Début du procès de 4 médecins ayant mis la vie d’une fille de 6 ans en danger

17 janvier 2020 - 18h00 - Maroc - Ecrit par : K.B

L’affaire remonte au mois d’octobre dernier, quand une fillette de 6 ans avait frôlé la mort, en faisant l’objet d’un diagnostic différentiel faussement établi par les médecins d’une clinique privée à Tétouan.

Refusant de lui faire une échographie, malgré la détérioration de son état de santé, les médecins avaient indiqué, avec insistance, que l’enfant souffrait d’une lithiase biliaire.

Trois jours plus tard, le père a été contraint de la conduire à Rabat dans une clinique privée, après que son état a empiré. Le diagnostic est tombé comme un couperet : la petite fille souffrait d’une appendicite sur le point de provoquer une péritonite.

Les 4 mis en cause ont été traduits devant le Procureur général près le tribunal de première instance de Tétouan, mardi 14 janvier ; lequel a recueilli leurs déclarations par rapport aux chefs d’inculpation retenus contre eux, en attendant la délibération.

Sujets associés : Rabat - Tétouan - Enfant

Aller plus loin

Tétouan : une erreur médicale allait tourner au cauchemar

Une erreur médicale allait être fatale à une fillette de 10 ans, lors de son hospitalisation dans une clinique privée à Tétouan. Alors qu’elle souffrait d’une appendicite, les...

États-Unis : une Marocaine fait condamner un hôpital à 3,25 millions de dollars

Une Marocaine résidant aux États-Unis a gagné son procès pour erreur médicale après six années de lutte. Elle avait été victime d’une épisiotomie bâclée en janvier 2014.

Un homme crie à l’erreur médicale après la mort de sa femme (vidéo)

Une simple cholécystectomie, plus précisément une ablation de la vésicule biliaire, a tourné au drame dans une clinique privée à Settat. Une femme de 43 ans a perdu la vie,...

Des policiers agressés à Tanger

Les éléments de la police judiciaire de Béni Makada, à Tanger, ont arrêté très tôt ce mardi, un homme âgé de 30 ans, pour son implication dans une affaire de menace à la...

Ces articles devraient vous intéresser :

Une école musulmane fermée à Villeurbanne

La préfecture de Villeurbanne a procédé à la fermeture d’une école musulmane, accueillant d’ordinaire une centaine d’enfants en primaire. Les parents se voient contraints d’inscrire leurs enfants dans d’autres établissements.

Maroc : risque d’augmentation des mariages de mineures après le séisme

Le séisme survenu dans la province d’Al Haouz vendredi 8 septembre pourrait entrainer une multiplication des mariages de mineures, craignent les femmes sinistrées dormant désormais avec leurs filles sous des tentes dans des camps.

Maroc : les femmes divorcées réclament des droits

Au Maroc, les appels à la réforme du Code de la famille (Moudawana) continuent. Une association milite pour que la tutelle légale des enfants, qui actuellement revient de droit au père, soit également accordée aux femmes en cas de divorce.

Le harcèlement sexuel des mineures marocaines sur TikTok dénoncé

Lamya Ben Malek, une militante des droits de la femme, déplore le manque de réactivité des autorités et de la société civile marocaines face aux dénonciations de harcèlement sexuel par des mineures sur les réseaux sociaux.

Samira Saïd : la retraite ?

La chanteuse marocaine Samira Saïd, dans une récente déclaration, a fait des confidences sur sa vie privée et professionnelle, révélant ne pas avoir peur de vieillir et avoir pensé à prendre sa retraite.

Au Maroc, le mariage des mineures persiste malgré la loi

Le mariage des mineures prend des proportions alarmantes au Maroc. En 2021, 19 000 cas ont été enregistrés, contre 12 000 l’année précédente.

Nisrine Marabet, 14 ans, disparue en Belgique

Child Focus, l’organisation belge dédiée à la protection de l’enfance, a lancé un avis de recherche suite à la disparition inquiétante de Nisrine Marabet, une jeune fille de 14 ans. Nisrine a été vue pour la dernière fois le dimanche 30 avril à...

Le mariage des mineurs diminue au Maroc

Après une hausse en 2021, le nombre de mariage de mineurs a diminué l’année dernière. Cela représente certes une note positive, mais il y a encore du chemin à faire pour en finir avec cette pratique.

Alerte sur les erreurs d’enregistrement des nouveaux-nés au Maroc

L’Organisation marocaine des droits de l’homme (OMDH) a alerté le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, au sujet du non-enregistrement des nouveau-nés à leur lieu de naissance, l’invitant à trouver une solution définitive à ce problème.

Les Marocains de plus en plus obèses

Près de la moitié de la population marocaine (46 %) sera obèse d’ici 2035, selon les prévisions de la World Obesity Forum.