Maroc : il va porter plainte pour homophobie et se retrouve en prison

14 novembre 2020 - 22h30 - Culture - Ecrit par : G.A

La condamnation à 4 mois de prison de l’artiste Abdelatif Nhaila fait polémique, surtout au sein des groupes de défense des libertés individuelles. En allant porter plainte pour homophobie, l’artiste était loin de s’imaginer qu’il serait poursuivi puis condamné.

À l’origine de cette affaire, une dénonciation de l’influenceuse transgenre Naoufal Moussa, plus connue sous le nom de Sofia Taloni. Au début du mois d’avril dernier, elle révèle au grand jour des photos et des données personnelles d’homosexuels marocains, publiés sur certaines applications de rencontre dédiées à la communauté LGBT. Les conséquences ont été immédiates. Plusieurs membres de la communauté ont été rejetés par leurs proches. Comme si cela ne suffisait pas, Sofia Taloni a appelé dans une vidéo publiée sur Instagram, à une campagne de délation visant la communauté LGBT au Maroc, « pour mettre fin à cette hypocrisie sociale ».

Parmi les victimes de la campagne de lynchage des homosexuels sur les réseaux sociaux, l’artiste Abdelatif Nhaila. Il confie avoir été victime de harcèlement et de menace de mort. Il décide de porter plainte auprès du commissariat de la ville de Sidi Kacem dont il est originaire. Mais contre toute attente, il sera placé en garde à vue pendant 48 heures, avant d’être accusé de violation de l’état d’urgence sanitaire et d’outrage à un fonctionnaire durant l’exercice de ses fonctions. La suite c’est sa condamnation à 4 mois de prison avec sursis et au payement d’une amende de 10 000 dirhams et 1 dirham symbolique à verser au policier plaignant, indique l’Observateur.

Sujets associés : Homosexualité Maroc - Prison - Code pénal marocain - Amende - Plainte - Etat d’urgence au Maroc

Aller plus loin

Espagne : bonne nouvelle pour les homosexuels marocains

La Cour suprême s’est prononcée mercredi, sur la liberté de circulation en Espagne pour les détenteurs d’une carte de demandeur d’asile à Ceuta et Melilla.

Maroc : un député appelle à dépénaliser l’homosexualité

Le député de la Fédération de la Gauche démocratique, Omar Balafrej, a appelé à dépénaliser les relations extra-conjugales et l’homosexualité, en supprimant les articles du Code...

Le Maroc, "société très conservatrice”

En marge de la célébration de la Fête du Trône, Mohamed Aujjar, Ministre de la Justice et des libertés, a confié, dans un entretien accordé à l’Agence espagnole, EFE, que la...

« L’effrayante » expérience d’une drag queen irlandaise au Maroc

La drag queen nord-irlandaise de Belfast, Blu Hydrangea (Joshua Cargill à l’état civil), raconte son « effrayante expérience » au Maroc, où son groupe musical The Frock...

Ces articles devraient vous intéresser :

« Deux hommes ou deux femmes ne peuvent pas décider de passer leur vie ensemble au Maroc »

Dans son film Le bleu du caftan, la cinéaste marocaine Maryam Touzani aborde plusieurs sujets notamment l’homosexualité au Maroc, où les homosexuels vivent souvent cachés, dans la peur d’être découverts, et parfois dans la honte.

Le Maroc prolonge à nouveau l’état d’urgence sanitaire

Comme prévu, le gouvernement marocain vient d’annoncer la prorogation de l’état d’urgence sanitaire sur l’ensemble du territoire national.

Le Maroc s’inquiète de « l’influence croissante des homosexuels »

Abdellatif Ouahbi, ministre de la Justice et secrétaire général du Parti authenticité et modernité (PAM), s’est exprimé une fois de plus sur l’homosexualité. Au Maroc, les pratiques homosexuelles restent punies par la loi.

« Comment sortir du monde ? », le premier roman poignant de Marouane Bakhti

« Comment sortir du monde ? » C’est le titre du tout premier roman du Franco-marocain Marouane Bakhti, paru aux Nouvelles Éditions du réveil en mars 2023. Il y raconte la vie, telle qu’elle vient, dans une famille biculturelle. Un récit éblouissant.

Écoles françaises au Maroc : polémique sur l’homosexualité

Chakib Benmoussa, ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement primaire et des Sports, s’est exprimé sur l’adoption par des institutions éducatives étrangères au Maroc de programmes promouvant l’homosexualité.

Le Maroc proroge, à nouveau, l’état d’urgence sanitaire

Le Maroc a décidé de prolonger l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 30 novembre 2022, afin de faire face à la propagation du Covid-19 dans le pays.

Le Maroc met fin à l’état d’urgence sanitaire

Le gouvernement marocain a décidé de mettre fin à l’état d’urgence sanitaire en vigueur depuis l’apparition des premiers cas de contamination au coronavirus.

Maroc : l’état d’urgence sanitaire prolongé jusqu’au 31 décembre

Le gouvernement vient d’annoncer, une nouvelle fois, la prorogation de l’état d’urgence sanitaire sur l’ensemble du territoire national.

Le Maroc prolonge encore l’état d’urgence sanitaire

Réuni jeudi lors de sa séance hebdomadaire, le conseil de gouvernement a adopté le projet de décret portant prorogation, à nouveau, de l’état d’urgence sanitaire.

Maroc : l’état d’urgence sanitaire sera-t-il à nouveau prorogé ?

Au menu du prochain Conseil de gouvernement qui se tiendra jeudi sous la présidence du Chef du gouvernement, Aziz Akhannouch, plusieurs sujets seront abordés dont l’examen du projet de décret relatif à la prorogation de la durée de l’état d’urgence...