Veolia futur transporteur urbain de Rabat ?

16 juin 2008 - 23h22 - Maroc - Ecrit par : L.A

Le groupe Veolia est le grand favori pour décrocher le contrat relatif à la gestion déléguée du transport urbain au niveau de l’agglomération de Rabat. Selon une source proche de l’autorité délégante, Veolia a présenté la meilleure offre en comparaison avec celles des deux autres candidats qui sont National Express (maison mère d’Alsa) et Keolis. Ce dernier vient en deuxième position.

Mais il faut attendre les résultats des négociations qui seront entamées incessamment entre Veolia et la ville sur les clauses du cahier des charges. La même source précise que « tous les efforts seront déployés pour boucler ce dossier avant le 20 juillet prochain ». Il faut rappeler que l’ouverture des plis des offres remonte à juillet 2007.

« On a pris le temps suffisant pour traiter ce dossier qui revêt une grande importance pour l’avenir de la capitale », souligne un responsable de la wilaya. Il a fallu donc presque une année pour analyser les offres ainsi que leur mise au point afin d’aboutir à des solutions concernant un certain nombre d’éléments essentiels. A commencer par la qualité du matériel roulant, est-il ajouté. Les candidats ont été favorables à des véhicules déjà utilisés à l’instar de plusieurs villes du Royaume. Cette approche a été partagée par un certain nombre d’élus avec comme argument de ne pas se retrouver avec des tarifs élevés. « C’est le wali de Rabat qui a usé de tout son poids pour imposer des bus neufs avec des planchers bas selon les normes internationales », révèle un membre de l’autorité délégante.

La wilaya a exigé également des opérateurs en lice l’aménagement des stations d’arrêts. Alors que la ville a pris en charge la mise en place des couloirs réservés aux bus dont le coût avoisine les 70 millions de DH, dans l’objectif de faciliter la circulation des bus. Ainsi le trajet Salé-Hay Ryad pourra être effectué en moins de 20 minutes. Cela permettra également d’augmenter le taux de rotation des bus dont l’effectif sera réduit à 450 unités contre plus de 1.000 véhicules actuellement.

Pour les tarifs, la concurrence entre les candidats a bien joué au profit des usagers. Les prix offerts par Veolia sont inférieurs par rapport à ceux pratiqués actuellement : le prix du ticket est compris entre 3,30 et 3,50 DH. La rentabilisation du projet tramway entre Rabat et Salé dont la mise en service est prévue pour fin 2010 figure aussi parmi les préoccupations des responsables de la capitale. « Il s’agit d’assurer l’intermodalité entre les deux types de transport », signale un membre de l’autorité délégante. Sur le plan social, l’objectif est de veiller à l’intégration de la plupart des salariés appartenant aux différentes sociétés privées sans oublier ceux de l’ex-Régie autonome de transport urbain de Rabat. De même, il est prévu également la création d’un groupement réunissant le candidat sélectionné et les sociétés privées de transport en activité.

A noter enfin que dans le cas où les négociations n’aboutissent pas avec le groupement Veolia sur les clauses du cahier des charges, la ville passera au second candidat, Keolis en l’occurrence.

Sécurité

Les nouveaux bus seront équipés d’un système de communication à distance (GPS) ainsi que des caméras de surveillance et de contrôle. Histoire d’assurer la sécurité des passagers mais aussi de se prémunir contre la resquille. A noter aussi que 44 caméras sont déjà installées au niveau des grandes places de la capitale et de ses avenues. Ces équipements d’une technologie avancée permettent de contrôler avec une grande précision la circulation des véhicules et même des personnes. Elles seront opérationnelles à partir d’août prochain.

Source : L’Economiste - Nour Eddine El Aissi

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Rabat - Transports - Veolia - Transport en commun

Ces articles devraient vous intéresser :

Bus électriques : Pari raté du Maroc ?

Alors que la mise en place d’un écosystème de production locale de bus électriques présente de nombreux avantages dont profitent certains pays, le Maroc est encore à la traîne.

Maroc : le secteur de la location de voitures en péril

Le secteur de la location de voitures au Maroc est en crise. Les professionnels du secteur se plaignent de l’introduction d’un nouveau cahier de charges et de l’offre largement supérieure à la demande. La reprise n’est pas près de s’amorcer.

La CTM rachète Africa Morocco Link

Le groupe d’Othman Benjelloun, O Capital Group, redistribue les cartes dans le secteur du transport maritime marocain. La Compagnie de Transports au Maroc (CTM) s’empare en effet de la participation majoritaire (51 %) d’Africa Morocco Link (AML)...

Le tramway va arriver à Temara

Dans le cadre de la préparation du Maroc à l’accueil de la Coupe du Monde de la FIFA 2030, une étape importante a été franchie avec l’approbation du programme de développement du réseau de tramway Rabat-Salé-Témara.

Casablanca : les taxis en colère contre les ... motos-taxis

Certaines applications dont “InDrive” ont commencé à proposer des services de transport de passagers à moto dans certaines villes comme Casablanca. Les professionnels du secteur s’insurgent contre cette nouvelle pratique et appellent les autorités à...

Maroc : les voitures de plus en plus chères !

Les Marocains paieront plus cher les voitures neuves en raison de l’obligation de respecter les normes « Euro 6 » pour l’homologation et l’immatriculation. Les professionnels du secteur appellent Mohamed Abdeljalil, ministre des Transports et de la...

Maroc : Les VTC, un nouveau cauchemar pour les taxis ?

Les applications de VTC (Voiture de Transport avec Chauffeur) comme InDrive ou Yassir gagnent en popularité au Maroc, mais leur statut juridique reste flou. Des voix s’élèvent au sein de l’opposition parlementaire et de la société civile pour réclamer...

Le Maroc va acquérir de nouveaux trains

Le Maroc s’apprête à lancer un appel d’offres international pour l’acquisition de trains et le développement d’un réseau ferroviaire local, attirant l’intérêt de géants du secteur tels, notamment français et espagnols. C’est ce qu’a révélé Mohamed...

Taxis au Maroc : Fini les arnaques ?

Au Maroc, de nombreuses licences ont été retirées aux chauffeurs de taxi qui ne sont pas en règle. Abdelouafi Laftit, ministre de l’Intérieur, assure que son département s’évertue à soutenir et à accompagner diverses initiatives visant à moderniser les...

Le Maroc face à l’urgence de réglementer les VTC

La bagarre entre un chauffeur de taxi et un autre sans licence (VTC), révélée par une vidéo devenue virale sur les réseaux, a fini par dégénérer. Les deux protagonistes ont causé des dommages réciproques à leurs véhicules. De tels incidents deviennent,...