Le Maroc veut mettre à genoux Sebta et Melilla

18 février 2020 - 17h00 - Espagne - Ecrit par : Bladi.net

Les tensions observées depuis quelque mois dans les deux enclaves (Ceuta et Melilla) se sont exacerbées au cours de cette semaine. La fermeture, par le Maroc, du portage dans les deux villes en est la raison principale.

Le portage n’existe plus à Ceuta. Cette décision n’a pas épargné les Marocains des régions proches. Dans un sens (marocain) comme dans l’autre (espagnol), même les produits de première nécessité sont interdits. Cette situation d’embargo engendre une pénurie et un renchérissement des prix, fait observer le site elespanol.com.

A Melilla, la situation est la même. Le portage n’existe plus. Ici, le blocus n’est pas encore définitif, par crainte de manifesations. De fait, le Maroc a plus peur de la réaction à Melilla qu’à Ceuta, en raison de la rébellion dans la région du Rif, écrit le journal. Pour cela, le royaume ne peut ordonner aux autorités de fermer la frontière, comme c’est le cas à Ceuta. 

Tout ceci contrarie les efforts consentis par le Maroc. Le royaume s’est engagé dans le développement et le commerce dans le nord de la Méditerranée. Aux nouveaux grands ports Tanger Med et Beni Ensar (Nador), se sont joints les aéroports récents de Cherif Al Idrissi à Alhoceima et Al Aroui à Nador.

Au nombre des raisons de la pression du Maroc sur Ceuta et Melilla, il y a la situation en Catalogne en Espagne, que le Maroc voit comme une opportunité. Ensuite, le pays est désormais autosuffisant avec les réalisations d’infrastructures consenties dans la zone frontalière avec l’Espagne. Puis, le royaume chérifien tient à fragiliser Podemos, le partenaire de la coalition du premier ministre espagnol, Sánchez, qui défend la cause sahraouie et les manifestations sociales dans le Rif. Il y a aussi que le cas du parti d’extrême droite Vox, qui appelle de tous ses voeux à faire pression sur le royaume. Enfin, le Maroc veut maximiser ses très bonnes relations avec Washington et Londres, au détriment de l’Espagne, écrit le journal.

À noter que la frontière commerciale de Melilla est fermée depuis le 1ᵉʳ août 2018, et que le royaume du Maroc n’a jamais reconnu la souveraineté espagnole sur Ceuta (Sebta) et Melilla, qu’il considère comme deux "villes occupées".

Sujets associés : Ceuta (Sebta) - Melilla

Dossiers :

Ceuta (Sebta)

La justice espagnole suspend l’expulsion de certains mineurs vers le Maroc

Un tribunal espagnol a suspendu lundi, le rapatriement vers le Maroc d’un groupe de mineurs arrivés dans l’enclave espagnole de Ceuta, lors de la vague migratoire enregistrée en mai dernier. La justice accède ainsi à la requête de deux ONG qui ont...

Pas de libération pour les manifestants de Fnideq interpellés

L’examen du dossier des quatre personnes arrêtées dans le cadre des manifestations contre la dégradation de la situation économique au Maroc, a été repoussé au 16 février par le tribunal de première instance de Tétouan. La cour a également rejeté les...

Le Maroc menace de fermer définitivement ses frontières avec Ceuta

Le gouvernement de Pedro Sánchez a annoncé qu’il « envisage sérieusement » d’intégrer les villes autonomes de Ceuta et Melilla dans l’espace Schengen. Le Maroc, de son côté, avertit que le cas échéant, il fermerait définitivement le passage frontalier...

Retour des mineurs au Maroc : le ministère de l’Intérieur espagnol se défend

Le ministère de l’Intérieur a indiqué à la justice qu’il a demandé de respecter les dispositions contenues à l’article 5 de l’accord de 2007 conclu entre l’Espagne et le Maroc, « relatif à la coopération dans le domaine de la prévention de...

Le Maroc attend le bon moment pour « récupérer Sebta et Melilla »

Après avoir réussi à obtenir de l’Espagne son soutien au plan d’autonomie du Sahara, le Maroc aurait prévu de laisser passer le temps avant de lancer une offensive pour récupérer Ceuta et Melilla.

Melilla

Fermeture Sebta/Melilla : les recettes douanières marocaines explosent

La fermeture des frontières de Sebta et Melilla a fait exploser les recettes douanières marocaines. Preuve en est que la contrebande mettait vraiment à mal l’économie marocaine.

Sebta et Melilla veulent attirer les sociétés de jeux de paris

Après plusieurs années de fermeture des frontières avec le Maroc, et vu l’incertitude quant à l’ouverture des douanes, les villes de Sebta et Melilla veulent booster leurs économies en créant les conditions pour attirer les sociétés de jeux.

La présence de chars à Melilla inquiète le Maroc

Des chars de combat de l’armée espagnole ont parcouru les rues de la ville de Melilla mardi dernier. La manœuvre n’est pas passée inaperçue du côté marocain.

Le port de Motril relié à Tanger

Le port de Motril reprend ce mois-ci deux liaisons et lance une nouvelle ligne de fret avec le Maroc, après un an de suspension pour raison de crise sanitaire. Il s’agit de la liaison avec Melilla, qui reprend ce vendredi avec la compagnie maritime FRS...

L’OTAN refuse de protéger Sebta et Melilla en cas d’attaque du Maroc

L’Espagne n’a pas réussi à convaincre l’OTAN d’assurer la protection de Sebta et Melilla en cas d’attaque, encore moins de faire transiter les navires de l’Alliance par les ports des villes autonomes pour y effectuer des escales techniques ou des...