Recherche

Décès d’Imane Fadil : Souad Sbai accuse l’ambassadeur du Maroc

© Copyright : DR

3 avril 2019 - 14h30 - Société

Dans une émission télévisée italienne, Souad Sbai, journaliste et ancienne députée italienne, revient à la charge. Elle accuse publiquement l’ambassadeur du Maroc en Italie, Hassan Abouyoub, d’être impliqué dans le décès dans des circonstances étranges d’Imane Fadil, ex-mannequin marocain et l’un des principaux témoins dans l’affaire du Rubygate contre Silvio Berlusconi.

Souad Sbai pointe du doigt le silence, pour elle parlant et même en disant long, de Hassan Abouyoub en affirmant sur la chaîne italienne La7, et plus précisément dans l’émission « Non è l’Arena » : « Trente jours après la mort d’Imane Fadil, le silence de l’ambassadeur est anormal. Pourquoi, alors qu’il sait qu’un citoyen de son pays est mort, il ne décroche pas son téléphone ? Je ne comprends pas ». C’était ce 31 mars.

Cette dernière d’ailleurs indique qu’elle n’accuse ni l’ambassade du Maroc en Italie, ni les services secrets marocains : « Je n’ai pas parlé de l’ambassade du Maroc mais de l’ambassadeur. Il connaissait tant de jeunes femmes ». En outre, elle a déclaré : « Je n’ai jamais fait de déclarations sur les services secrets marocains et au sujet de la mort d’Imane Fadil j’ai simplement demandé au désormais ex-ambassadeur de s’engager pour la vérité et la justice ».

Souad Sbai établit également un parallèle entre l’empoisonnement présumé de Fadil et un empoisonnement dont elle a réchappé il y a dix ans, après avoir mangé une bouchée de couscous lors de festivités au Centre culturel Averroè à Rome. Elle en est présidente. Elle avait en ce temps soupçonné des intégristes islamistes.

Rappellons qu’une plainte contre Souad Sbai a été déposée ce 18 mars par l’ambassade du Maroc en Italie concernant les « accusations graves contre le Royaume du Maroc et ses institutions, notamment diplomatiques, dans le cas de la mort d’Imane Fadil ». Elle avait, la veille même, été interviewée par le quotidien italien La Repubblica. Elle avait alors invité à chercher les coupables d’un côté bien précis en disant : « Je sais que, comme tant d’autres belles filles, elle a beaucoup fréquenté notre ambassade. C’est là, autour de la haute diplomatie, qu’ils doivent aller chercher », ajoutant également qu’Imane Fadil « savait beaucoup de choses ».

Bladi.net

Bladi.net - 2019 - Archives - A Propos - Contact