Recherche

Vaccins de la grippe saisonnière : vers l’exclusion d’une majorité des Marocains

© Copyright : DR

31 octobre 2020 - 06h20 - Société

Une grande majorité de Marocains pourraient être exclus lors de la prochaine campagne nationale de vaccination contre la grippe saisonnière. Plusieurs facteurs sont à l’origine de cette situation en pleine épidémie du Covid-19.

Les Marocains devront débourser plus qu’en 2019 pour s’offrir ce luxe dès le 2 novembre prochain, rapporte Le 360. Le prix de la dose cédé en 2019 à 79 DH passe désormais à 125 DH. Pis, l’offre sera limitée cette année contrairement à l’année précédente. Pour les responsables de la Direction des médicaments et de la pharmacie (relevant du ministère de la Santé), la rencontre virtuelle tenue, ce mercredi avec les cadres du ministère de tutelle a été une déception. Selon les membres du syndicat, ils ont milité en vain pour associer gratuitement les pharmaciens dans l’acte de vaccination.

Le président de la CSPM, Mohammed Lahbabi a dénoncé la décision du ministère d’imposer l’achat des vaccins dans les pharmacies contre une ordonnance. À l’en croire, « cette mesure est de nature à servir davantage les intérêts des médecins, au détriment des patients ». Au dire de Mohammed Lahbabi, la campagne de vaccination sera difficilement accessible, cette année aux personnes démunies ne bénéficiant d’aucune forme de couverture médicale. Ces personnes devront désormais débourser près de 400 à 450 dirhams pour payer les frais du médecin, du vaccin et, enfin, de l’acte de vaccination.

L’autre inquiétude de la CSPM est liée à l’approvisionnement en nombre suffisant de doses de vaccins. Alors que le laboratoire Sanofi a annoncé une hausse annuelle de la production mondiale de 20%, les autorités marocaines comptent seulement se procurer de 300 000 doses contre 600 000 en 2019 malgré le contexte sanitaire très préoccupant du Royaume.

Mots clés: Santé , Coronavirus au Maroc (Covid-19) , Ministère de la Santé

Bladi.net

Bladi.net - 2020 - Archives - A Propos - Contact