Recherche

Face à la pression du Maroc, le gouvernement de Ceuta appelle à l’aide

© Copyright : DR

19 janvier 2020 - 21h20 - Monde

A Ceuta (Sebta), le gouvernement est aux abois. Au cours du conseil des gouverneurs tenu vendredi, l’état « d’extrême gravité » de la ville causé par l’étouffement provoqué par le Maroc, a été évalué. Juan Vivas a appelé expressément le gouvernement central espagnol à l’aide, pour faire face à la situation, à travers une action « déterminée, énergique et immédiate ».

La situation qui prévaut à Ceuta est alarmante. Pour l’Exécutif local, il s’agit d’une question « d’urgence » et Ceuta est à un « point de non-retour ». Selon le gouvernement local, le Maroc étouffe Ceuta. La situation « d’extrême gravité » que la ville connaît depuis « quatre mois » a été au centre des préoccupations, vendredi, lors de la réunion du Conseil des gouverneurs, indique El Foro de Ceuta.

Dénonçant « une véritable tentative du Maroc d’étouffer le commerce local, alors qu’il y a une augmentation de l’immigration irrégulière des citoyens marocains, des adultes et des mineurs », l’exécutif de Juan Vivas qui dit subir un « abandon » de l’État central, a sollicité de ce dernier, « une action déterminée, énergique et immédiate pour défendre la souveraineté et l’identité de Ceuta ».

« Aujourd’hui, nous savons que le ministère des Affaires étrangères du Maroc a envoyé une circulaire à ses hauts fonctionnaires, interdisant l’entrée à Ceuta ». Ils ont fermé Tarajal et revendiqué les eaux territoriales des îles Canaries, Ceuta et Melilla, a affirmé le porte-parole du gouvernement local, Carlos Rontomé, ajoutant qu’il s’agit là, d’une attitude claire « d’agression directe, d’asphyxie économique ». Selon lui, il s’agit d’une « question d’État », puisque chaque année, le Maroc déclare que « Ceuta et Melilla sont des villes occupées par l’Espagne ».

Par ailleurs, « L’Espagne supprime les fils barbelés, mais l’UE, à la demande de notre pays, les finance au Maroc, en échange du contrôle de la migration des subsahariens. Mais le problème que nous avons à Ceuta, ce sont les Marocains », a regretté le porte-parole. Cependant, à l’en croire, « il n’y a aucun contrôle à la frontière », car, fait-il observer, « nous avons une frontière démantelée par laquelle les majeurs et les mineurs entrent ».

Bladi.net

Bladi.net - 2020 - Archives - A Propos - Contact