Affaire Ben Barka : Patrick Ramaël refuse de répondre à la demande d’Interpol

10 octobre 2009 - 16h00 - France - Ecrit par : L.A

Patrick Ramaël, le juge en charge de l’affaire Ben Barka, a refusé de donner plus de précisions à Interpol à propos des quatre mandats d’arrêt émis le 18 septembre à l’encontre de quatre Marocains.

Le juge "estime inutile et hypocrite de fournir de plus amples éléments afin de permettre d’apprécier s’il s’agit d’une affaire mettant en cause des responsabilités étatiques". Pour lui Interpol "revendique le blocage des diffusions sollicitées selon des procédures qui tiennent compte des intérêts politiques et diplomatiques".

Ces mandats, mis en suspend seulement 24 heures après leur émission, visent le général Hosni Benslimane, chef de la gendarmerie royale marocaine, le général Abdelhak Kadiri, ancien patron de la Direction générale des Études et de la Documentation (DGED, renseignements militaires), Abdelhak Achaachi, membre des services secrets marocains et Miloud Tounsi présent lors de l’enlèvement.

Mehdi Ben Barka, opposant au régime marocain dans les années 60, a disparu le 29 octobre 1965 à Paris. Enlevé devant la brasserie Lipp, le corps de Ben Barka n’a jamais été retrouvé.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : France - Mehdi Ben Barka - Hosni Benslimane - Interpol - Gendarmerie Royale - Direction Générale des Études et de la Documentation (DGED)

Ces articles devraient vous intéresser :

Des soucis avec les bagages à l’aéroport Mohammed V de Casablanca

L’aéroport Mohammed V de Casablanca, en collaboration avec la Royal Air Maroc (RAM) et l’Office national des aéroports (ONDA), vient de créer une équipe spéciale pour améliorer la gestion des bagages en correspondance.

Des nouvelles caméras-piétons pour les gendarmes marocains

La Gendarmerie Royale a reçu dernièrement des nouvelles caméras-piétons. Ces dispositifs doivent protéger les gendarmes lors de leur intervention mais aussi servir de preuve en cas de contestation de l’infraction.

Bientôt une centaine de radars mobiles déployés au Maroc

120 nouveaux radars seront bientôt déployés dans plusieurs villes marocaines, pour renforcer la sécurité routière. Ces équipements ont été remis mardi, à la Gendarmerie Royale et à la Direction Générale de la Sûreté Nationale (DGSN) (Police).

Interpol : les 11 Marocains les plus recherchés de la planète

Onze Marocains sont actuellement recherchés par l’organisation de la police internationale : Interpol. Ces individus, sous le coup de mandats internationaux, sont accusés de crimes et délits graves.

Maroc : les auteurs d’infractions routières plus durement sanctionnés

Au Maroc, certaines infractions routières seront plus sévèrement punies. Tel est le vœu de la Gendarmerie royale qui mise sur la correction de certaines lacunes judiciaires.