Recherche

Le président du parti d’extrême droite Vox déclaré persona non grata à Ceuta

© Copyright : DR

24 juillet 2021 - 12h20 - Société - Par: A.P

Le président de Vox, Santiago Abascal, a été déclaré vendredi persona non grata par l’Assemblée de Ceuta à la majorité des députés. Cette mesure a été prise contre lui pour ses déclarations faites lors de ses deux déplacements à Ceuta après la crise migratoire de mai, où il a considéré les musulmans de la ville comme des Marocains et qualifié des personnalités de « pro-marocains ».

L’initiative du Mouvement pour la dignité et la citoyenneté (MDyC) de déclarer Santiago Abascal persona non grata à Ceuta a eu des échos favorables. La formation a obtenu le soutien PSOE et du PP, ce qui a permis à l’Assemblée d’adopter cette résolution à la majorité, rapporte Europa Press.

À lire : Le président du parti d’extrême droite Vox indésirable à Ceuta

Le président du parti Vox a été déclaré indésirable à Ceuta parce qu’il « est venu dans notre ville pour provoquer la rupture de la coexistence, le pilier sur lequel repose notre société, et pour vilipender les habitants de Ceuta, certains des partis qui les représentent et les institutions souveraines que nous nous sommes données », a indiqué l’Assemblée. « La défense de notre espagnolité n’a ni couleur politique ni croyance ; c’est le patrimoine commun de tous les habitants de Ceuta : chrétiens, musulmans, juifs et hindous. Nous sommes tous d’une même patrie indivisible », a déclaré le président de la ville, Juan Vivas (PP), lors du débat parlementaire.

À lire : Vox demande d’expulser une députée de Ceuta au Maroc

Abascal « a attaqué de front mon peuple et ma terre », a souligné pour sa part Fatima Hamed, la porte-parole de MDyC qui a qualifié d’« historique » cette décision contre le président de Vox. « Ce n’est pas une question électorale parce qu’il a voulu humilier, dégrader et, s’il le pouvait, expulser quiconque ne pense pas comme l’extrême droite, une machine à générer de la haine », a-t-elle expliqué. « Si les membres de Vox à Ceuta n’aiment pas leur multiculturalisme, s’ils en ont honte, qu’ils prennent le bateau », a lancé Fatima Hamed aux quatre députés du groupe parlementaire de Vox qui ont voté contre sa proposition.

« A Ceuta, comme cela a déjà été fait dans d’autres pays d’Europe, il faut fixer des limites pour éviter la propagation du discours de haine de Vox, condamner ses menaces et être solidaire des victimes de ces discours comme le MDyC et Caballas qui ont été qualifiés de pro-marocains », a souligné le socialiste Manuel Hernandez, justifiant son soutien à la proposition.

À lire : Vox ne veut plus d’imams marocains à Ceuta

Le porte-parole de Vox, Carlos Verdejo, quant à lui, a qualifié la proposition du MDyC d’« absurde », et a réitéré à Mohamed Ali (Caballas) qu’il est un « pro-marocain, il est de ceux qui crient Vive l’Espagne et vive le roi, mais obéissent au Maroc ». « Ils n’ont pas condamné Mohammed VI, ils soutiennent le fait qu’il y ait ici des imams payés par le ministère des Affaires religieuses du Maroc, alors Abascal a tout à fait raison », a-t-il ajouté.

Mots clés: Ceuta (Sebta)

Bladi.net

Bladi.net - 2021 - - A Propos - Contact