Trois mesures pour relancer l’économie marocaine

26 juillet 2020 - 21h30 - Economie - Ecrit par : Bladi.net

La relance économique et l’impératif de construire un « État social » s’imposent au royaume durement secoué par la crise sanitaire due à la pandémie du Covid-19, à l’instar de plusieurs pays du monde. Pour relever ces défis qui nécessitent d’importants moyens, l’économiste Yasser Tamsamani a identifié de nouveaux circuits de financement.

Dans une interview à La MAP, Yasser Tamsamani, énumère trois propositions susceptibles de financer réellement la relance et le développement économique au Maroc. Ces politiques, appuie ce docteur en économie de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, doivent émerger de «  circuits politiquement responsables et socialement acceptables de par leurs potentiels effets redistributifs et doivent aussi échapper aux lois du marché financier et en même temps permettre de discipliner (indirectement) le système bancaire en l’incitant à s’engager davantage dans le développement du pays  ».

Selon Yasser Tamsamani qui enseigne à la Faculté des sciences juridiques, économiques et sociales de l’Université Hassan II de Casablanca, « Outre les mesures que peut prendre le gouvernement à très court terme sans que cela ne demande une révision de fond en comble du cadre actuel de financement de l’économie, ces trois nouvelles pistes de financement des besoins de la société et de l’économie semblent être prometteuses ».

D’abord, l’universitaire propose à l’État de prendre en charge une partie du financement de l’économie en créant sa propre banque d’investissement pour, avance-t-il, «  financer des projets satisfaisants à un double critère de viabilité économique et d’utilité sociale  ». Étant donné que le financement de l’économie et de son développement relève de l’intérêt général, cette nouvelle banque publique d’investissement sera dédiée au financement de « l’investissement utile », appuie Tamsamani. Dans son fonctionnement, cette banque doit non seulement respecter les pratiques internationales de gouvernance en la matière et se doter notamment d’organes de contrôle et de conseil à la hauteur de sa mission, mais aussi se démarquer de la logique des banques commerciales qui se comportent comme des entreprises privées financiarisées en quête permanente d’une hausse des dividendes à remonter aux actionnaires.

En deuxième analyse, Yasser Tamsamani évoque l’impôt sur les successions et les transferts de propriété en vue de financer la cohésion sociale et institutionnaliser la solidarité. Cet impôt, souligne-t-il, permet de corriger aussi bien les inégalités des chances que celles des résultats et comprime l’appétit pour la captation de la rente.

Concernant la troisième proposition de l’universitaire, elle s’intéresse à l’émission de bons de trésor de long terme, pour un financement soutenable des services publics. Étant donné que les bienfaits liés aux dépenses d’éducation et de santé ne se font sentir qu’au bout d’une génération, il propose une mobilisation de l’épargne nationale (privée et institutionnelle) à un coût faible et dont le remboursement du capital sera programmé pour la fin de la période, une fois que ces dépenses auraient généré de la croissance et donc suffisamment de ressources pour leur remboursement.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Croissance économique - Politique économique - Coronavirus au Maroc (Covid-19)

Ces articles devraient vous intéresser :

Au Maroc, 20% des entreprises de transport touristique mettent la clé sous le paillasson

Les entreprises de transport touristique n’ont pas pu se refaire une bonne santé financière après la crise sanitaire liée au Covid-19 qui a touché de plein fouet le secteur. Conséquence : près de 20 % d’entre elles se voient contraintes de mettre la...

Mondial 2030 : le vrai décollage économique pour le Maroc ?

L’organisation de la coupe du monde 2030 par le Maroc, le Portugal et l’Espagne, aura certainement un impact significatif sur le Produit intérieur brut (PIB) du Maroc qui pourrait se situer entre 3 et 5 %, affirme Zaki Lahbabi, DG de Transatlas Sport...

Croissance économique en 2023 : le Maroc entre optimisme gouvernemental et les incertitudes du HCP

En 2023, le Maroc devra faire face à des défis économiques importants, selon le Haut commissariat au plan (HCP). Les experts de cette institution estiment que la croissance économique atteindra seulement 3,3% cette année, en deçà des prévisions du...

Le Maroc met fin à l’état d’urgence sanitaire

Le gouvernement marocain a décidé de mettre fin à l’état d’urgence sanitaire en vigueur depuis l’apparition des premiers cas de contamination au coronavirus.

Maroc : une croissance presque nulle en 2022

Le Fonds monétaire international (FMI) a revu à la baisse ses prévisions de croissance pour le Maroc. Cette année, elle ressort à 0,8 % et devrait passer à 3,6 % en 2023, puis rebondir à 3,4 en 2024.

Fitch Ratings note l’économie marocaine

Fitch Ratings, agence américaine de notation, a confirmé la note de défaut de l’émetteur à long terme du Maroc en devises étrangères (IDR) à ‘BB+’ avec perspectives stables.

Aziz Akhannouch confiné après avoir contracté le Covid-19

Le Chef du gouvernement,Aziz Akhannouch, a contracté le Covid-19, sous une forme asymptomatique, selon le porte-parole du gouvernement, Mustapha Baitas.

Le tourisme marocain connaît une embellie pendant les fêtes de fin d’année

Au Maroc, plusieurs établissements hôteliers ont fait le plein pendant les fêtes de fin d’année. Une embellie après deux ans difficiles de crise sanitaire liée au Covid-19.

Maroc : le HCP prévoit une croissance de 1,4 % au 4ᵉ trimestre 2022

Pour le 4ᵉ trimestre 2022, l’activité économique connaîtra une croissance de 1,4 %, selon les données publiées par le Haut commissariat au plan (HCP) dans sa note de conjoncture du troisième trimestre 2022.

Maroc : en difficulté, les hôtels subventionnés par l’Etat

L’État va octroyer une nouvelle subvention aux établissements d’hébergement hôtelier qui présentent des « cas exceptionnels », afin de mettre à niveau leurs infrastructures. Les détails de cette opération ont été publiés. Le dépôt des demandes jusqu’au...