Maroc : suicide homosexuel après la publication de ses photos

20 avril 2020 - 12h00 - Maroc - Ecrit par : S.A

La communauté LGBT marocaine se dit victime d’un lynchage sur les réseaux sociaux en cette période de confinement et organise une contre-attaque. Elle s’apprête à lancer une campagne de dénonciation.

Une transsexuelle marocaine résidant en Turquie, Sofia Taloni, serait l’instigatrice de la campagne de dénigrement et de lynchage contre la communauté LGBT marocaine. Sur son compte Instagram, elle publie une série de vidéos dans lesquelles elle révèle l’identité sexuelle de dizaines de personnes sans leur consentement.

"Nous avons été contactés par plusieurs personnes en situation de détresse suite à cette campagne qui a révélé leur identité sexuelle à leurs proches", a confié au site Le Desk M.B, l’une des animatrices de la campagne de défense des droits LGBT au Maroc.

Un militant LGBT a d’ailleurs annoncé la mort par suicide d’un jeune étudiant âgé de 21 ans, rentré de France et confiné chez sa famille à Rabat. Il n’a pu supporter de voir ses photos dédiées aux applications de rencontre, défiler sur les réseaux sociaux jusqu’à atteindre son entourage. Face à la situation que vivent les militants LGBT, plusieurs maisons ont ouvert leurs portes aux rescapé-es du lynchage et de la violence familiale dans des villes comme Casablanca et Rabat, précise la même source.

Des pages comme Gay Maroc ont été mises à contribution pour recueillir des témoignages ; ce qui permettra à la communauté de soutenir psychologiquement les victimes de violences et de harcèlement. De même, les groupes LGBT entendent lancer une campagne de dénonciation de ces violences, à travers visuels et textes, et contre-attaquer en exposant les porteurs de discours homophobe et transphobe. A noter que la loi marocaine interdit l’homosexualité à travers l’article 489 du code pénal qui prévoit une peine de prison allant jusqu’à trois ans.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Homosexualité Maroc - Prison - None

Aller plus loin

Les excuses de Sofia Taloni

L’influenceuse transsexuelle marocaine résidant en Turquie, Sofia Taloni, qui s’est lancée dans une campagne de dénigrement contre la communauté LGBT au Maroc, s’est confondue...

Maroc : il va porter plainte pour homophobie et se retrouve en prison

La condamnation à 4 mois de prison de l’artiste Abdelatif Nhaila fait polémique, surtout au sein des groupes de défense des libertés individuelles. En allant porter plainte pour...

Fuyant la persécution au Maroc, un Marocain se dit victime d’homophobie au Royaume-Uni

Alors qu’il avait fui le Maroc par crainte d’être persécuté en raison de son orientation sexuelle, Abderrahim El Habachi dit endurer plus d’homophobie au Royaume-Uni. Sa demande...

Maroc : un mineur victime de viol condamné pour homosexualité

La peine de prison infligée par la chambre de première instance de la Cour d’appel d’Ouarzazate à une victime mineure pour « homosexualité » a suscité une vague d’indignation au...

Ces articles devraient vous intéresser :

« Deux hommes ou deux femmes ne peuvent pas décider de passer leur vie ensemble au Maroc »

Dans son film Le bleu du caftan, la cinéaste marocaine Maryam Touzani aborde plusieurs sujets notamment l’homosexualité au Maroc, où les homosexuels vivent souvent cachés, dans la peur d’être découverts, et parfois dans la honte.

Écoles françaises au Maroc : polémique sur l’homosexualité

Chakib Benmoussa, ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement primaire et des Sports, s’est exprimé sur l’adoption par des institutions éducatives étrangères au Maroc de programmes promouvant l’homosexualité.

« Comment sortir du monde ? », le premier roman poignant de Marouane Bakhti

« Comment sortir du monde ? » C’est le titre du tout premier roman du Franco-marocain Marouane Bakhti, paru aux Nouvelles Éditions du réveil en mars 2023. Il y raconte la vie, telle qu’elle vient, dans une famille biculturelle. Un récit éblouissant.

Maroc : une série télévisée accusée de faire l’apologie de l’homosexualité

La série « 2 wjoh » (deux visages) aborde-t-elle l’homosexualité ? C’est en tout cas ce que semblent dénoncer de nombreux internautes sur les réseaux sociaux après la diffusion d’un extrait du teaser de la série qui sera diffusée tous les jours à 19h45...

Le Maroc s’inquiète de « l’influence croissante des homosexuels »

Abdellatif Ouahbi, ministre de la Justice et secrétaire général du Parti authenticité et modernité (PAM), s’est exprimé une fois de plus sur l’homosexualité. Au Maroc, les pratiques homosexuelles restent punies par la loi.