Recherche

Maroc : un député suspendu après son voyage à la frontière algérienne

© Copyright : DR

2 juin 2015 - 16h11 - Maroc

Le Parti de la justice et du développement (PJD - Pouvoir) vient de suspendre de toutes ses responsabilités Abdelaziz Aftati, chef de son groupe au parlement, pour une visite effectuée en secret dans l’ouest du pays, à la frontière algérienne.

Le PJD a diffusé hier sur son site internet, la décision rendue lors d’une réunion extraordinaire de son secrétariat général présidée par Abdelilah Benkirane, concernant l’« acte irresponsable » d’Aftati.

Le communiqué fait mention d’une visite effectuée le 28 mai dernier à la frontière entre le Maroc et l’Algérie, sans que le parti n’en mentionne les raisons. Abdelaziz Aftati dénonce pour sa part une décision politique et "ridicule" du PJD qui n’a rien à avoir avec une mesure disciplinaire.

"Devant la commission d’arbitrage du parti, nous saurons si nous sommes dans la logique des institutions ou celle de l’Etat profond", a expliqué Aftati au quotidien Akhbar Al Yaoum.

Le député est aujourd’hui à Rabat où il assistera à une séance au parlement et continue à assumer ses fonctions "jusqu’à ce que la vérité éclate", affirme-t-il. Ce n’est pas la première fois qu’Aftati se rend dans cette zone frontalière avec l’Algérie sur demande de la population. Il était avec deux membres de son parti, a-t-il avancé.

D’autres sources affirment que le député islamiste a été surpris par une patrouille militaire et que ce dernier a expliqué que la mission était commandée par le Chef du gouvernement lui même.

Avec la suspension d’Abdelaziz Aftati de ses responsabilités, le PJD perd un de ses députés les plus actifs et les moins complaisants, toujours prompt à aborder des thématiques que d’autres n’osent pas discuter en public. C’est lui qui avait demandé il y a quelques années au parlement de discuter du budget de la famille royale.

Le cas « Jennifer Lopez » a également été discuté hier lors de cette réunion extraordinaire. Le PJD a encore une fois réitéré son rejet de la diffusion de ce type de spectacles à la télévision publique qui « provoquent les sentiments religieux et moraux de la société marocaine ».

Bladi.net

Bladi.net - 2020 - Archives - A Propos - Contact