Espagne : bonne nouvelle pour les homosexuels marocains

La Cour suprême s’est prononcée mercredi, sur la liberté de circulation en Espagne pour les détenteurs d’une carte de demandeur d’asile à Ceuta et Melilla.

Le Maroc, pays à éviter pour les homosexuels

Le magazine Forbes a indiqué, dans un rapport mis en ligne le mardi 23 mars, que le Maroc n’est pas une destination sûre pour les membres de la communauté LGBTQ.

Ces articles devraient vous intéresser :

Le Maroc s’inquiète de « l’influence croissante des homosexuels »

Abdellatif Ouahbi, ministre de la Justice et secrétaire général du Parti authenticité et modernité (PAM), s’est exprimé une fois de plus sur l’homosexualité. Au Maroc, les pratiques homosexuelles restent punies par la loi.

Youssra Zouaghi, Maroco-néerlandaise, raconte l’inceste dans un livre

Victime d’abus sexuels et de négligence émotionnelle pendant son enfance, Youssra Zouaghi, 31 ans, raconte son histoire dans son ouvrage titré « Freed from Silence ». Une manière pour elle d’encourager d’autres victimes à briser le silence.

Code de la famille : les féministes marocaines face à l’opposition de Benkirane

Le secrétaire général du Parti justice et développement (PJD), Abdelilah Benkirane, a vivement critiqué le mouvement féministe qui milite pour l’égalité des sexes dans le cadre de la réforme du Code de la famille, estimant que son combat vise à...

Maroc : crise du célibat féminin

Au Maroc, le nombre de femmes célibataires ne cesse d’accroître, avec pour conséquence la chute du taux de natalité. Quelles en sont les causes ?

Maroc : pas de congé menstruel pour les femmes fonctionnaires

La proposition de loi visant à instaurer un congé menstruel, d’une durée ne dépassant pas deux jours par mois, en faveur des femmes fonctionnaires n’a pas reçu l’assentiment du gouvernement.

Rapport inquiétant sur les violences faites aux femmes marocaines

Au Maroc, les femmes continuent de subir toutes sortes de violence dont les cas enregistrés ne cessent d’augmenter au point d’inquiéter.

Une famille marocaine au tribunal de Beauvais pour un mariage blanc

Une famille marocaine est jugée devant le tribunal de Beauvais pour association de malfaiteurs dans le but d’organiser un mariage blanc. Le verdict est attendu le 12 janvier 2023.

Le Maroc confronté à la réalité des violences sexuelles

Les femmes marocaines continuent de subir en silence des violences sexuelles. Le sujet est presque tabou au Maroc, mais la parole se libère de plus en plus.

Maroc : plus de droits pour les mères divorcées ?

Au Maroc, la mère divorcée, qui obtient généralement la garde de l’enfant, n’en a pas la tutelle qui revient de droit au père. Les défenseurs des droits des femmes appellent à une réforme du Code de la famille pour corriger ce qu’ils qualifient...

Le droit des femmes à l’héritage, une question encore taboue au Maroc

Le droit à l’égalité dans l’héritage reste une équation à résoudre dans le cadre de la réforme du Code de la famille au Maroc. Les modernistes et les conservateurs s’opposent sur la reconnaissance de ce droit aux femmes.