Maroc : la police enquête après les menaces visant la communauté homosexuelle

26 avril 2020 - 22h30 - Maroc - Ecrit par : S.A

Des données privées visant la communauté LGBT (lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres), ont fuité et font polémique dans le royaume. La police, qui s’est auto-saisie du dossier, a ouvert une enquête préliminaire pour "incitation à la haine et à la discrimination".

Dans une déclaration à l’AFP, le porte-parole de la DGSN a indiqué que "la publication par un individu d’un contenu numérique" portant "atteinte aux systèmes de traitement automatisé des données", a suscité l’ouverture de cette enquête. Il précisera que la police est disposée à "enregistrer et traiter toutes les plaintes déposées par les plaignants, conformément à la législation en vigueur".

Dimanche dernier, un collectif réunissant une vingtaine d’associations de défense des droits humains, a manifesté contre une "campagne de diffamation" et "d’intimidation" aux conséquences désastreuses aggravées par ce contexte de confinement.

Sofia Taloni, une transsexuelle marocaine résidant en Turquie, est derrière cette "chasse aux sorcières". Elle administre un compte Instagram qui a publié une série de vidéos révélant l’identité sexuelle de dizaines de personnes sans leur consentement. De même, elle a diffusé des photographies et des adresses ou des numéros de téléphone de ces personnes, récupérés sur différentes applications de rencontres comme Grindr ou PlanetRomeo.

Au Maroc, la loi incrimine l’homosexualité à travers l’article 489 du code pénal qui prévoit une peine de prison allant de six mois à trois ans de prison. En 2018, 170 personnes ont été poursuivies pour homosexualité, indiquent des chiffres officiels.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Enquête - Homosexualité Maroc - Prison

Aller plus loin

Les cinq homosexuels arrêtés à Tanger risquent 3 ans de prison ferme

Les éléments de la préfecture de police ont interpellé, samedi 20 février, cinq individus pris en flagrant délit d’homosexualité dans un appartement à Tanger. Ils risquent...

Fuyant la persécution au Maroc, un Marocain se dit victime d’homophobie au Royaume-Uni

Alors qu’il avait fui le Maroc par crainte d’être persécuté en raison de son orientation sexuelle, Abderrahim El Habachi dit endurer plus d’homophobie au Royaume-Uni. Sa demande...

Maroc : suicide homosexuel après la publication de ses photos

La communauté LGBT marocaine se dit victime d’un lynchage sur les réseaux sociaux en cette période de confinement et organise une contre-attaque. Elle s’apprête à lancer une...

Maroc : il va porter plainte pour homophobie et se retrouve en prison

La condamnation à 4 mois de prison de l’artiste Abdelatif Nhaila fait polémique, surtout au sein des groupes de défense des libertés individuelles. En allant porter plainte pour...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le Maroc s’inquiète de « l’influence croissante des homosexuels »

Abdellatif Ouahbi, ministre de la Justice et secrétaire général du Parti authenticité et modernité (PAM), s’est exprimé une fois de plus sur l’homosexualité. Au Maroc, les pratiques homosexuelles restent punies par la loi.

Maroc : une série télévisée accusée de faire l’apologie de l’homosexualité

La série « 2 wjoh » (deux visages) aborde-t-elle l’homosexualité ? C’est en tout cas ce que semblent dénoncer de nombreux internautes sur les réseaux sociaux après la diffusion d’un extrait du teaser de la série qui sera diffusée tous les jours à 19h45...

« Comment sortir du monde ? », le premier roman poignant de Marouane Bakhti

« Comment sortir du monde ? » C’est le titre du tout premier roman du Franco-marocain Marouane Bakhti, paru aux Nouvelles Éditions du réveil en mars 2023. Il y raconte la vie, telle qu’elle vient, dans une famille biculturelle. Un récit éblouissant.

« Deux hommes ou deux femmes ne peuvent pas décider de passer leur vie ensemble au Maroc »

Dans son film Le bleu du caftan, la cinéaste marocaine Maryam Touzani aborde plusieurs sujets notamment l’homosexualité au Maroc, où les homosexuels vivent souvent cachés, dans la peur d’être découverts, et parfois dans la honte.

Des conseils pour les LGBT désireux de se rendre au Maroc

Habituée des voyages, une lesbienne prodigue des conseils sécurité aux membres de la communauté LGBT désireux de voyager au Maroc et dans d’autres pays comme la Russie.

Écoles françaises au Maroc : polémique sur l’homosexualité

Chakib Benmoussa, ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement primaire et des Sports, s’est exprimé sur l’adoption par des institutions éducatives étrangères au Maroc de programmes promouvant l’homosexualité.