Espagne : bonne nouvelle pour les homosexuels marocains

31 juillet 2020 - 23h00 - Espagne - Ecrit par : P. A

La Cour suprême s’est prononcée mercredi, sur la liberté de circulation en Espagne pour les détenteurs d’une carte de demandeur d’asile à Ceuta et Melilla.

Saluant la décision de la cour suprême, l’organisation Kifkif a exigé jeudi, le transfert "immédiat" de plus de 120 demandeurs d’asile LGBT + qui se trouvent actuellement dans les Centres de séjour temporaire pour immigrés (CETI) des deux villes.

Pour l’organisation Kifkif, il s’agit d’une "décision historique et d’espoir pour l’avenir de la protection internationale des personnes LGTB+ en Espagne" et qui met les demandeurs d’asile de Ceuta et Melilla sur le même pied d’égalité que ceux du reste de l’Espagne.

"C’est une décision qui intervient après des années de lutte des organisations sociales contre l’interdiction du déplacement dont ont été victimes les demandeurs d’asile et qui les a privés de la liberté de circulation", ajoute Samir Bargach, le président du Kifkif.

Pour rappel, les demandeurs d’asile LGBT + qui se trouvent dans les CETI de Ceuta et Melilla, en attendant l’admission de leurs demandes de protection, vivent isolés, persécutés, avec la peur de voir leurs demandes rejetées et sont souvent victimes d’agression de la part des autres résidents du centre.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Ceuta (Sebta) - Melilla - Homosexualité Maroc

Aller plus loin

Un couple espagnol de grimpeurs pro-LGTBI crée un nouveau parcours au Maroc

Le couple de grimpeurs et militants LGTBI, Jaume Peiró et Álex González, de Pobla de Vallbona (Valence), ont lancé un nouveau parcours dénommé « Queer Action » dans le...

Italie : une Marocaine lesbienne mise à la rue par ses parents

Depuis janvier 2021, Malika Chalhy, 22 ans, a été mise à la rue par sa famille après qu’elle a révélé son homosexualité. Associations de défense des droits de l’Homme,...

Le témoignage des Marocains obligés de vivre leur homosexualité en France

Les restrictions de la loi pénalisant l’homosexualité, les pressions et le regard de la société, le rejet familial, poussent de nombreux homosexuels à fuir le Maroc afin de...

Le Maroc, pays à éviter pour les homosexuels

Le magazine Forbes a indiqué, dans un rapport mis en ligne le mardi 23 mars, que le Maroc n’est pas une destination sûre pour les membres de la communauté LGBTQ.

Ces articles devraient vous intéresser :

Le Maroc s’inquiète de « l’influence croissante des homosexuels »

Abdellatif Ouahbi, ministre de la Justice et secrétaire général du Parti authenticité et modernité (PAM), s’est exprimé une fois de plus sur l’homosexualité. Au Maroc, les pratiques homosexuelles restent punies par la loi.

« Comment sortir du monde ? », le premier roman poignant de Marouane Bakhti

« Comment sortir du monde ? » C’est le titre du tout premier roman du Franco-marocain Marouane Bakhti, paru aux Nouvelles Éditions du réveil en mars 2023. Il y raconte la vie, telle qu’elle vient, dans une famille biculturelle. Un récit éblouissant.

Maroc : une série télévisée accusée de faire l’apologie de l’homosexualité

La série « 2 wjoh » (deux visages) aborde-t-elle l’homosexualité ? C’est en tout cas ce que semblent dénoncer de nombreux internautes sur les réseaux sociaux après la diffusion d’un extrait du teaser de la série qui sera diffusée tous les jours à 19h45...

Écoles françaises au Maroc : polémique sur l’homosexualité

Chakib Benmoussa, ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement primaire et des Sports, s’est exprimé sur l’adoption par des institutions éducatives étrangères au Maroc de programmes promouvant l’homosexualité.

« Deux hommes ou deux femmes ne peuvent pas décider de passer leur vie ensemble au Maroc »

Dans son film Le bleu du caftan, la cinéaste marocaine Maryam Touzani aborde plusieurs sujets notamment l’homosexualité au Maroc, où les homosexuels vivent souvent cachés, dans la peur d’être découverts, et parfois dans la honte.