Les raisons de la participation du Maroc au sommet arabe sur l’Iran

27 mars 2022 - 22h20 - Maroc - Ecrit par : S.A

Nasser Bourita, ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger participe au sommet du Néguev consacré aux défis régionaux et à la menace iranienne qui pèse sur la région. Pourquoi une telle participation  ?

L’ouverture du Sommet historique du Néguev a été effective ce dimanche 27 mars 2022. Les ministres des Affaires étrangères israélien, émirati, bahreïni, marocain et égyptien et américain participent à cette rencontre d’envergure. Au menu des débats : les défis régionaux et la menace iranienne qui pèse sur la région. Quid des raisons de la participation du Maroc à ce sommet  ?

À lire : L’Iran répond aux accusations du Maroc

Depuis le 1ᵉʳ mai 2018, le royaume a rompu ses relations avec l’Iran, fermé l’ambassade du pays à Rabat et expulsé l’ambassadeur iranien à cause du Sahara. Alors que le Maroc propose un plan marocain d’autonomie pour le Sahara – plan soutenu par bon nombre de pays-, Téhéran s’aligne derrière le Polisario, protégé de l’Algérie, qui réclame un référendum d’autodétermination sous l’égide de l’ONU. À l’époque, Nasser Bourita a justifié la rupture des relations diplomatiques par le fait que le Hezbollah pro-iranien fournissait des armes au Front Polisario via l’ambassade en Algérie et entraînait ses miliciens.

À lire : Le soutien militaire de l’Iran au Polisario confirmé

Des informations confirmées par la Ligue arabe, qui, dans un communiqué, a évoqué « l’armement par l’Iran d’éléments séparatistes qui menacent la sécurité et la stabilité du Maroc ». « Ces pratiques dangereuses et inadmissibles constituent un prolongement des agissements du régime iranien visant à ébranler la sécurité et la stabilité régionales  », ajoutait la même source.

À lire : Sahara : l’Iran se pose en défenseur du Polisario

Entre Rabat et Téhéran, les relations n’ont jamais été simples. En 1979, après la révolution islamique, elles se sont détériorées. Le roi Hassan II avait condamné les chefs religieux qui ont pris le pouvoir en Iran et même contraint le shah Reza Pahlavi en exil. Dans les années 1980, les relations entre les deux pays se sont considérablement détériorées lorsque Téhéran a reconnu le référendum d’autodétermination voulu par le Front Polisario. Cette rupture a duré jusqu’en 2014.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Iran - Nasser Bourita

Aller plus loin

Que reproche l’Iran au Maroc ?

Le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères a vivement critiqué 3 pays membres du mouvement des non-alignés, pour avoir empêché la tenue de leur congrès visant...

« Hassan II était magnifique. Mohammed VI est adorable. » (vidéo)

Farah Diba Pahlavi, ancienne impératrice d’Iran, salue la magnanimité du roi Mohammed VI et de son père Hassan II dont elle garde de bons souvenirs.

Le Maroc et l’Iran dans une concurrence religieuse en Afrique de l’Ouest

Alors que l’Iran cherche, semble-t-il, à tout prix à propager le chiisme en Afrique de l’Ouest, il voit un obstacle majeur se dresser sur son chemin : le Maroc. Ce dernier tend...

Sahara : l’Iran se pose en défenseur du Polisario

L’Iran donne la preuve qu’il avait comploté en catimini à Alger il y a trois ans contre le Maroc. C’est ce qui convient de déduire des récentes déclarations d’un diplomate...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le Maroc compte sur ses consulats pour protéger les enfants de MRE

Des actions seront mises en place pour contrer les problèmes liés au retrait de la garde des enfants des ressortissants marocains par les services sociaux de divers pays européens, a promis le ministre marocain des Affaires étrangères, de la...

Agression de MRE en Europe : le parlement marocain interpellé

Un parlementaire du parti de l’Istiqlal vient d’appeler Nasser Bourita, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération africaine, à agir pour combattre les attaques racistes répétées ciblant les Marocains résidant à l’étranger (MRE).

La justice espagnole sépare une famille marocaine : Nasser Bourita réagit

Suite à la décision de la justice espagnole de retirer la garde des enfants à une famille marocaine établie dans le nord du pays, le ministère des Affaires étrangères a tenu à commenter cette décision et fournir quelques détails.

Le nouveau modèle dédié aux MRE bientôt une réalité

Le processus pour la réalisation d’un nouveau modèle dédié aux Marocains de l’étranger se poursuit. Mardi, les différents comités thématiques ont déposé leurs premières propositions lors d’une rencontre tenue à Rabat et présidée par le ministre des...

Antonio Guterres reçu par le roi Mohammed VI

Le Secrétaire Général des Nations Unies, Antonio Guterres, a été reçu mercredi en audience par le roi Mohammed VI, annonce le cabinet royal dans un communiqué.

Les Marocains du monde, au cœur d’une importante réunion à Rabat

Le Premier ministre marocain, Aziz Akhannouch, a présidé la dixième réunion de la Commission ministérielle dédiée aux Marocains résidant à l’étranger (MRE)à Rabat hier, jeudi. Dans le cadre de cette réunion, il a mis en avant l’engagement du...

Le Maroc et le Cambodge veulent organiser un forum d’affaires

En marge de la visite de Prak Sokhonn, vice-premier ministre et ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération internationale du royaume du Cambodge au Maroc, il a été décidé de l’organisation d’un forum d’affaires.

Consulats à l’étranger : le Maroc passe de la location à l’achat

Afin de rationaliser les dépenses et atténuer les coûts élevés des locations à l’étranger, le ministère marocain des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger a mis en place un plan stratégique.

Le Maroc mise sur ses compétences à l’étranger

Le Maroc veut impliquer davantage ses compétences à l’étranger à son processus de développement. Dans ce sens, un mécanisme est en cours d’élaboration pour accompagner les talents marocains à l’étranger, conformément aux orientations royales.