Une Marocaine en fauteuil roulant jetée par des policiers espagnols (vidéo)

31 décembre 2015 - 15h15 - Espagne - Ecrit par : Bladi.net

C’est une guerre de communiqués que se livrent des ONG marocaines et la police de Melilla. Une vidéo publiée mardi par le journal local Melilla Hoy montre une policière jeter une femme marocaine du côté marocain de la frontière alors qu’elle se trouvait dans un fauteuil roulant.

Pour une ONG marocaine, la Marocaine malade a été jetée alors qu’elle tentait d’entrer à Melilla pour se faire soigner dans un centre de santé.

Du côté de la Direction de la police de Melilla, la version est toute autre. La Marocaine n’avait pas de papiers d’identité l’autorisant à entrer dans l’enclave. Pire encore, elle a « feint d’être inconsciente comme cela se voit parfaitement sur la vidéo ». De plus, sa façon de tomber n’est pas « naturelle » et n’a pas laissé tomber le téléphone qui était entre ses mains.

Les commentaires sont très partagés sur cette séquence. Mis à part les extrémistes des deux bords, les uns estiment que la police ne devait pas agir de la sorte surtout que c’est une femme qui plus est malade. D’autres pensent que la police espagnole est parfois tellement débordée qu’elle finit pas réagir de cette façon.

D’autres encore ne comprennent pas le comportement du policier marocain qui assiste passivement à la scène sans dire un mot.

Sujets associés : Melilla - Santé - Vidéos

Ces articles devraient vous intéresser :

La députée Zineb Simou victime d’une intoxication alimentaire

Zineb Simou, députée du Rassemblement national des indépendants (RNI) a été victime d’une intoxication alimentaire, après avoir mangé dans un petit restaurant à Ksar El Kébir.

L’état de santé de la chanteuse Khadija El Bidaouia s’aggrave

Nawal, la fille de la chanteuse Khadija El Bidaouia a annoncé qu’en raison de la propagation du cancer du poumon dont souffre sa mère, les médecins ont décidé d’arrêter la chimiothérapie.

Le Maroc face à la menace de la « Poufa », la cocaïne des démunis

Le Maroc renforce sa lutte contre la « Poufa », une nouvelle drogue bon marché, connue sous le nom de cocaïne des pauvres », qui a non seulement des répercussions sociales, notamment la séparation des familles et une augmentation des suicides et des...

Maroc-Israël : deux ans de relations fructueuses, selon Alona Fisher-Kamm

Mardi a été célébré le deuxième anniversaire de la reprise des relations entre le Maroc et Israël. Une occasion pour Alona Fisher-Kamm, cheffe par intérim du bureau de liaison de Tel-Aviv à Rabat, de faire le bilan de ce rapprochement.

Les biscuits “Gerblé” avec de la drogue ne sont pas commercialisés au Maroc

L’Office National de Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires (ONSSA) affirme que les lots de biscuits de la marque française “Gerblé”, contaminés par la drogue “burundanga”, ne sont pas entrés ni vendus sur le marché marocain.

Maroc : les taxes sur les cigarettes électroniques passent à 40%

Les droits d’importation des cigarettes électroniques devraient passer de 2,5 à 40 % dès l’année prochaine. La mesure est très mal accueillie par les commerçants.

Au Maroc, l’été rime avec piqûres de scorpion

La recrudescence des piqûres de scorpion dans certaines régions du Maroc, en cette période de canicule et de saison estivale, inquiète. Les spécialistes appellent les citoyens à prendre les précautions pour prévenir ces piqûres mortelles.

Variole du singe : mise à jour du plan de riposte au Maroc

Le ministère de la Santé et de la protection sociale a annoncé avoir procédé, une nouvelle fois, à la mise à jour de son plan de riposte contre la variole du singe.

Près d’un tiers des Marocains ont connu une dépression

Le ministère de la Santé initie un projet dont la mise en œuvre permettra de répondre aux besoins des 48,9 % des Marocains âgés de plus de 15 ans qui connaissent, ou ont déjà connu, des signes de troubles mentaux et psychiques.

La fête de l’Aïd Al-Adha fait craindre le pire

À quelques jours de la célébration de l’Aïd Al-Adha, le Maroc enregistre de plus en plus de décès liés au Covid-19. Les Marocains craignent que la situation épidémiologique ne s’aggrave avec la célébration dimanche, la fête du sacrifice.