Mohammed Mechbal, spécialiste de l’ethnic food, reçoit le prix Diwan

12 décembre 2012 - 15h15 - Belgique - Ecrit par : J.L

Mohammed Mechbal, belgo-marocain et numéro deux européen de l’ethnic food, vient de recevoir le prix spécial jury aux Diwan Awards, en reconnaissance à son soutien aux initiatives sociales lancées par des associations belgo-marocaines, rapporte Le Soir.

Le self-made-man d’origine marocaine a également été distingué pour le succès de son entreprise, qu’il a lancé à la fin des années 80 à Bruxelles. Aujourd’hui Mia Trading International réalise un chiffre d’affaires annuel de 16 millions d’euros et emploie 23 personnes.

Pour expliquer son succès en évitant les clichés, Mohamed Mechbal ne mâche pas ses mots : "Nous avons la même nourriture que les Méditerranéens, ce sont des produits que tout le monde consomme. Je suis sûr que tu aimes bien les pistaches, les dattes les olives ou le couscous, non ? Et l’avantage, c’est que ce sont des produits bon marché, c’est important en cette période de crise. Il y a une différence entre l’ethnique, le halal et le kascher. Les lentilles, les épices, les fruits secs, les olives, c’est halal par essence, il n’y a pas de traitement intermédiaire. Le débat ne concerne que les produits dans lesquels il y a de la graisse animale. Mais on en a fait une étiquette, une niche de marketing. Bientôt, on verra du whisky halal… Je suis contre ces ghettos. Mes lentilles, elles doivent être dans les rayons avec les autres lentilles".

Les Diwan Awards, qui valorisent des talents issus de la communauté belgo-marocaine, ont déjà récompensé de nombreux talents d’origine marocaine. Parmi eux on retrouve :

• Rachida Aziz, créatrice de la marque Azira
• Sanae Jah, championne de boxe Thaï
• Loufti Belghmidi, journaliste et réalisateur du documentaire "Trek slama Si Mohamed"
• Taoufik Amzile, cadre d’une multinationale et fondateur de l’Association Belge des Professionnels Musulmans

Sujets associés : Belgique - Distinction - Alimentation - Halal - Mohammed Mechbal

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : l’huile d’olive devient un luxe

Au Maroc, le prix de l’huile d’olive augmente fortement. En cause, la sécheresse et les vagues de grande chaleur qui ont touché la production de ce petit fruit indispensable aux saveurs des mets des Marocains.

« Ain Ifrane » vendue

La société Mutandis vient de conclure un contrat de cession avec la Société des Boissons du Maroc (SBM), en vue de l’acquisition de « Ain Ifrane ». Montant de la transaction : 380 millions de dirhams.

Maroc : une flambée inquiétante du prix de la volaille et des oeufs

Au Maroc, les prix de la volaille et des œufs s’envolent au grand dam des consommateurs. Quelles en sont les causes ?

Maroc : des marchés de gros pour combattre la spéculation

Le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, a annoncé la création de douze nouveaux marchés régionaux de gros, équipés d’installations modernes pour combattre la spéculation alimentaire exacerbant l’inflation. Cette démarche, a-t-il dit, s’inscrit...

Pénurie de lait : les éleveurs marocains lancent un cri de détresse

Touchés de plein fouet par la sécheresse->95421 et surtout l’augmentation du coût de l’élevage, les éleveurs réclament une aide urgente à l’État, en vue de faire face à la pénurie de lait que connait le royaume.

Maroc : les prix des fruits et légumes atteignent des sommets

Au Maroc, les prix des fruits et légumes continuent d’augmenter et de peser sur le budget mensuel des Marocains en raison notamment des exportations.

Maroc : pas de substances toxiques dans la viande rouge

Les informations faisant état de la présence de substances toxiques dans les viandes rouges proposées sur les marchés dans plusieurs villes marocaines sont fausses.

Interdiction d’abattage des vaches laitières : le gouvernement s’explique

Face à une polémique qui enfle, le gouvernement a apporté des clarifications concernant la décision d’interdiction d’abattre les vaches laitières.

Les Marocains paieront plus cher certains produits

En raison d’une décompensation annoncée, les prix de certains produits de grande consommation comme le gaz, la farine et le sucre reviendront plus cher aux consommateurs marocains.

Maroc : une croissance paradoxale entre exportations et importations d’avocats

Alors que le Maroc produit de plus en plus d’avocat, devenant l’un des principaux fournisseurs en Europe, la part des importations continuent de croître.