Mille mois : chronique terrifiante de la vie sous Hassan II

1er octobre 2003 - 10h47 - Culture - Ecrit par :

Présenté au Festival de Cannes, section Un certain regard, où il s’est vu décerner le prix Premier regard, Mille Mois est le premier long-métrage de Faouzi Bensaïdi, qui a notamment coécrit avec André Téchiné son Loin tangérois. Se déroulant dans un village marocain en 1981, pendant le ramadan, c’est une chronique vue à travers les yeux d’un enfant, Mehdi, à qui l’on a fait croire que son père était parti travailler en France et qui a en fait été jeté en prison pour ses convictions communistes. Sa mère et lui s’installent chez Ahmed, le grand-père.

Mille Mois n’a rien d’un film de débutant, il est même presque terrifiant de maîtrise, une manière distanciée de narrer les petits faits du quotidien qui rappelle Un temps pour vivre, un temps pour mourir de Hou Hsiao-hsien. Le regard que porte le cinéaste sur cette société provinciale dont il est issu, aux mentalités étriquées, soumise à la corruption du caïd local, laisse peu de place à la tendresse. Le règne de l’hypocrisie, de la surveillance communautaire, la terreur qu’inspire la religion sont décrits avec une patience et une pertinence rares. La scène où le maître d’école demande à Mehdi, son chouchou, de corriger des cancres à coups de bâton dans la cour est le genre de poussée de bêtise et de violence que le film jette en pâture au spectateur. Par surprise, entre deux plans placides tournés vers la beauté virgilienne de l’Atlas marocain.

Mille Mois n’est pas le genre de film que les caciques du royaume rêvent d’exporter pour pérenniser l’image d’un pays que les récents attentats islamistes ont sévèrement écorné. L’action se déroule sous le règne de Hassan II, et la façon dont sont traités les parents des prisonniers, et dont une jeune fille un peu trop émancipée disparaît subitement, prétendument dans un accident, punie par Allah, évoque les riches heures d’une dictature trop longtemps recouvertes d’un joli vernis touristique.

Mille Mois
de Faouzi Bensaïdi
avec Fouad Labied, Nezha Rahile, Mohamed Majd... 2 h 04.
Aujourd’hui en salle

Source : Libération

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Festival - Cannes - Faouzi Bensaïdi

Ces articles devraient vous intéresser :

Les 10 ans du Marrakech du Rire en rediffusion sur W9

W9 passe en mode rediffusion ce jeudi à partir de 21h15, les 10 ans du Marrakech du Rire. Un programme de divertissement qui a le don de faire grimper l’audience des chaines de télévision.

Riyad : Les disputes entre chanteurs marocains gâchent la soirée

Petite guéguerre entre artistes marocains lors du Festival de Riyad, le plus grand festival de musique du Moyen-Orient. Alors que certains n’ont pas apprécié l’ordre de passage sur scène établi par les organisateurs, d’autres ont passé plus de temps...

Violences au L’Boulevard : voici les explications du comité d’organisation

Au lendemain des actes de violence et de vandalisme survenus lors du festival L’Boulevard, le comité d’organisation a réagi, expliquant les causes de ce débordement. De nouvelles mesures sécuritaires ont été dévoilées.

Dominique Strauss-Khan et son épouse radieux à Marrakech

Habitué du festival international du film de Marrakech, l’ancien directeur général du FMI Dominique Strauss-Khan accompagné de son épouse Myriam L’Aouffir, a marqué de sa présence la cérémonie d’ouverture de la 19ᵉ édition. Le couple a affiché un...

Le Marrakech du Rire n’aura pas lieu cette année, voici pourquoi

Après un 10ᵉ anniversaire époustouflant, le Marrakech du rire fait une nouvelle pause. Jamel Debbouze et sa bande ne seront pas au rendez-vous cette année, selon le communiqué des organisateurs.