Urbanisme : le Maroc se maintient au 13e rang africain

25 janvier 2020 - 21h00 - Maroc - Ecrit par : Bladi.net

Dans le processus d’urbanisation à l’échelle africaine, le Maroc se maintient à la 13ᵉ place. D’après les statistiques, un certain ralentissement est notable, en comparaison à plusieurs autres pays du continent.

La population urbaine en Afrique est en pleine croissance. D’après les dernières statistiques de la Banque mondiale, le Maroc se retrouve au 13ᵉ rang du continent, crédité d’un taux d’urbanisation de 62,5 % au titre de l’année 2018. Ces chiffres permettent au royaume de marquer une évolution de 0,6 point de pourcentage par rapport au précédent classement, rapporte Challenge.

En Afrique, selon l’institution internationale, le Maroc, bien qu’étant assez distancé dans ce classement, arrive tout de même à compenser quelque peu cet écart entre lui et les pays qui forment le peloton de tête, dont le taux d’urbanisation moyen se situe à 72,2 %. En réalité, souligne le rapport de la Banque mondiale, sur le plan du développement socio-économique, ces pays sont "assez hétéroclites". Par contre, ils affichent en commun, une "urbanisation galopante, parfois anarchique et n’ayant rien de vertueux ni socialement, ni d’un point de vue environnemental", précise le même rapport.

Parmi ces pays, on retrouve des Maghrébins de l’Est tels que la Libye, la Tunisie et l’Algérie, des pays francophones comme, le Djibouti, le Congo, la Guinée Équatoriale et le Gabon, des lusophones, à l’instar de l’Angola et du Cap Vert, ou encore des anglophones dont l’Afrique du Sud et le Botswana. En considérant le top 15 des pays africains les plus urbanisés, le Maroc qui pointe un taux d’urbanisation de 62,5 %, dépasse seulement deux États à savoir, la Gambie et les Seychelles qui pointent respectivement à 61 % et 57 %, indique Challenge.

Une remarque saute quand même aux yeux, d’après les statistiques de la Banque mondiale qui relèvent que le Maroc a connu un ralentissement de sa tendance d’urbanisation, sans doute à cause du ralentissement de l’exode rural, principal moteur de l’urbanisation jusqu’en 2000. Il s’agit plutôt là, affirme la même source, d’une "trêve" profitable aux autorités marocaines qui pourront "se rattraper à moindre coût".

Sujets associés : Banque mondiale

Ces articles devraient vous intéresser :

Croissance économique en 2023 : le Maroc entre optimisme gouvernemental et les incertitudes du HCP

En 2023, le Maroc devra faire face à des défis économiques importants, selon le Haut commissariat au plan (HCP). Les experts de cette institution estiment que la croissance économique atteindra seulement 3,3% cette année, en deçà des prévisions du...

La Banque mondiale accorde un prêt pour le Nord-Est du Maroc

Un accord de prêt d’un montant de 236,7 millions d’euros a été signé lundi par la ministre de l’Économie et des Finances, Nadia Fettah Alaoui et le Directeur du Département Maghreb et Malte au Bureau régional du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord...

Croissance économique du Maroc : voici les chiffres de la Banque mondiale

L’économie marocaine devrait croître de 2,5 % cette année avant d’enregistrer 3,3 % en 2024, selon les derniers chiffres publiés par la Banque mondiale. Ces chiffres sont principalement dus à la résilience du secteur du tourisme et de l’industrie...

Le FMI va accorder un important prêt au Maroc

Le Fonds monétaire international (FMI) s’apprête à débloquer, à partir du nouveau fonds fiduciaire pour la résilience et la durabilité, un énorme prêt au Maroc, afin de renforcer la résistance du pays aux catastrophes liées au climat.

L’économie marocaine dopée par les MRE

Le dernier rapport de la Banque mondiale sur les migrations et le développement indique que 20 % des transferts d’argent de la région MENA proviennent des Marocains résidant à l’étranger (MRE).

La Banque mondiale alerte sur le risque de « stress hydrique » et de sécheresse au Maroc

Le Maroc est menacé par le « stress hydrique », des déficits pluviométriques réguliers et la sécheresse, a alerté la Banque mondiale qui souligne que ces facteurs auront « à long terme » un impact « grave » sur l’économie du royaume.

La Banque Mondiale revoit à la baisse la croissance économique marocaine

De 7,9% en 2021,la croissance de l’économie marocaine devrait s’établir à 1,3% en 2022, selon les précisions données mercredi par l’économiste principal de la Banque Mondiale au Maroc, Javier Diaz Cassou.

Sécheresse : plus de 5% des Marocains menacés d’exode rural d’ici 2025

Plus de 5% de la population marocaine sont menacés par l’exode rural à l’horizon 2025 en raison la sécheresse sévère que traverse le pays, selon la Banque mondiale.

Les recommandations de la banque mondiale au Maroc

La banque mondiale a formulé quelques recommandations consignées dans son dernier rapport sur le climat et le développement (CCDR) du Maroc.

Investissement privé au Maroc : la banque mondiale sonne l’alarme

L’investissement privé est en chute libre au Maroc. C’est du moins ce que révèle la banque mondiale dans son nouveau rapport de suivi de l’économie marocaine.