Parti pour porter plainte contre Sofia Taloni pour diffamation, il se retrouve poursuivi

9 mai 2020 - 17h30 - Maroc - Ecrit par : S.A

Parti pour porter plainte à la police contre Sofia Taloni, une femme transgenre, véritable star sur la toile, pour diffamation, Abdelatif, jeune étudiant en art dramatique, se retrouve poursuivi pour violation de l’état d’urgence sanitaire et outrage à agent de la force publique durant l’exercice de ses fonctions. Son procès s’ouvrira mardi 12 mai au tribunal de première instance de Sidi Kacem.

Tout est parti de la participation du jeune étudiant à un live avec l’influenceuse Sofia Taloni, début avril. Ce live s’est mué après en une dangereuse et pernicieuse campagne d’outing sur les réseaux sociaux. "Ce n’est pas la question de la communauté LGBT qui m’a poussé à prendre part à ce live. Je l’ai fait parce que Sofia Taloni a commencé à insulter ma ville natale, Sidi Kacem, et je tenais à réagir. Au cours du live, évidemment, elle a essayé de me dénigrer, car j’ai les cheveux bouclés… je n’y ai pas prêté plus attention que ça", raconte Abdelatif à TelQuel.

Un extrait du live sera repris sur YouTube et Facebook. "Si certains ont salué le fait que j’aie défendu la ville de Sidi Kacem, une page Facebook n’a pas lésiné sur les insultes à mon encontre. J’ai gentiment écrit à la page pour qu’ils suppriment leur post, pas de réponse. J’ai alors contacté un des administrateurs, et je me suis heurté à un refus et des insultes", poursuit-il.

Mardi 8 avril, il se rend au poste de police de la ville de Sidi Kacem. "Dès que je suis rentré dans le commissariat, une dame m’a dirigé vers un policier. Ce dernier m’a regardé de travers, car j’ai les cheveux en bataille, un piercing et un khelkhal (bracelet, NDLR). Il m’a dit : ‘Nous ne travaillons pas !’. J’ai insisté en expliquant que j’étais en danger et que seule la police pouvait rétablir cette injustice. C’est là qu’il m’a interrompu pour me demander si j’avais mon autorisation de sortie", relate Abdelatif.

"J’en avais évidemment une, sauf qu’elle n’était pas dûment remplie. Il a alors dit que ce n’était pas mon autorisation, puis il a commencé à écrire sur son ordinateur. Je croyais qu’il rédigeait ma plainte, mais en fait, non !", poursuit-il. Les choses s’accélèrent. Le jeune étudiant a été placé en garde à vue pour violation de l’état d’urgence et outrage à agent. Après une admission à deux reprises dans un hôpital en 48 heures de garde à vue, le procureur du roi a décidé de le poursuivre.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Procès - Sidi Kacem - Garde à vue - Plainte

Aller plus loin

Les excuses de Sofia Taloni

L’influenceuse transsexuelle marocaine résidant en Turquie, Sofia Taloni, qui s’est lancée dans une campagne de dénigrement contre la communauté LGBT au Maroc, s’est confondue...

Maroc : il va porter plainte pour homophobie et se retrouve en prison

La condamnation à 4 mois de prison de l’artiste Abdelatif Nhaila fait polémique, surtout au sein des groupes de défense des libertés individuelles. En allant porter plainte pour...

Maroc : la police enquête après les menaces visant la communauté homosexuelle

Des données privées visant la communauté LGBT (lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres), ont fuité et font polémique dans le royaume. La police, qui s’est auto-saisie du...

Détention prolongée pour la Youtubeuse Fatiha et son mari, leurs enfants placés

Le tribunal de première instance de Témara a décidé de reporter au 19 octobre prochain le procès de la youtubeuse Fatiha et son mari, poursuivis pour attentat à la pudeur. Il a...

Ces articles devraient vous intéresser :